Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2019 3 25 /09 /septembre /2019 20:56

https://www.google.fr/amp/s/amp.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/directeur-d-ehpad-nantes-il-craque-6536731

 Directeur d’Ehpad à Nantes, il a craqué.

 

Un ancien responsable de maison de retraite Korian, licencié, et en conflit avec le groupe, dénonce l’exigence de rentabilité au détriment des résidents.

Samuel Royer, est devenu photographe. Fini les soins, les gens malades, les vieux, il a décidé de tourner la page, non sans une grande amertume. En conflit avec son ancien employeur, le groupe Korian, coté en bourse, qui gère près de 300 maisons de retraite en France, il attend que les Prud’hommes se penchent sur son

 histoire.

 

Celle d’un cadre d’Ehpad à Nantes qui a craqué ? Samuel Royer, ancien neuropsychologue, a dirigé plusieurs maisons de retraite avant de « perdre pied », glisse-t-il pudiquement. Après deux arrêts de travail, il a été licencié en 2017 « pour longue absence qui crée des dysfonctionnements », durant son arrêt maladie. La médecine du travail avait préconisé un reclassement.

L’ancien cadre accuse sa direction d’avoir exercé des pressions financières trop fortes (1), au détriment des conditions de vie des résidents et de travail pour l’ensemble des équipes. « En 2014, quand le groupe Medica, pour lequel je travaillais a été absorbé par Korian, les objectifs financiers ont été revus à la hausse et les moyens à la baisse. »

Des goûters à 8 €

Il cite en exemple, les menus allégés, « c’était fromage ou dessert », le goûter offert aux familles qui passe à 8 €. « Des économies de bout de chandelle », dénonce-t-il.

« Le plus grave, c’est quand on vous dit de ne plus remplacer tous les absents. Pour moi, ce n’était pas négociable. Un aide-soignant en moins crée de vrais problèmes de fonctionnement. Ça veut dire qu’on fait couler la douche d’un résident et en même temps on se rend dans une autre chambre. Finalement, tout le monde s’épuise. »

Dans ces conditions, les pensionnaires ont-ils parfois été maltraités ? « Non, pense-t-il Et c’est grâce à la très bonne équipe que j’avais. » Il sort d’un carton les photographies de ses collègues déguisés et prenant la pause dans son ancien bureau. « Ils m’ont soutenu. »

Samuel Royer gagnait bien sa vie : un peu plus de 4 000 € par mois. Les directeurs ont sur leur fiche de paye, une part variable avec des objectifs financiers. « Aujourd’hui, on parle même de superperformance, si on est au-delà des 100 %. Ce n’est tenable ni pour les résidents, ni pour les salariés. »

24 heures sur 24

Il a gardé tous les courriers adressés à sa direction pour tirer la sonnette d’alarme. « Il y avait des infiltrations d’eau, des problèmes de chaudière, des chambres non chauffées. On me demandait aussi de gérer les familles mécontentes. »

Samuel Royer craque une première fois, puis encore une fois. « Je ne dormais plus, je pleurais et j’avais des troubles obsessionnels compulsifs. J’étais disponible 24 heures sur 24. S’il y avait un problème la nuit, on m’appelait. J’étais pénalement responsable. On me disait de m’organiser en interne mais sans donner les moyens financiers. »

La direction de Korian n’a pas souhaité faire de commentaires avant l’audience des Prud’hommes, en décembre. Elle rappelle seulement que « dans les maisons de retraite médicalisées, le nombre de collaborateurs est fixé en concertation avec les autorités publiques sur la base d’une évaluation du niveau de dépendance des résidents. Notre priorité est la qualité des soins et le bien-être de nos résidents. Et c’est compatible avec notre développement et notre croissance ».Le groupe européen vise un chiffre d’affaires de 4,2 milliards d’euros d’ici 2021.

(1) Le budget d’un Ehpad obéit à un savant calcul, entre l’assurance maladie qui prend en charge le soin, le Département, la dépendance, et le groupe qui fait payer les chambres, la restauration et divers services. Une chambre chez Korian peut coûter 3 000 €.

Ouest-France Marylise COURAUD.Publié le 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mano 26/04/2020 11:26

ce Monsieur dénonce des tristes réalités pour se défendre.... Soit... Mais, il a lui même bien des choses à se reprocher, il a bien su profiter du système avant de se faire virer, en autre ...harcèlement...

jluc 26/09/2019 10:11

tout est dit dans cette article ! Ceux que dénonce ce directeur est le mal dont soufre aussi les ash les AS etc

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche