Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 12:34

Sarcelles

Les grévistes de la maison de retraite dans l'impasse

Juliette Corda | 23.11.2000
 
«C'EST UN CONSTAT d'échec. On n'a rien obtenu, rien signé. » Comme ses collègues des seize maisons de retraite Mapi d'Ile-de-France, Cynthia Mouyombo ne cachait pas sa déception hier à l'issue de la rencontre organisée au siège de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) avec la direction générale de la Semacs, gestionnaire de ces structures d'accueil pour personnes âgées. Après deux jours de grève, cette employée de la résidence de Sarcelles s'était pourtant rendue pleine d'espoir à ce rendez-vous prévu de longue date. « On nous propose une augmentation de salaire de 2,5 % et une prime pour les dimanches mais on ne nous accorde toujours pas le paiement du treizième mois. Nous refusons, car c'est trop peu », expliquait hier Cynthia, envoyée aux négociations en tant que représentante du syndicat CGT. A la résidence Mapi de Sarcelles, les cinquante-cinq employés qui ont patiemment attendu des nouvelles ont été déçus. « Ce que l'on demande, c'est aussi un peu de considération de notre travail » Pendant deux jours, aides-soignants, cuisiniers, infirmiers ou secrétaires avaient uni leurs forces pour réclamer leur treizième mois, une augmentation conséquente de salaires, le règlement des dimanches travaillés, la révision de la prime d'ancienneté ou encore l'allégement des charges de travail. « On touche une misère. Ce que l'on demande, c'est aussi un peu de considération de notre travail », lâchait hier Henri Marcourt, délégué CGT. Afin de ne pas pénaliser les résidants, tous ont décidé de reprendre le travail. Ils décideront demain de donner ou non plus d'ampleur à leur mouvement. En août dernier, déjà, une vingtaine des 55 employés de la maison de retraite, située avenue de la Division-Leclerc, à l'entrée du quartier du village, avaient cessé leur travail durant un peu moins d'une heure, à l'appel du syndicat CGT, pour dénoncer leurs conditions de travail qu'ils jugeaient mauvaises. Ils réclamaient alors une hausse des salaires et l'embauche de personnel supplémentaire d'encadrement pour leur établissement, et menaçaient de réitérer ce type d'action s'ils n'obtenaient pas satisfaction. A l'époque, la société Semacs, qui gère depuis son siège d'Aubagne (Bouches-du-Rhône) les 25 Mapi de France, avait indiqué qu'elle ne pouvait pas négocier sur un seul établissement, et fait valoir qu'elle avait avancé à l'automne les négociations normalement prévues en décembre.

Le Parisien

Cet article a été publié dans la rubrique Val d'Oise

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche