Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2018 1 17 /09 /septembre /2018 11:15

D'après Guylain Cabantous, délégué syndical central CGT de l'EFS et plaignant, "ces joints sont fabriqués avec une matière composée à 60% de résines phénol-formaldéhyde et de trioxyde d'aluminium." Des composants cancérogènes ou mutagènes qui se retrouvent dans le sang ou le plasma des donneurs affirme-t-il. "Cela représente 2 milligrammes", précise Guylain Cabantous "2 milligrammes de produits toxiques auxquels les donneurs peuvent être exposés à plusieurs reprises car ils donnent souvent". Un adulte peut en effet donner du plasma jusqu'à 24 fois par an.

 "Il ne suffit pas de rappeler les donneurs concernés et de leur demander s'ils vont bien, il faut leur faire passer des examens et mettre en place un suivi médical." Cette décision de l'ANSM est une "victoire partielle" pour ce lanceur d'alerte : "Les machines de collecte de plaquette d'Haemonetics, qui sont toutes aussi dangereuses selon nous, sont toujours en service."

L'un de ces lanceurs d'alerte, Alexandre Berthelot, est un ancien directeur commercial de Haemonetics. Il a démissionné en avril 2015 et accuse l'industriel de pratiques irrégulières.

"On prend de vieilles machines, on les envoie aux États-Unis, on les désosse, on récupère des pièces détachées où on fait du cosmétique, et on les renvoie comme des neuves", avait-il dénoncé le 24 mai lors d'une conférence de presse au siège de la CGT à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

La décision de suspension "est une grande victoire", a déclaré jeudi à l'AFP un autre de ces lanceurs d'alerte, Guylain Cabantous, délégué syndical central CGT de l'EFS.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche

Articles Récents