Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 21:46

Je ne vous apprends rien, que de dire que nous sommes actuellement en pleine crise sanitaire. Il est regrettable de ne pas avoir pris conscience de cela dès les premiers signaux d'alertes, tant médiatiques, qu'émanent du personnel. Pensions-nous sans humilité que nous avions tiré les leçons du passé ? En 1918 a eu lieu une pandémie grippale avec 50 à 100 millions de morts. En 2003 la canicule faisant 15000 morts en 14 jours. Pour en revenir à notre époque plus proche, et pour reprendre tous les commentaires de personnes qui voudraient minimiser ce désastre qui s'annonce, je voudrais répondre OUI il y a beaucoup de gens qui meurent de la grippe MAIS : 1) Dès le début de l'hiver dans la résidence "fleurissent" toutes les pancartes annonçant l'arrivée de la grippe et toutes les mesures à prendre pour éviter la contagion et surtout se faire vacciner ! Mise à dispo de gel, de masques. Pour les non vaccinés impératif de porter le masque pour éviter la contagion, ainsi que pour les personnes présentant des signes de refroidissement, ceci n'étant que du bon sens. OUI il y a des gens qui meurent pendant la période de canicule, MAIS : 2) "bourgeonnent" les affiches qui indiquent les mesures à suivre pour éviter aux résidents les coups de chaleur, la déshydratation etc... Cela va de soi.... Même exemple pour la gastro, etc. etc. Et là, malgré le "warning" mondial de la dangerosité de ce virus, les mesures quotidiennes, se suivent et ne se ressemblent pas. Le personnel soignant, ainsi que tout le personnel opérant auprès des résidents se voit tous les jours devoir appliquer de nouvelles règles. Et tous les jours, ils nous font remonter à nous représentant de proximité, délégué(e) CSE, délégué(e) syndical etc. etc. ces informations traduisant leur désespoir devant tant de manque d'organisation, et où tout va à "vau l'eau" ! J'en appelle à votre humanité , à votre devoir à chacun des échelons de cette pyramides de responsabilités, de faire le nécessaire afin que soit appliqué la loi qui dit, ce que vous êtes, et que nous sommes censés savoir : " L'employeur est tenu par la loi de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la SÉCURITÉ, et PROTÉGER la santé physique et mentale de ses salariés. Article L4121-1 du code du travail. Et je me permettrais de rajouter la déclaration universelle des Droits de l'homme de 1948 : Défendons-les ! Quand il s'agit des Droits humains, chaque COMBAT mérite une victoire. Et là, la victoire serait que chacun et chacune puissent bénéficier des mesures de protections pour enrayer ce virus ! Chaque jour nous sommes à l'écoute de collègues désemparées, devant affronter des directives changeantes, incohérentes. Cette période ne serait-elle pas plus propice à instaurer une direction Collégiale, en l'absence de supérieurs hiérarchiques (dans certains établissements) tels que MÉDEC, IDEC, représentant chaque corps de métier au sein de notre établissement. Ou chacun opère dans SON domaine de compétences, avec des responsabilités partagées, mettant en valeurs la légitimité de la délégation. Au lieu de déléguer le pouvoir sur un petit groupe de personnes dont le métier n’est pas le soin, et laisser interférer ses personnes sans connaissances dans le métier d'autrui. En cette période anxiogène, d'insécurité, et délétère, l'autoritarisme de certains (qui pense profiter de la situation, en prenant les autres comme marchepied à leur propre ascension) est affligeant, là où il faudrait de la pédagogie, de l'empathie, et beaucoup d'humanisme Le seul souhait, serait qu'après ce malheureux épisode, qui succède à la grippe, qui succède à la gastro, qui laisse tout le personnel sur les rotules, nous n'oublierons pas de remercier toutes "ces petites mains de l'ombre", et tous ces autres corps de métier qui se sont dévoués afin de penser au bien être d'autrui en toute abnégation. Que la pyramide des valeurs soit inversées et que c'est toute cette chaîne humaine soit remerciée à sa juste valeurs, et que pour une fois se pérennise la reconnaissance de leur "sacrifices".

 

Situation insupportable dans nos Ehpad

Protégez nos ainés, voilà ce que disait notre président il y a quelques jours !!!!

Voilà ce qui se passe aujourd’hui :

Les salarié.es n’ont pas de masques, ils vont de chambre en chambre sans protection ni pour eux ni pour les résidents.

Nos résidents ne sont ni testés ni hospitalisés, voilà les recommandations !

Il faut prioriser

Le personnel des Ehpad ne peut être complice de ce genre de procédure, non ne voulons pas laisser mourir nos ainés dans leur chambre tout seul, sans famille et sans faire le maximum pour leur santé. Notre métier est de prendre soins de nos résidents de les accompagner vers leur fin de vie, mais certainement pas d’y mettre fin par souci d’économie.

Apres nous avoir méprisé depuis plusieurs années, de nous avoir gazés lorsqu’on demandait de meilleures conditions de travail, on nous demande d’être complice d’un « laisser mourir nos résidents », cela s’appelle de la non-assistance de personne en danger !nous dénoncerons chaque cas !

 

Le ministre de l’Economie Monsieur Bruno Lemaire a proposé aux entreprises de verser une prime de 1000€ aux salarié.es qui continuent de travailler malgré le coronavirus. Nous espérons que notre entreprise accédera à cette demande sans réitérer les malheureux euros de l’année précédente, que seule une partie des salarié.es avaient perçu.

Nous demandons que cette prime de 1000€ soit distribuée à l’ensemble des salarié.es de l’entreprise employé.es, TAM, cadres, services support, sans aucun critère.

Cette terrible pandémie frappe aussi bien nos résidents que nos salarié.es dont certain.es ont été declaré.es positives et malgré tout l’ensemble de nos équipes, à tous les niveaux, font preuve d’abnégation et assument leur mission avec un grand professionnalisme que l’on se doit de saluer et féliciter.

Comme vous, nous supportons un début d’année difficile, grave, anxiogène. Les salarié.es sont inquiet.es, il est vrai que la communication et la gestion de cette crise par le gouvernement sont lamentables.

Outre la prime de 1000€, nous vous formulons une autre requête qui va au-delà des préconisations ministérielles : il faut impérativement équiper tout.es les

salarié.es du groupe de masques en quantité suffisante, suspicion de covid-19 ou pas, c’est une question de santé publique vitale grave que l’entreprise se doit de saisir.

Je ne vais pas vous dénoncer la maltraitance institutionnelle dans les Ehpad, aujourd'hui tout le monde est informé de ce qui s'y passe.

Merci à ceux qui ont osés dénoncer le système et les pratiques.

Notre principale revendication, et qui nous préoccupent le plus, c'est le manque d'effectifs qui ne nous permets pas d'appliquer ce que l'on a appris en formation. On ne peut pas respecter le temps nécessaire que l'on doit passer avec chaque résident, surtout avec un taux de dépendance assez fort. Nos conditions de travail se dégradent peu à peu.

Ce qui nous désole, c'est que nous ne respectons pas leur rythme de vie, ce sont eux qui sont obligés de suivre le nôtre, on a basculés dans l'indignité et nous refusons d'être complices.

L'attractivité du métier est en berne, il leur est devenu difficile de recruter des Aides-soignants, des Infirmiers et des cuisiniers.

Les accidents de travail sont nombreux, s'après les statistiques nous avons dépassés le taux de ceux qui travaillent de le Bâtiment, nous sommes en tête de liste.

Les maladies professionnelles de plus en plus fréquentes, les problèmes psychologiques dû au stress augmentent et les burnout s'installent de plus en plus aussi vu le rythme et les charges de travail.

A chaque gouvernement des promesses sont faites, mais nous sommes toujours dans l'attente, l'ARS est complice de l'Etat.

Les soignants en Ehpad se joignent au mouvement de grève contre la réforme des retraites qui pour nous est une absurdité.

Depuis longtemps nous dénonçons la maltraitance institutionnelle dans ces établissements. Dans toute la France, des grèves ont lieues, des familles et même certaines Directions, soutiennent les soignants.

64 ans, l'âge pivot serait un gros problème dans ce secteur d'activité compte tenu de la pénibilité du travail, il y a une grande souffrance, nous souffrons de l'alourdissement des tâches qui s'ajoutent à notre métier de soignant, nous souffrons aussi du manque de reconnaissance et nous souffrons de ne pas pouvoir faire notre travail convenablement. Le secteur est toujours en sous-effectifs d'où l'épuisement des salariés, les manques de moyens sont nombreux.

Nous continuerons à défendre nos retraites, mais aussi le système de santé pour la dignité de nos aînés, et leurs droits de bien vieillir. La solidarité s'est élargie, aujourd'hui nombreux sont les retraités qui se mobilisent pour notre cause et nous les en remercions car demain, ils pourraient devoir intégrer l'un de ces établissements. Nous sommes tous concernés et il y a de quoi être inquiets, les conditions de vies des résidents dépendent de nos conditions de travail qui se sont fortement dégradées.

Les salaires des soignants dans le privé, sont encore plus bas que dans le public. Il y a une grande précarité des emplois avec des CDD à outrance et de plus en plus de vacataires ce qui n'est pas du tout sécurisant pour les résidents.

Il faut savoir que le prix moyen d'un hébergement en Ehpad peut coûter plus de 3000 euros par mois, voire plus, car tout dépend de la prise en charge et du département où est situé l'établissement.

Nous avons appris que des mesures ont été prises pour le personnel des hôpitaux publics qui exercent aussi des métiers usants, mais les salariés en Ehpad privées ne sont pas concernés, on nous laisse dans la merde.

Nous souhaitons que le système actuel de nos retraites soit maintenu et nous invitons le Ministre de la Santé, à venir faire du soin en Ehpad. Il va falloir qu'enfin on nous entende car notre santé est en danger, mais les dividendes versés aux actionnaires sont eux, en bonne santé.

Nous ne lâcherons rien, la lutte est engagée.

Si vous mourrez, vous ne mourrez pas seulement parce que le Covid19 tue.

Vous mourrez parce que les gouvernements successifs ont détruit 18000 lits en 6 ans

Vous mourrez parce qu’un plan de réduction de budget de l’hôpital public de 3 milliards d’euros a été mis en place en 2015

Vous mourrez parce que votre médecin de campagne n’a pas été remplacé

Vous mourrez parce que le SAMU, les pompiers sont surchargés et à bout de souffle

Vous mourrez parce que le gouvernement n’a pas écouté les revendications des soignants qui font grève depuis 1 an et dénoncent les mauvaises conditions de soin qu’ils sont obligés de faire subir aux patients

Vous mourrez parce que depuis la crise sanitaire, les soignants n’ont ni masque, ni matériel de protection pour éviter les contaminations

Vous mourrez parce qu’un médecin aura choisi de sauver une autre vie que la vôtre, faute de lit et de matériel suffisant

Honte à ce gouvernement de criminels

Après , ils donneront  la récompense, c'est une escalade  d 'engagement pour une  soumission  librement  consentie.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche

Articles Récents