Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 10:32

 

 

Korian pèse le pour et le contre du port de la blouse chez le personnel soignant d'Ehpad

 

  Publié le 03/08/16 - 17h49

 

Et si les professionnels d'Ehpad raccrochaient leur blouse une fois les soins achevés ?

 

La perspective est en passe d'être évaluée sur deux établissements du groupe Korian.

 

Grâce à l'expertise de l'université de Tours, l'Institut du bien vieillir espère démontrer les bienfaits pour le personnel comme les résidents et ainsi bousculer les codes.

 

Le port d'une tenue civile en Ehpad influe-t-il sur les relations entre résidents, familles et soignants ?

 

Cette question, l'Institut du bien vieillir de Korian espère y répondre, protocole de recherche à l'appui.

 

Après une pré-étude réalisée sur un établissement du Mans (Sarthe), le groupe s'est rapproché du laboratoire Psychologie des âges de la vie de l'université François-Rabelais de Tours (Indre-et-Loire) pour analyser l'impact de "l'effet blouse blanche".

 

Deux Ehpad de la région de Tours se sont portés volontaires pour un lancement de l'étude scientifique à l'automne 2016.

 

"Nous avons cherché à voir si le fait d'avoir du personnel en tenue civile pouvait avoir une influence, notamment sur des patients atteints de la maladie d'Alzheimer", explique le Dr Philippe Denormandie, directeur de l'institut.

 

Car si la littérature scientifique s'est davantage orientée sur le rôle de la tenue dans l'identité du corps professionnel ou en matière de propreté et d'hygiène, peu d'éléments viennent selon lui questionner l'utilisation de la tenue civile.

 

"Y aura-t-il toujours un repérage des professionnels par les résidents et leurs familles ?

 

Le contenu et la durée des échanges sont-ils similaires ?

 

Y aura-t-il satisfaction de la part des familles, des résidents et des professionnels ?

 

Voilà les éléments que nous souhaitions observer avant de finaliser le protocole", poursuit le médecin.

 

La nature de l'échange avec les résidents modifiée d'après les éléments remontés, l'absence de blouse dans les moments d'animation et de vie collective ou individuelle n'a ainsi pas perturbé les résidents atteints d'Alzheimer et ne leur a pas empêché de repérer qui était professionnel ou non.

 

Par contre, l'expérience a entraîné une modification très importante du contenu et de la nature de l'échange.

 

Très orientée vers le soin lors du port de la blouse, la discussion tourne davantage autour de la vie quotidienne quand le professionnel arbore une tenue civile.

 

Ce dont se satisfait Philippe Denormandie. "Cette étude, c'est un travail de fond nécessaire pour porter la recherche de la vraie vie [en Ehpad] et prouver qu'il peut y avoir de vrais impacts".

 

À cet égard, Korian regardera de près certains indicateurs en espérant notamment y observer une plus grande participation sociale et un investissement plus marqué dans les activités, une baisse des chutes et des prises en charge médicamenteuses, une meilleure reconnaissance entre familles, résidents et professionnels, le tout en surveillant les niveaux d'infections.

 

La démarche, qui va là dans la droite ligne d'un processus de démédicalisation appelé des vœux des fédérations d'Ehpad, Fnaqpa, Fnadepa et Ad-Pa en tête (lire ci-contre), semble d'ailleurs satisfaire les concernés.

 

Reste à voir si les conclusions observées seront confirmées par l'étude scientifique portée par l'université de Tours.

 

Auquel cas Korian pourrait bien prendre des directives en faveur de la tenue civile.

 

Avec un impératif pour que la démarche ait vraiment un sens : que le secteur comprenne la plus-value de l'initiative.

 

"On bouscule les codes classiques de tout un environnement,complète Philippe Denormandie.

 

Il faut donc que les tutelles puissent se réinterroger sur la question de l'hygiène et que l'argument du port de la tenue civile ne soit pas mal interprété par les inspecteurs".

 

Focus sur les résidents atteints d'Alzheimer Prévue pour être menée pendant six mois, l'étude sera partagée entre un focus groupe — où soignants et familles pourront évoquer les intérêts et avantages de la blouse dans le cadre de la relation avec les résidents — et une expérimentation sur site.

 

Cette dernière sera réalisée auprès de personnes atteintes de maladies d'Alzheimer ou apparentées et visera notamment à observer, caméras et grille d'observation à l'appui, les modifications des relations et des comportements sur le trinôme famille-résident-professionnel.

 

Pour Claude Ferrand, professeur d'université et membre de l'équipe développement de la psychologie sociale de l'adulte âgé du laboratoire Psychologie des âges de la vie de l'université de Tours, le ciblage sur ce public permet de mesurer au mieux l'impact du passage à la tenue civile, les patients Alzheimer ayant plus de difficultés pour modifier leur comportement.

 

À ce titre, l'évaluation de la communication non verbale et du comportement (sourire, attitude ouverte, etc.) permet d'identifier, même chez les personnes les plus apathiques, les impacts positifs que pourraient apporter la tenue civile.

 

 

Agathe Moret.

 

Tous droits réservés 2001/2016 — HOSPIMEDIA

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Korian - dans La vie du groupe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche