Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 13:27

~Le fait Le 18 mars 2014, la fusion entre les mastodontes Korian et Medica est officialisée. Ce jour-là, ce sont plus de 20 000 collaborateurs et un parc de plus de 350 établissements qui font face à l'enjeu de restructuration qui s'annonce. Dix-huit mois plus tard, direction et syndicats font le point. L'analyse Ils sont devenus les leaders de la prise en charge de la dépendance en Europe. Mais ont-ils réussi à transformer l'essai en interne ? Pour Monique Rolland, directrice des ressources humaines France pour le groupe, pas de doute, "la fusion entre Korian et Medica est sur la voie du succès". "En signant le protocole d'accord, nous sommes passés de 9 900 salariés chez Korian et 10 600 chez Medica à une entreprise de plus de 20 000 salariés, avec 291 Ehpad, 51 résidences services, 77 SSR, sans compter les établissements de HAD." Le constat numérique établi, force est de le remarquer donc pour Monique Rolland, la clé de la réussite pour un groupe comme celui-ci passe par l'humain. "Respecter les deux cultures et aller vite sur un socle unique pour construire un véritable atout social." Monique Rolland, directrice des RH France de Korian À l'heure où fusions riment avec licenciements massifs et réorganisation drastique des protocoles, l'entreprise insiste à l'inverse sur la vocation des professionnels et les valeurs de l'entreprise. Bientraitance, responsabilité, initiative et transparence, décline-t-elle dans un dossier de presse. Arguments de communication auprès des investisseurs, ces grandes valeurs sont également brandies pour renforcer la confiance des salariés. Une démarche qui a jalonné l'ensemble des travaux : depuis septembre 2014, pas moins de 27 séances de négociations — appelées "rendez-vous du mardi" — ont été tenues et 10 autres sont encore prévues d'ici la fin d'année. Objectif : "Aller vite et respecter les deux cultures en évitant tout sentiment d'iniquité". Après l'instauration d'une bonne représentativité Korian/Medica au sein des différentes instances sociales et une réorganisation complète de la carte de France, s'est ensuite juxtaposée l'intégration des process. Devant les écarts marqués de fonctionnement, la DRH ne le nie d'ailleurs pas, il fallait à tout prix lisser les modes de fonctionnement. Ceux de Medica, axés principalement sur les bonnes pratiques et l'autonomie des établissements, et ceux de Korian, où le process RH prime. "Ce cadre enfin établi, nous nous sommes ensuite penchés sur la redéfinition du périmètre d'action. Pour ce faire, nous avons pris le meilleur de ce qui se faisait chez l'un et chez l'autre", détaille Monique Rolland. C'est le cas des accords sur l'égalité homme-femme, ou encore sur l'insertion des personnes handicapées, instaurés de longue date par Medica et désormais étendus à l'ensemble du groupe. Côté salaires, la DRH s'en amuse, il a même fallu inverser complètement les politiques, Korian présentant un salaire de base supérieur mais un système de primes moins avantageux. "Le gros problème, c'est la fusion logistique" Réussie donc, la fusion ? Pour Albert Papadacci, représentant CGT et ex-Medica, le bilan est mitigé. "Même si notre syndicat ne loue pas les politiques capitalistiques, on ne peut pas le nier, la fusion financière est un succès. L'entreprise présente des bases financières saines, nous sommes numéro 1 en Europe, en France, en Belgique et en Allemagne, et numéro 2 en Italie... et devant les perspectives à vingt ans en matière de 3e âge, on le sait, l'entreprise va continuer à se développer. Le gros problème, c'est la fusion logistique et administrative. Sur ce point, nous avons l'impression que le déploiement des protocoles ne se passe pas très bien." Soulignant avoir régulièrement des directeurs d'établissement au bout du fil depuis la fusion, Albert Papadacci s'inquiète de la "très mauvaise communication" émanant du siège. "Ce n'est pas très clair", lâche-t-il, évoquant les pôles de direction régionaux, "pas mal sur le papier" mais source de nombreux questionnements pour l'encadrement intermédiaire. La volonté de rapidité affichée par le groupe dessert :"Ils sont allés trop vite." Témoin de nombreuses fusions chez Medica — Clairefontaine, Santel et Qualisanté —, Nadine Degrave, directrice d'Ehpad ex-Medica et élue Unsa, tempère néanmoins. Certes la fusion bouscule quelque peu les directeurs de chez Korian, peu habitués à intégrer les process qualité de Medica dans leurs pratiques, "mais au moins cette fois, il n'y a pas de vagues de licenciements". Et de le rappeler : "C'est tout l'avantage d'être porté par un groupe à l'ossature aussi solide." Les salariés de Korian premiers bénéficiaires de la fusion S'il faudra véritablement attendre la fusion des instances représentatives du personnel (IRP), prévue pour février 2016, pour mesurer réellement les impacts de cette opération sur les avantages sociaux des salariés, les comptes sont déjà faits. Avec soixante-cinq comités d'entreprise et tout autant d'accords sociaux, "certains salariés de Korian vont perdre, assure Jeannine Scazza, déléguée syndicale centrale CGT et aide-soignante pour un SSR Korian. Que ce soit en termes de valeur de point, de participation à l'intéressement ou de mutuelle, les salariés ne comprennent pas toujours que le groupe veuille lisser vers une moyenne basse." Ceci étant, et cette dernière est catégorique, ce sont bien les salariés Korian qui bénéficieront le plus de la fusion. Car du côté de Medica, l'approche patronale semble remise en cause. Gérée "presque en bon père de famille", l'entreprise Medica assurait une certaine proximité avec le salarié à en croire Albert Papaddaci, visiblement nostalgique des séances de négociations "directement avec la patronne". Déplorant l'instauration d'une marque Korian plus que d'une culture partagée, le représentant de la CGT est rejoint par sa collègue de chez Korian. "Sur le pan des conditions de travail, de l'ambiance, du management en général, c'est certain, Korian va avaler complètement Medica", souligne Jeannine Scazza. Un constat qui ne saurait que trop se refléter dans la dernière décision de l'équipe exécutive. Le 26 juin, Korian-Medica est devenu Korian. Agathe Moret Ecrire à l'auteur Tous droits réservés 2001/2015 — HOSPIMEDIA

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Medica France - dans La vie du groupe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche