Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 18:09

 

Analyse du 16/12/2011 | 09:12

Eligible au PEA / SRD : OUI / OUI
EURONEXT PARIS
Prestataires de soins de santé
Forces : marché porteur, croissance externe volontariste

Faiblesses : accroissement de la réglementation, hausse de la masse salariale(eh!bin! on sait pas laquelle de masse salariale!!!!il y en a peut être une autre? mais certainement pas celle des salarié(e)s!!!ça leur donnera l'occasion de ne pas nous donner,une fois de plus cette année, une augmentation de salaire et cela laisse augurer un enterrement de première classe de la grille de classification et de rémunération, mais ça on s'en doutait depuis quelques jours.NDLR)

Raisons de la Recommandation :

Nous avons déjà développé dans ces lignes la tendance de fond qui sous-tend le marché de la société pour le long terme, à savoir le vieillissement des populations, mais il n’est pas inutile de rappeler quelques chiffres ; selon les opérateurs du secteur, le nombre de personnes de plus de 85 ans devrait passer d’un peu plus de 1,2 millions actuellement à plus de 4 en 2050 ; certes, il faut prendre ces chiffres avec précaution, mais ils témoignent tout de même d’une assez forte croissance, qui va nécessiter la création d’un très grand nombre de lits. Ce métier est réparti entre trois grandes catégories d’intervenants, le secteur public pour une petite moitié des parts, le secteur associatif avec près de 30 %, et le secteur privé (dont Médica) pour le reste, soit vers 22 % ; ce dernier en constitue la partie la plus dynamique, le secteur public étant contraint par les plans de rigueur budgétaire, et le secteur associatif ne disposant pas des mêmes moyens financiers. Le secteur privé en effet peut lever des fonds, comme vient de le faire Orpéa, c’est aussi ce qui avait motivé l’introduction en bourse de Médica au début 2010.

Avec un peu plus de 15000 lits – Ehpad et sanitaires - actuellement installés, et à raison de 2000 de plus chaque année, la société entend bien se renforcer par croissance externe sur ce secteur encore très atomisé, en France en premier lieu, pays qui devrait représenter plus des deux tiers du chiffre d’affaires, mais aussi en Italie où les besoins sont identiques. Sa stratégie consiste également à se positionner en amont des maisons de retraites, en développant son réseau de cliniques de soins de suite et de réadaptation, qui représente plus du quart de son chiffre d’affaires. Dans ce métier comme dans bien d’autres, les places sont à prendre maintenant, en France comme en Europe, et les quatre leaders (le numéro un DVD n’est pas coté mais envisage son introduction en bourse) devraient logiquement creuser l’écart avec le reste de la profession dans les trois ans à venir ; il faut noter d’ailleurs que dans ce domaine la France est plutôt en avance par rapport à ses voisins.


Pour cette année le management de Médica a confirmé son objectif d’une croissance de 17 % de ses ventes et il considère qu’il peut déjà tabler sur un taux de 13 % pour 2012. Dans ces périodes où l’incertitude macroéconomique prédomine, il n’est pas négligeable de disposer d’une visibilité quasi assurée. Parallèlement, la société, qui avait été déficitaire a retrouvé le chemin des bénéfices en 2010, et affirme son intention de ne pas sacrifier ses marges au profit de l’expansion. Son objectif est de réaliser une marge d’excédent brut d’exploitation avant loyers supérieure à 26 % cette année ; en 2010 elle était de 26,6% pour un total de ventes de 539 m€, un résultat opérationnel courant de 71 m€ soit une marge de 13,2 %, et un bénéfice net de 23 m, la marge nette était donc de 4,3%.

C’est ce qui fait nous semble-t-il l’intérêt de la société, au contraire de ses consœurs cotées, le redressement de ses comptes vient seulement de commencer en 2010 et devrait logiquement se poursuivre au cours des prochains exercices. Cette année, le chiffre d’affaires qui était de 462 m€ à fin septembre, devrait avoisiner voire dépasser 620 m€, avec une marge opérationnelle maintenue. Le consensus attend un bénéfice par action autour de 0,88 €, et légèrement supérieur à 1 € en 2012, ce qui conduit à des PER de 14 et 12 fois ; pour une société de croissance, dont la rentabilité s’améliore, ce n’est pas généreux, mais bien évidemment, le contexte y est pour quelque chose.

Objectifs de cours:

La situation financière, qui était un peu lourde en 2009, s’est bien améliorée depuis puisqu’elle a été divisée par deux, l’endettement net à fin septembre ne représente plus que 68 % des fonds propres du groupe ; le management a renégocié les baux, et applique, comme d’autres, une gestion de son parc immobilier qui consiste à vendre des murs tout en gardant la gestion des établissements qui y sont installés, mais il souhaite malgré tout conserver en propre environ un tiers de son patrimoine immobilier.

L’action (12,50 €) a évidemment subi la désaffection des marchés, encore que sur l’année civile la baisse soit limitée à 10 %. Par rapport au plus haut (15,90 €) atteint au printemps, elle est plus sévère et nous semble assez injustifiée ; rappelons que l’actif net comptable à fin 2010 était de 12 € environ par action, que la visibilité est bonne et que la rentabilité sera préservée. Ajoutons que le secteur intéresse de nombreux investisseurs, que des mouvements ont été mentionnés dans le capital ces derniers mois et que le flottant est légèrement supérieur à 50 %. En dehors de cet aspect un peu spéculatif, nous conseillons de mettre la valeur en portefeuille pour le moyen terme, avec comme premier objectif un retour vers les plus hauts dans les douze mois, puis, à un horizon de trois ans, avec un chiffre d’affaires proche du milliard et une rentabilité maintenue, un objectif de cours voisin de 20 €.


Marc Bouche
Copyright (c) 2011 Zonebourse.com / Combho SAS

Avertissement : Les analyses réalisées par la société Surperformance, éditrice du site zonebourse.com, n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou autre produit financier. La responsabilité de la société Surperformance ainsi que ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Les informations, graphiques, chiffres, opinons ou commentaires rédigés par les équipes de rédaction de Surperformance éditrice du site zonebourse.com s‘adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations qui y sont développées. Ces dernières sont diffusées à titre purement indicatif, Surperformance ne peut en garantir l’exactitude ou la fiabilité.

 

Ratios Financiers

Taille 2011e 2012e
Capitalisation 591 M€ -
Valeur Entreprise 998 M€ 994 M€
Valorisation 2011e 2012e
PER (Cours / BNA) 13,9x 12,0x
Capitalisation / CA 0,94x 0,82x
Valeur Entreprise / CA 1,58x 1,39x
Valeur Entreprise / EBITDA 9,19x 7,95x
Rendement (DPA / Cours) 1,42% 1,64%
Profitabilité 2011e 2012e
Marge d'exploitation (EBIT / CA) 13,0% 13,3%
Levier opérationnel (Delta EBIT / Delta CA) 0,91x 1,17x
Marge Nette (RN / CA) 6,67% 6,94%
ROA (RN / Total Actif) 3,80% 4,10%
ROE (RN / Capitaux Propres) 6,67% 7,48%
Ratio Versement Dividende 19,8% 19,6%
Situation Bilantielle 2011e 2012e
CAPEX / CA (Taux d'investissements) 5,98% 7,60%
Cash Flow / CA (Taux d'autofinancement) 12,3% 12,3%
Intensité Capitalistique (Total Actifs / CA) 1,75x 1,69x
Levier Financier (Dette Nette / EBITDA) 3,75x 3,22x
Evolution du Compte de Résultat
MEDICA : Evolution du Compte de Resultat
Plus de Données financières
Révisions de BNA

MEDICA : Revisions de BNA

http://www.zonebourse.com/MEDICA-5964672/analyses-bourse/Visibilite-et-rentabilite-28961/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ratman
commenter cet article

commentaires

Cat-ire 16/12/2011 19:37

je suis si triste de voir cette progression budgétaire pour les actionnaires et qu'on laisse des employé(e)s sur le carreau, très bien cette initiative concernant la récolte de dons pour un
organisme très connu sur un site Médica mais les collaborateurs éjectés comme des mal propres ne peuvent pas y prétendre tant que leur notification de fin de contrat ne leur ait pas parvenu et cela
peu durer au delà des fêtes, et c'est la Loi rien ne les oblige !!!
Merci Père Noêl et Médica

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche