Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 07:35

http://www.laprovence.com/article/edition-martigues-istres/2666159/la-fievre-monte-a-la-clinique.html

 

 

 

Le bras de fer s'installe entre la direction de la clinique de l'Etang de l'Olivier et ses salariés, en grève depuis mercredi (notre édition d'hier). Le mouvement, largement suivi - 95 % de grévistes sur 200 salariés selon les syndicats - a été reconduit pour aujourd'hui encore. Et hier, la tension est montée d'un cran avec l'évacuation des patients de la clinique. "Tous les coups sont permis, même les plus bas", lâche Dominique Fouque, déléguée syndicale CFDT.

L'ARS (agence régionale de santé) confirme le transfert de 50 patients hospitalisés à Istres dans les services de médecine et de chirurgie, vers les établissements voisins de la Générale de Santé. Un déplacement pris en charge par la clinique, assure la direction. L'ARS devait également envoyer hier soir une proposition de réquisition au préfet, concernant le transfert plus délicat des personnes souffrant de plusieurs pathologies.

"En face de nous, on a une machine de guerre"

Des mesures prises alors que les négociations concernant les revendications des grévistes qui réclament une hausse de leurs salaires de 100 euros bruts par mois, étaient hier à l'arrêt. "D'un côté, il y a de fortes attentes, et de l'autre, on a des personnes qui restent braquées sur leurs positions. Le coût généré par cette grève, l'arrêt de l'activité et le transfert des patients, est préféré à la négociation, analyse Dominique Fouque. En face de nous, on a une machine de guerre."

La direction se dit, elle, "ouverte à la discussion". Mercredi, sa proposition (une revalorisation du point équivalent à une augmentation d'environ 7€ par mois) avait été refusée par les grévistes. "On nous demande de faire des efforts parce que la clinique est en déficit, mais nous n'avons aucune compensation", grognent-ils, mettant en avant leur rôle et leur implication dans l'obtention, par l'établissement, d'une certification en septembre dernier.

Hier, les grévistes recevaient la visite d'élus locaux : le conseiller général et maire de Fos, René Raimondi, ainsi que François Bernardini. Le maire d'Istres, qui a reçu des plaintes de familles dont les malades ont été déplacés "sans le savoir", s'est entretenu avec le directeur régional de la Générale de Santé. Estimant insuffisante la proposition faite aux salariés, il a notamment exprimé son souhait de voir la situation se débloquer rapidement.

"Nous ne sommes pas revendicateurs par nature"

Une situation "éprouvante" pour les grévistes, reconnaît Marie-Christine Urbain, déléguée syndicale Force ouvrière. "Mais ils sont toujours motivés et derrière nous." Selon la représentante syndicale, seules quatre personnes ont repris le travail hier, "par obligation financière". "Les trois-quarts des salariés sont au SMIC, précise Dominique Fouque. C'est un gros effort de leur part de faire grève." "Nous ne sommes pas revendicateurs par nature, c'est d'ailleurs la première grève que nous faisons, insiste-t-elle. Mais là, ça suffit."

Alors que leurs collègues marseillais de Clairval et de la Résidence du parc ont repris le travail hier après neuf jours de grève, les salariés de la clinique de l'Etang qui se disent "la lanterne rouge de la Générale de Santé", maintiennent, eux, la pression. Mais jusqu'à quand ?

 

 
Générale de Santé: la fièvre monte à la clinique.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche