Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 06:26

http://www.lejsl.com/edition-montceau/2014/05/10/un-drame-du-mal-etre-au-travail

 

 

Un drame du mal-être au travail ?

 

 

Le jeune homme qui s’est jeté sous un TGV à Écuisses le 24 avril dernier était directeur des « Jardins Médicis », maison de retraite montcellienne. Selon ses amis, son geste pourrait avoir un rapport avec son travail.

 

 

Originaire de la région lilloise, Joachim Bosch, 26 ans, a mis fin à ses jours le 24 avril dernier à Écuisses (lire encadré). Il résidait à Montceau pour des raisons professionnelles après avoir pris ses fonctions à la tête de la résidence montcellienne pour personnes âgées autonomes ou dépendantes, en séjour permanent ou court séjour « Les Jardins Médicis » en juillet 2013.

Pourquoi ce jeune homme décrit par un employé comme « brillant dans son travail tout en étant au service de tous » s’est-il résolu à commettre l’irréparable ? Sans lettre ni confidence, on ne le saura sans doute jamais avec certitude… Tentant de comprendre, ses amis évoquent une lettre de licenciement que Joachim Bosh aurait reçu avant de se suicider.

Licencié peu avant

« Il a reçu sa lettre de remerciement la veille de son geste », témoigne Pierre Monnet, son ami le plus proche. « Joachim ne parlait jamais de son travail, mais je sais de source sûre qu’il était un peu submergé, parfois désorienté dans son travail. C’est normal, il venait de prendre ses fonctions. Il était soumis à des obligations de résultats, puis a reçu cette lettre. Je pense que ça l’a anéanti », relate-il.

« Je ne sais pas pourquoi il a été licencié », s’interroge encore un ancien salarié de la structure.

Annick Gillonnier, directrice de communication de DomusVi, le groupe propriétaire de la maison de retraite, fait part des « excellentes relations que le jeune directeur avait avec le directeur de région », sans toutefois expliquer les raisons de son licenciement. « Joachim était en permanence en lien avec son tuteur avec qui il dialoguait fréquemment. Nous n’avons rien pressenti et nous nous joignons à la douleur de la famille, que nous avons rencontrée ».

Des psychologues ont rencontré les salariés de la structure suite au drame.

Audience aux Prud’hommes en mars

Quelques mois plus tôt, le 16 janvier dernier, Joachim Bosch a représenté l’entreprise aux Prud’hommes dans une affaire de requalification de contrats ou encore de non remise de l’attestation Pôle emploi à une salariée. « Il représentait l’entreprise pour des faits antérieurs à son arrivée », relate Robert Wattebled, délégué syndical, défendeur de la plaignante. « J’ai fait condamner la SARL au versement d’environ 8 000 €. Je ne visais pas Joachim Bosch personnellement, mais bien la direction de cette entreprise dans son ensemble », évoque-t-il.

Joachim Bosch avait quelque fois évoqué cet épisode juridique avec Pierre Monnet. « Il était très investi dans son boulot, et défendait encore son employeur. Mais tout cela était quand même lourd pour quelqu’un qui venait d’arriver ». Pour DomusVi, la condamnation prud’homale n’a aucunement affecté le jeune directeur en poste.

Brillant joueur d’échecs

L’acte de ce jeune homme loin de montrer des signes de dépression, a surpris l’ensemble de ses relations montcelliennes. « On n’avait pas en face de nous quelqu’un de malheureux », témoigne David. « C’était une crème, la gentillesse même. Un tel geste nous aurait été indécelable », assure Marie-Claire. « On s’est tout de suite bien entendu avec Joachim. On partageait ensemble le goût du sport et la passion des dames et échecs », poursuit Pierre Monnet, aussi président du Club Med, Montceau échecs et dames. « Il était un brillant joueur d’échecs, un sportif invétéré. Joachim avait le sens de l’effort, de l’opiniâtreté, il était très mature pour son âge ».

Le jeune homme, fils unique, avait fêté ses 26 ans le week-end précédent le drame.

Contactée par téléphone, la famille du jeune homme n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Les gendarmes ont ouvert une enquête pour tenter de déterminer les raisons du suicide.

 
 
 
 
 
Tout d'abord, toutes nos condoléances à la famille et aux proches de ce jeune directeur qui travaillait aux jardins de Médicis à Montceau-les-mines.

Maintenant chez domusvi vous devez des explications :

- Pourquoi prendre un directeur si jeune ? Quel intérêt ? Le rémunérer moins que les autres ?
- Comment un groupe se disant un grand groupe peut laisser dire à sa directrice de communication qu'elle ne sait pas pourquoi ce directeur a été licencié ?
- Pourquoi le faire représenter domusvi aux prud'hommes pour une affaire antérieure à son arrivée, affaire perdue (pour une affaire de requalification de contrats ou encore de non remise de l’attestation Pôle emploi à une salariée.) Tiens on croyait que c'était une spécialité locale à Bessenay dans le Rhône (le scandale de la fermeture de l'EHPAD mi-septembre 2013).

La directrice de la communication du groupe domusvi : "Nous n’avons rien pressenti et nous nous joignons à la douleur de la famille, que nous avons rencontrée »."

Mais quel toupet d'envoyer vos condoléances, ayez de la décence et fermez-là, faites-vous tout petit chez domusvi !!!

Marre de ce groupe qui exploite les seniors et ses salariés, à quand est-ce que le gouvernement interviendra contre les pourris qui profitent de l'or gris ???

 
Domus Vi:MONTCEAU. - UN JEUNE DIRECTEUR DE MAISON DE RETRAITE S’EST DONNÉ LA MORT.

Partager cet article

Repost0

commentaires

A
J'ai été bouleversée en apprenant le décès de Joachim. Je l'ai connu durant ses années collège et lycée, un gamin hyper gentil, souriant, agréable... Je n'arrête pas d'y penser, c'est un massacre ! En réalité, il n'aura fait qu'étudier puis disparaître, sans vraiment profiter le la vie. Je l'avoue, j'ai pleuré et je pense aussi à ses parents...........
Répondre

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche