Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 16:45

« On ne négocie pas pendant le conflit »

29-06-2011
 

 

 

 

 


 

Badra Cheraa, déléguée CGT Emeraude : « En 35 ans de carrière, je n’ai jamais vu cela. Au pavillon Beau soleil, de gros travaux s’effectuent où les patients sont hospitalisés. Un marteau piqueur a même été volé. Patients, personnel, visiteurs, personne n’est en sécurité. » PATRICK DI DOMENICO
Badra Cheraa, déléguée CGT Emeraude : « En 35 ans de carrière, je n’ai jamais vu cela. Au pavillon Beau soleil, de gros travaux s’effectuent où les patients sont hospitalisés. Un marteau piqueur a même été volé. Patients, personnel, visiteurs, personne n’est en sécurité. » PATRICK DI DOMENICO
Les grévistes de la clinique de l’Emeraude ont bloqué la direction devant la clinique les Trois-Lucs, en vain.

 

Rififi hier après-midi devant la clinique psychiatrique privée les Trois Lucs, appartenant à Massilia gestion santé, filiale de Clinéa, elle-même entité du groupe Orpéa où des salariés en grève de la clinique Emeraude manifestent. Les directeurs des cliniques psychiatriques s’y réunissent.
« Nous ne demandons pas d’augmentation salariale, juste de la considération pour les patients et des effectifs en nombre suffisant pour assurer les prises en charge dans des conditions décentes », explique Badra Cheraa, déléguée CGT à l’Emeraude.
Depuis l’accréditation par l’Agence régionale de santé Paca, en mars, rien ne va plus. « Dès le lendemain, raconte Marie, infirmière de nuit depuis 18 ans, la directrice a indiqué qu’il fallait pérenniser l’entreprise et regrouper les équipes en un seul poste de soin et diminuer les effectifs infirmiers. » Les grévistes exigent l’ouverture de négociations et la convocation d’un CE extraordinaire. La direction fait la sourde oreille. Une tactique connue des syndicalistes présents, dont Anne Taquet, secrétaire générale CGT Santé privée, venue « de Montreuil ce matin, soutenir symboliquement le mouvement social débutant ». « Leur but est d’alimenter leurs actionnaires. Ils mettent tout en œuvre pour casser la grève et ont fait venir des salariés de toute la France pour remplacer les grévistes avec 400 euros de prime dite de mobilité. Nous nous interrogeons d’ailleurs sur la légalité de cet artifice puisque la clinique n’est pas intégrée au groupe. » Sandrine, aide-soignante assure : « Il n’y a plus de suivi des examens et des bilans de santé. Aujourd’hui, c’est tout juste une notion de gardiennage. »


« La politique sociale
c’est zéro »


Patrick Rieffle, responsable CGT Orpéa du collectif des établissements Orpéa-Clinéa précise : « Les directeurs s’arrangent pour "étanchéiser", du coup on a aucune info. On ne sait toujours pas à quoi sera rattachée la clinique l’Emeraude. Dans tous les cas, la politique sociale c’est zéro. »
La CGT ne veut rien lâcher. Entre 2009 et 2010, l’entreprise serait passée « d’un déficit de 1,8 million d’euros en 2009 à moins 44 000 euros en 2010, confirmé par le directeur financier », argumente Sacha Karpinski, trésorier du CE. « Ils justifient leurs actes en se basant sur le déficit mais nous voudrions savoir comment ils ont réalisé de telles économies. Le CE a mandaté un expert comptable et un référé a été lancé pour obtenir les documents. »
Au sortir de leur réunion, les grévistes et plusieurs représentants syndicaux du groupe ont bloqué le passage. Patrick de Saint-Jacob a répondu : « On est au courant de la baisse des effectifs car on est passé à 121 lits (…). Demain [aujourd’hui, Ndlr] se tient le CHSCT et lundi le CE qui permettra à tous de s’exprimer (…). Pendant deux ans je m’étais engagé à ne rien changer. J’ai tenu mes engagements. Je n’ai rien d’autre à communiquer (…). Une fois que le mouvement est lancé on ne négocie pas pendant le conflit, c’est notre philosophie. »
Pendant ce temps, sur ordre de Elise-Anne Casse, directrice régionale Clinea -qui « ne communique pas » - et en présence d’un huissier, Myriam Berrhoun, responsable administrative notait consciencieusement le nom de tous les grévistes présents…
Et des patients aussi ?


NATHALIE FREDON

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ratman - dans Luttes
commenter cet article

commentaires

guya 22/10/2013 17:38

une cilinque ou le personnel est mal traité par un directeur autoritaire et ses collaborateurs qui mal traitent le personnel, on assiste a des licenciements abusifs, a des pressions sur les employer pour les pousser a demissionner ..ect

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche

Articles Récents