Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 07:57

(Merci D. et M.)

 

Paroles de soignantes chez Korian : manque de considération et de valeurs

L’actualité nous a montré que nous avions raison sur notre demande de masques du 10 mars. À ce moment-là, la demande des masques a été refusée car jugée inutile s'il n’y avait pas de covid ! Aujourd’hui, outre qu’il en faut pour tous les soignants (3 par jour) même sans covid dans l’établissement, les autorités médicales préconisent de porter « presque » n’importe quel masque dans la rue !
 

Quand écoutera-t-on enfin les gens du terrain ?
 

Les tests sont oubliés. Nous le ferons avec nos propres deniers. Korian n’a pas les moyens de protéger ses salariés. Nous l’avons bien compris. Nous ne pouvons même pas nous mettre au niveau des résidents... Eux non plus n’ont pas été élus (ou si peu au dépistage). Nous voyons bien le résultat...
 

Qui a été protégé ? Personne. Le seul cadeau reçu est une lettre de Sophie Boissard imprimée à 22 000 exemplaires, affranchie par une machine et distribuée par de courageux facteurs dans nos boîtes aux lettres. Malgré tout ce que l’on peut dire, nous sommes sur le terrain et les salariés se souviendront du vrai manque d’intérêt et d’humanité de Sophie Boissard.
 

La prime
 

De grandes enseignes ont su reconnaître le mérite de leurs salariés sans qu’ils aient eu à la réclamer ; la dignité a été sauve. Korian fait la sourde oreille face à cette demande. Il préfère se préparer à distribuer des dividendes à des actionnaires costumés et cravatés ! Depuis toujours et ces dernières semaines en particulier, notre seul costume est notre tenue et un masque 12 heures par jour quand nous avons la chance d’en avoir, de la sueur et nous n'avons que des réponses « langue de bois » en face. On noie le poisson !


Il va pourtant falloir répondre aux salariés à qui vous demandez toujours plus d’efforts sans mettre la main à la poche.


Vous avez pu voir que certains salariés sont malades ou épuisés et se sont arrêtés ; les établissements sont vidés. C’est un signe que vous devez garder à l'esprit car les gens ne sont pas prêts à mourir pour Korian qui ne reconnaît pas l’investissement sans relâche de ses salariés !
 

« Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter ».
 

Nos anciens ont fait maintes révolutions et grèves pour se

 

Dé-féodaliser des plus riches. Il n’y a ni justice, ni liberté possibles, lorsque l’argent est toujours roi. Cette crise sanitaire laissera des traces et beaucoup d’entre nous resterons 

 

Ebranlés par les événements. Mais ne vous méprenez pas, nous ne serons pas

 

 Sganarellisés quand tout sera terminé. Car nous n’avons eu de cesse de nous 

 

Epoumoner, pour vous faire part de ce que bien des collègues enduraient. Pourtant, la politique du groupe est bien la communication. Pour vous, la parole est

 

Sacralisée. Vous avez juste omis de nous dire de quelles paroles il s’agit ! Pour beaucoup, il n’est pas habituel de 

 

Pactiser pour obtenir un droit individuel. Mais, en ces moments difficiles et souvent révélateurs, ils gardent le sens de l’honneur, de la solidarité et de la camaraderie, ce qui les rend plus forts pour affronter leurs supérieurs hiérarchiques ou leurs serviles subordonnées, qui n’ont aucun scrupule pour les

 

Objurguer, les rendant presque responsables des événements actuels. Cela ne les exonérera pas de leur culpabilité de n’avoir pas agi à temps et de ne pas avoir pris toutes les mesures pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés, conformément au code du travail, article L.4121-1. Nous saurons nous rappeler qui a été sourd, muet et aveugle trop longtemps. 

 

Insulter ses subalternes ne les sublimera pas. Ce n’est pas en tenant de fréquents discours infantilisant, qu’ils sauront nous

 

Rendre plus bêtes. Car l’intelligence n’est pas d’avoir fait des études et passé des diplômes. La définition de l’intelligence est « qui comprend et s’adapte facilement ».

 

ESPOIR : Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères ou nous allons mourir ensemble comme des idiots.

Partager cet article

Repost0
6 avril 2020 1 06 /04 /avril /2020 14:07

Au 5 avril:

Mise à jour de 20h. 28.891 personnes sont actuellement hospitalisées en France en raison d'une infection à Covid-19, soit 748 personnes de plus qu'hier, d'après les derniers chiffres du directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. "6.978 patients graves nécessitent des soins lourds en réanimation. Depuis hier, nous comptons 390 entrées de plus en réanimation, mais 250 personnes sont sorties"
Depuis le début de l'épidémie, la France déplore 8.078 morts, dont 5.889 morts en hôpital (+357 en 24h) et 2.189 morts dans les Ehpad et autres établissements médicaux-sociaux (+161 en 24h).

(Quand on sait que les décès des résident.es ne sont pas testés post-mortem...) 

 

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-le-point-du-jour-sur-le-covid-19-dimanche-5-avril_143221

Interview de Oui-OUI: Coronavirus, pour Pascal Champvert, les Ehpad ne sont pas menacés d’un « tsunami ».

Partager cet article

Repost0
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 08:58
CGT Korian: compte rendu de la réunion du Comité Social Economique Central (CSEC) extraordinaire du 3 avril 2020.

Information sur la mise en place d’une ou plusieurs mesures dérogatoires prévues par les ordonnances du 25 mars et 2 avril 2020 portant mesures d’urgence en matière de congés payés, de durée du travail et des jours de repos.

Pour le moment la mise en place est en attente de l’ordonnance qui fixera les établissements essentiels qui seront impactés par cette régression des acquis et conquis sociaux des salarié.es, ce n’est qu’une question de jour…

La CFDT  et l’UNSA ont  salué l’initiative de Korian, la CGT et FO l’ont rejeté en force.

(Erratum : dans notre précédent compte rendu, nous avions dit que la CFDT avait salué les propositions de la direction, il n’en est rien : la CFDT ne s’est pas prononcé lors de cette réunion sur ces propositions. Dont acte.)

 

Est-ce que toucher à la durée du travail va changer les conditions et la surcharge de travail ?

Est-ce que ça va changer la prévention non appliquée par les directions ?

Est-ce que ça empêchera le covid 19 d’aller sur les salarié.es ou résident.es ?

Non la CGT Korian ne le pense pas !

 Augmenter le temps de travail ne remplacera pas les renforts nécessaires aujourd’hui dans les établissements, cela ne fera qu’augmenter l’épuisement des équipes.

De toute façon c’est encore une pirouette pour ne pas aborder les problèmes graves de Korian avec la gestion de cette crise !

LA PRÉVENTION

LES TESTS

LE MATÉRIEL DE PROTECTION A TOUS LES SALARIÉS

 

Une fois de plus ce seront les salarié.es qui paieront la facture de cette société capitaliste qui pense plus à ses actionnaires qu’au travailleur.ses.

Sophie Boissard le disait le 28 février dans une interview : « on ne va pas arrêter l’économie européenne pour ça », certainement pas quand « la chair à canon »reste disponible pour assurer votre rentabilité, avec l'aide et le soutien des syndicats patronaux.

 

Que propose Korian :

1° Imposer la prise, à des dates déterminées par lui, de jours de repos au choix du salarié acquis            par ce dernier ;

2° Modifier unilatéralement les dates de prise de jours de repos.

La période de prise des jours de repos imposée ou modifiée en application du présent article ne peut s'étendre au-delà du 31 décembre 2020.

Cette mesure concernerait les salariés non cadres des sièges qui disposent de 12 JRTT dans le cadre de l’accord de performance collective

  • Pose, à l’initiative de la direction, de JRTT dans la limite de 10 jours et sous réserve d’un délai de prévenance d’un jour franc.

1° Décider de la prise, à des dates déterminées par lui, de jours de repos prévus par une convention de forfait ;

2° Modifier unilatéralement les dates de prise de jours de repos prévus par une convention de forfait.

La période de prise des jours de repos imposée ou modifiée en application du présent article ne peut s'étendre au-delà du 31 décembre 2020.

Cette mesure concernerait les cadres au forfait qui disposent, pour 2020, de 16 jours de repos dans le cadre de l’accord de performance collective

  • Pose, à l’initiative de la direction, de jours de repos dans la limite de 10 jours et sous réserve d’un délai de prévenance d’un jour franc.
  • Korian appliquera tout ou partie des mesures prévues à l’ordonnance, uniquement en dernier recours, après avoir épuisé toutes les autres solutions dont, notamment, les recrutements de CDD et sur la base du volontariat.
  • Bien que les ordonnances prévoient la possibilité d’appliquer ces mesures jusqu’au 30 décembre 2020, elles seront appliquées au sein de nos établissements jusqu’au 30 juin 2020. A cette date, la Direction déterminera, en fonction de l’état d’urgence, s’il est nécessaire ou non de les prolonger.

 

N’oublions pas que l’ordonnance gouvernementale porte ce dispositif au 30 décembre 2020 et s’il est nécessaire au-delà. Comment peut-on imaginer une seule seconde que Korian arrêtera le processus fin juin ? Quid des remplacements pour les congés, RTT, récupérations qui seront reportés ? Les vacances principales ? Peut-on nous assurer des remplacements à 100% ? Les salarié.es qui auront travaillé 60h par semaine auront « encore du jus » ?

 

Dérogation à la durée maximale quotidienne de travail effectif :

      • Possibilité de porter la durée quotidienne à 12 h de travail effectif pour les salariés de jour
      • Possibilité de porter la durée quotidienne à 12 h de travail effectif pour les salariés de nuit

=> Ces dérogation existent déjà dans certains établissements. L’ordonnance permet de les étendre à tous les autres établissements, ce que nous ne ferons qu’en dernier recours.

 

Dérogation à la durée minimale de 11 heures de repos quotidien : réduction à 9 heures de repos consécutif ;

=> Korian ne mettra pas en place cette mesure dérogatoire

      • Possibilité de porter la durée hebdomadaire à 60 h de travail par semaine
      • Cette possibilité sera étudiée au cas par cas et ne sera mise en œuvre qu’en dernier recours.

 

Lorsque l’on connait le circuit qui passe du siège vers les établissements et vice versa, on imagine ce que sera le cas par cas en dernier recours…Ce sera le cas par cas pour tout le monde…en premier recours !

 

Cette mesure sera limitée à deux semaines consécutives au maximum, alors même que le dispositif légal prévoit qu’on puisse amener la durée hebdomadaire à 60h, sans discontinuité, jusqu’au 31 décembre 2020.

 

 

Dérogation à la durée maximale moyenne

      • Possibilité de porter la durée hebdomadaire moyenne sur 12 semaine à 48 h de travail pour les salariés de jour et à 44h pour les salariés de nuit

=> Les heures supplémentaires effectuées dans le cadre de l’ordonnance seront payées à la fin du cycle. Les heures dépassant les durées légales « normales » seront majorées. Si le dépassement est important à la fin du mois, le salarié pourra demander un acompte sur les heures supplémentaires effectuées au-delà des 48 heures, même si le cycle n’est pas terminé.

Ces heures seront nécessairement payées et non récupérées.

Conformément aux textes en vigueur, les 8 premières heures seront majorées de 25 % et les heures au-delà de la 43è heures seront majorées de 50%.

 

Un petit calcul : les 60h par semaine sur 2 semaines ou la possibilité de porter la durée hebdomadaire moyenne sur 12 semaine à 48 h de travail pour les salariés de jour et à 44h pour les salariés de nuit ça correspond à 50h de plus par mois donc 5 jours de travail en plus, ce qui fait que les salarié.es travailleront 22 jours par mois à 10h/jour...si l’on compte les temps de trajet, cela engendrera : pénibilité, stress, qualité de vie au travail, impact grave sur la vie privée (couple, enfants, famille)

 

 

 

CGT Korian: compte rendu de la réunion du Comité Social Economique Central (CSEC) extraordinaire du 3 avril 2020.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 15:05
Ça sent le roussi.....Korian: report de l'assemblée générale...Bourse: Korian-Medica s’écroule.
Ça sent le roussi.....Korian: report de l'assemblée générale...Bourse: Korian-Medica s’écroule.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 12:37

 « A la suite de la réunion de crise de ce jour dont il n’est sorti aucune décision concrète, je ne peux plus faire confiance ni à Korian (propriétaire de cet établissement pour personnes âgées dépendantes) ni à l’ARS (Agence régionale de santé) dans la gestion de cette tragique situation où chaque minute compte ».

 

« Si ce n’est pas possible, je demanderai la réquisition de l’hôtel pour sauvegarder les personnes qui sont pour l’instant en bonne santé car à mon avis, elles n’ont aucune chance de s’en sortir en restant dans l’établissement, c’est dramatique ».

 

"Combien de membres du personnels sont positifs? Quel est le nombre de résidents positifs? Y a t-il des cas graves? Des guérisons?, des décès?" Des questions auxquelles ni la directrice ni le médecin coordonnateur ne répondent.

 

"Je considère qu’il y a mise en danger de la vie de mon père à cause de vos choix personnels doublé d’une maltraitance institutionnelle vis à vis des parents et aidants de la résidence."
 

Jusqu’au bout, le groupe Korian a nié avoir le moindre cas de Covid-19 dans son Ehpad de Clamart. Le virus a pourtant contaminé plusieurs de ses salariés et une de ses pensionnaires. 

 

Ainsi, le mercredi 18 mars 2020, alors que les visites sont interdites et que le confinement est de rigueur, la directrice de l’établissement autorise son fils de 13 ans à venir séjourner dans l’Ehpad. 

 

"L’infirmière est toute seule pour quatre étages, plusieurs patients présentent de la fièvre, notamment à l’étage de ma grand-mère. Le personnel est débordé, pas assez nombreux, ils disent avoir réclamé des masques que la direction ne souhaitait donner qu’en cas de Covid-19, donc quand il serait trop tard." 

 

"Toute l’équipe se joint à moi pour vous présenter nos plus sincères condoléances à la suite du décès de votre grand-mère. Elle a marqué la vie de notre résidence par sa douceur, sa gentillesse et ses sourires quotidiens. Elle nous manquera de toute évidence beaucoup.

Sauf qu’au moment où ce mail part, Hermine est toujours en vie, dans son lit d’hôpital. Elle décédera trois jours plus tard.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 10:01

Partager cet article

Repost0
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 07:19

 


 
 

Union Fédrale de la Santé Privée CGT

 

 

 

 

 

Communiqué de presse CGT UES ORPEA filiale EHPAD du groupe ORPEA

La CGT a déposé un droit d’alerte pour danger grave et imminent le 30 mars 2020 suite à de nombreux dysfonctionnements relevés dans des établissements de l’UES ORPEA concernant les mesures de protection des salarié.e.s contre l’épidémie du COVID-19.

Suite à cette alerte une première réunion avec la direction s’est tenue le 01 avril 2020 où nos élus CSE ont réaffirmé les dysfonctionnements relevés et ont maintenu leur droit d’alerte malgré l’insistance de la présidente du CSE Mme COFFRE pour que ce droit d’alerte soit retiré, obligeant celle-ci de mettre en place une réunion extraordinaire du CSE le 02 avril 2020.

Lors de cette réunion nos élu.e.s ont encore une fois dénoncé les manquements graves concernant la protection insuffisante des salarié.e.s, en citant de nombreux exemples factuels dans plusieurs établissements de manque ou d’absence de moyens de protection, de procédures inadaptées a la crise et aux mensonges des directions d’établissements sur les déclarations de salarié.e.s contaminé.e.s présents sur les sites.

Rappelons que le CSE est majoritairement constitué du syndicat maison Arc en Ciel, et de l’UNSA.

Ces 2 syndicats ont décidé de voter contre ce droit d’alerte limitant ainsi la possibilité des salarié.e.s de l’UES ORPEA d’exercer leur droit de retrait et de continuer à mettre en danger leur santé, celle de leur résidents, de leurs collègues, et de leur famille.

Pour rappeler l’UES compte 220 établissements dans toute la France avec 12 000 salarié.e.s potentiellement en danger.

Le groupe ORPEA, avec le soutien des syndicats UNSA et Arc en Ciel, assume donc, sans état d’âme d’envoyer au front ses salarié.e.s, sans mettre en place les moyens nécessaires pour les protéger.

Les élu.e.s et mandaté.e.s CGT du groupe ORPEA dénoncent  avec force ce comportement irresponsable, celui des élu.e.s Arc en Ciel et UNSA, qui se rendent complices des mensonges de la direction du groupe qui cherche par tous les moyens d’échapper à ses responsabilités de protection de ses salarié.e.s ainsi que le refus de tester les résidents et les soignants de peur d’avoir des cas positifs qui salirait leur image.

Il est clair que le souci d’assurer les dividendes de ses actionnaires prime sur celui d’assurer la santé de ses salarié.e.s.

Fait, le 03 04 2020.

Contact : Guillaume GOBET : 06 88 62 52 67.

 

Partager cet article

Repost0
3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 13:56
CGT Korian: information importante aux salarié.es: Sont interdits :  toute forme de toilette mortuaire (laver, maquiller, habiller, fermer la bouche et les yeux du défunt), rituelle ou non, sur les corps des personnes atteints ou probablement atteints du Covid-19 .

Partager cet article

Repost0
3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 11:06

 

 

   UNION FEDERALE DE LA SANTE PRIVEE CGT  

 

Madame Muriel PENICAUD, Ministre du Travail, 127, rue de Grenelle

75007 PARIS

Montreuil, le 30 mars 2020

 

Objet : Quelle place pour les SSTI dans la crise sanitaire ?

Madame la Ministre,

Le collectif des syndicats CGT des Service de Santé au Travail Interentreprise (SSTI) appelle au plus grand respect des moyens de prévention actuellement en place pour lutter contre l’épidémie de COVID 19.

Pour autant, nous lançons dès aujourd’hui une alerte aux pouvoirs publics et au syndicat employeur de notre champ professionnel :

  • Se concentrer exclusivement sur la santé publique évince totalement la prévention centrée sur le travail et l'organisation du travail. Or face aux injonctions contradictoires de maintien de l’activité économique et de confinement, les salarié.e.s et les adhérent.e.s de nos services sont pour une très grand partie désorientés et démunis.

Dans cette période de crise sanitaire inédite, peu de SSTI tiennent réellement leurs missions et activités auprès des entreprises et des salarié.e.s. Les médecins ne peuvent traverser seuls cette crise, d'autant qu'ils sont pour la plupart confinés ou en chômage partiel.

LES PROFESSIONNELS DES SERVICES DE SANTE AU TRAVAIL SONT INDISPENSABLES A LA NATION ET TOUTES LEURS COMPETENCES PEUVENT ET DOIVENT ETRE MISES AU SERVICE DE LA PREVENTION !

Comme les visites en présentiel sont autant de risques de contamination pour les personnels des SSTI et les salarié.e.s, ces missions de soutien doivent s’exercer en télétravail.

Nous demandons des actions concrètes de prévention pluridisciplinaires :

Des permanences pour des « actions en milieu de travail (AMT) à distance » sont urgemment nécessaires pour venir en soutien aux salarié.e.s et aux employeurs.

  • Toute l’équipe pluridisciplinaires (ergonomes, technicien.ne.s en prévention des risques, ingénieur.e.s hygiène et sécurité, assistant.e.s santé travail, psychologues en santé au travail, mais aussi infirmier.e.s) doit être pleinement intégrée dans ce travail pour le soutien aux salarié.e.s et aux adhérent.e.s !
  • Les actions de prévention primaires et secondaires doivent être développées y compris dans ce contexte.
  • Les CSE, quasi évincés des réflexions et des décisions, doivent être associés pleinement avec le soutien des services des SSTI.

  • Les commissions de contrôles doivent être engagées, ce lien avec les adhérent.e.s est central à maintenir !

 

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma considération.

Dominique CHAVE,

Secrétaire Général de l’Union Fédérale de la Santé Privée CGT.

 

Copie : PRESANSE – 10, rue de la Rosière – 75015 PARIS

 

Fédération CGT de la Santé et de l’Action Sociale.

Tél. : 01 55 82 87 71 Fax : 01 55 82 87 77

BOURSE DU TRAVAIL 263, rue de Paris, 93515 MONTREUIL Cédex Case 538

Métro : Porte de Montreuil - e-mail : ufsp@sante.cgt.fr

Partager cet article

Repost0
3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 07:55

De Christophe Prudhomme, médecin urgentiste du SAMU 93, syndiqué CGT, porte parole de l'association des médecins urgentistes.

Billet d'humeur du jour

Urgence pour les EHPAD

À ce stade de l'épidémie, la priorité doit être les 700 000 résidents en EHPAD. Pour éviter le confinement total qui risque d'augmenter encore les difficultés, il est nécessaire que nos collègues bénéficient en urgence de matériel de protection et surtout de renforts en personnel. Il faut des masques et des sur-blouses, car cela fait pleurer de voir ces professionnelles être obligées de bricoler elles-mêmes des masques en tissu ou d'utiliser des sacs poubelle comme protection.
Cette situation était prévisible. Il y a deux ans, un grand mouvement à agité les EHPAD avec une revendication de création de 200 000 emplois en urgence pour pouvoir avoir un ratio d'un agent par résident. Taux d'encadrement nécessaire pour avoir le temps de donner à manger aux résidents dépendants, de pouvoir donner plus d'une douche par semaine et surtout de pouvoir disposer de temps pour les écouter, leur parler et les réconforter. Or, là aussi, le gouvernement n'a pas répondu aux revendications et seuls quelques milliers d'emplois ont été promis. Par contre les groupes privés lucratifs qui gèrent une bonne partie de ces établissements ont continué à engranger de confortables bénéfices leur permettant de se développer dans de nombreux pays, y compris la Chine où un marché s'ouvrait.
Alors aujourd'hui exigeons un soutien massif aux aides-soignantes, infirmières et autres personnels des EHPAD.
Dr Christophe Prudhomme

Christophe Prudhomme, médecin urgentiste du SAMU 93, syndiqué CGT, porte parole de l'association des médecins urgentistes.  Billet d'humeur du jour  Urgence pour les EHPAD.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche