Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 06:37

~~ Publié le 24/04/15 - 15h34 - HOSPIMEDIA

Entamé le 15 mars dernier par la CGT Korian-Medica et Sud santé sociaux, le mouvement de grève national s'est soldé, jeudi 23 mars, par l'octroi d'une prime exceptionnelle aux salariés de Medica. Une situation qui ne devrait a priori plus se reproduire d'après la direction, mais qui pourrait bien appeler à de nouvelles actions du côté de la CGT. Le directeur général de Korian-Medica a honoré sa promesse. Intervenu à la demande du comité d'entreprise (CE) ce jeudi 23 avril pour un CE extraordinaire, Yann Coléou n'a pourtant pas complètement répondu aux demandes des salariés de Medica (lire ci-contre). S'il leur accorde une prime de 260 euros (€) brut sur le salaire de juin pour compenser le non-versement de la prime de participation, ce dernier s'est en effet refusé à toute négociation salariale. Malgré une forte mobilisation sur les établissements Medica depuis le 15 avril, plus de 1 800 signatures émanant de 52 à 55 établissements et un cortège de 120 personnes devant le siège du groupe lors de la tenue du CE extraordinaire, c'est donc un bilan en demi-teinte que dresse la CGT Korian-Medica en cette fin de journée. Opposant un résultat net part groupe en croissance de 116,3% sur 2014 (lire ci-contre), Anne Taquet, secrétaire générale de l'union fédérale de la CGT, voit dans cette prime exceptionnelle le dédain de l'entreprise pour ses salariés, dans un contexte de dégradation des conditions de travail. L'expertise comptable confirme la position du siège Commandée par le CE à la demande des salariés, l'expertise comptable a pourtant "confirmé que les résultats annuels ne permettaient pas de verser cette participation", rappelle Monique Rolland, directrice des ressources humaines (DRH) pour Korian-Medica. En cause, "des charges exceptionnelles enregistrées au niveau fiscal suite à un contrôle Urssaf [Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales, NDLR] et un contrôle fiscal en 2014 pour les années 2011, 2012 et 2013 qui ont fait baisser le niveau du résultat fiscal [résultat sur lequel est basée la formule légale de calcul de la prime de participation, NDLR]". Exposée en introduction du CE, la justification ne satisfait nullement le syndicat. "Les salariés n'ont absolument pas à subir le défaut de management d'un groupe qui se dit exemplaire", tacle Anne Taquet. Sur ce point justement, la DRH est catégorique : "Le contexte de l'année 2014 ne va pas se reproduire. Dans le processus d'alignement social engagé suite à la fusion, les négociations d'un accord sur l'épargne salariale sont en cours pour que, sur les résultats de 2015 — et donc avec versement 2016 —, l'ensemble des salariés de Korian et de Medica profitent de la même participation aux bénéfices dans l'entreprise*". La troisième séance de négociations étant engagée pour la semaine prochaine, le groupe assure faire aboutir cet accord avant le 30 juin. La qualité de vie au travail en cours de négociations Quant à la principale revendication portée par la CGT et Sud santé sociaux, l'ouverture d'une négociation salariale, la direction renvoie aux prochaines négociations annuelles obligatoires (NAO). Celle-ci en profite toutefois pour rappeler son implication sur de nombreux dossiers sociaux. Évoquant l'accord de démarrage post-fusion, signé en juin 2014, Monique Rolland égraine les axes d'action : insertion des personnes handicapées, égalité homme-femme, mutuelle ou encore instances représentatives du personnel (IRP)... "Nous sommes toujours en négociation", assure-t-elle. Fortement mise en exergue lors du mouvement social, la question de la pénibilité au travail avance également. Les négociations sur la qualité de vie au travail sont entamées, la seconde séance étant par ailleurs prévue la semaine prochaine. Les salariés devraient en toute vraisemblance demander l'instauration d'une prime de pénibilité. Ces éléments posés, la CGT spécifie, dans ce contexte, attendre le retour des salariés pour se positionner. Anne Taquet, quant à elle, l'assure, cette action "en appellera d'autres". Verdict sous une dizaine de jours, à l'issue du débriefing du syndicat. Ehpad du Champ-de-Mars : la grève prend fin au sixième jour En grève depuis le 15 mars dernier (lire ci-contre), les salariés de l'Ehpad du Champ-de-Mars (Meditel, filiale de Korian) ont repris le travail le lundi 20 avril dans la soirée pour signer, dès le lendemain, un protocole de fin de conflit. Dénonçant des méthodes proches du harcèlement, de la pression au chiffre et une organisation du travail inadéquate au sein de l'établissement, les salariés se sont finalement mis d'accord avec la direction sur plusieurs éléments. "Plus que de la réorganisation du travail, c'est une meilleure organisation de l'établissement qui est envisagée", explique Monique Rolland, directrice des ressources humaines pour Korian-Medica. Pour pallier les dysfonctionnements, sont notamment prévus : la mise en place de fiches d'événements indésirables pour étude hebdomadaire (existantes mais non utilisées jusqu'alors) ou encore la rémunération des temps de pause non effectués. Demandée par les salariés, la création de deux postes supplémentaires n'a pour sa part pas été actée. L'établissement s'engage néanmoins à "mieux répartir la charge de travail entre l'équipe soignante en fonction de l'état de santé des résidents", signale Monique Rolland.

Agathe Moret

Ecrire à l'auteur

* Pour l'heure, les salariés Korian peuvent prétendre à une prime d'intéressement, ceux de Medica à une prime de participation.

Tous droits réservés 2001/2015 — HOSPIMEDIA

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche

Articles Récents