Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2022 5 04 /02 /février /2022 16:48

https://www.groupe3e.fr/

 

Depuis de nombreuses années, les salariés travaillant dans les grands groupes d’EHPAD privés lucratifs subissent des conditions de travail extrêmement pénibles que leurs représentants du personnel n’ont cessé de dénoncer. Les sous-effectifs y sont permanents et érigés à l’état de dogme, avec des taux d’encadrement beaucoup plus faibles que dans le public ou le privé non lucratif. Et ces sous-effectifs contraignent de fait les salariés à maltraiter les résidents, par manque de temps. Alors même que les personnes qui choisissent de s’orienter vers ces métiers dits « du soin» offrent majoritairement des profils empathiques, cette situation entraîne chez elles une souffrance dans l’exercice de leur métier, qui emmène nombre d’entre elle jusqu’au burn out et au changement d’orientation professionnelle.

Nous qui intervenons dans ce secteur entendons régulièrement les représentants raconter le quotidien souvent sordide de ces établissements : interdiction de changer les couches tant que l’alarme de la puce RFID ne sonne pas, résidents à qui l’on fait porter des couches parce que l’on n’a pas le temps de les accompagner aux toilettes ou que l’on oblige à manger mouliné parce que le temps manque pour couper la viande, nourriture insipide amenant à la dénutrition…

Nous voyons aussi à l’œuvre la discrimination syndicale qui va de la création de syndicats maison au licenciement sans motif de certains élus, en passant par le harcèlement des rares salariés qui osent se syndiquer (changements d’horaires, affectation sur des postes difficiles, remarques incessantes…). Ces méthodes managériales d’un autre temps sont aussi l’une des marques de fabrique de ces groupes.

Si elle n’a rien appris aux salariés de ces établissements, la parution du livre « les fossoyeurs » met enfin en lumière ces pratiques scandaleuses, de détournement d’argent public au profit d’actionnaires privés et de maltraitance généralisée des résidents comme des salariés.

La question qui se pose maintenant est celle de la volonté politique de faire bouger les choses en profondeur : si tant est qu’une telle volonté existe, comment s’y prendre pour renforcer les contrôles sur l’utilisation des fonds et l’évolution des pratiques de ces groupes ?

Une voie drastique consisterait à considérer que le secteur des EHPAD est trop important pour ne pas être laissé à la collectivité. De plus en plus de voix s’élèvent dans ce sens et cette question mérite d’être posée.

Dans l’immédiat, une piste évidente consiste à s’assurer du respect d’un taux d’encadrement cible, selon le profil des résidents et à le suivre dans le temps. Il s’agirait là d’imposer aux établissements une obligation de résultat en matière d’effectifs CDI, assortie d’un coup d’arrêt à la pratique des « faisant fonction », avec bien évidemment des sanctions financières très élevées en cas de non-respect de ces objectifs. Il pourrait par exemple s’agir de normer l’effectif et la masse salariale par métier nécessaires au bon fonctionnement de chaque établissement et tout simplement de demander la restitution des sommes non dépensées sur ce poste. Compte tenu des tensions structurelles sur le marché de l’emploi pour la plupart des métiers concernés, cela suppose de résoudre le problème de leur attractivité, donc probablement de les revaloriser significativement, ce qui rejaillirait sur l’ensemble des salariés de ce secteur.

Une autre mesure pourrait porter sur l’absentéisme, reflet des conditions de travail des salariés : à l’instar de ce qui se pratique en matière de maladies professionnelles et accidents de travail, les établissements affichant un absentéisme élevé pourraient également être pénalisés financièrement, surtout en cas de non remplacement des salariés absents.

D’autres mesures pourraient également être envisagées dans le même ordre d’idée du côté de l’ensemble des achats, qu’il s’agisse des dispositifs médicaux ou des repas.

La dépendance est l’affaire de tous, il est grand temps de légiférer afin de mettre enfin les actes en adéquation avec les discours affichés.

Elisabeth Wolf

Responsable du secteur santé

Partager cet article

Repost1

commentaires

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche

Articles Récents