Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 06:45
http://www.touleco.fr/Cliniques-privees-la-troisieme-7039.html
À Toulouse, des cliniques se regroupent pour faire face aux rachats de nombreux établissements privés par des fonds d’investissements internationaux. Décryptage.

Sur les 58 cliniques privées de Midi-Pyrénées, la moitié est détenue par des fonds d’investissements internationaux. À Toulouse, c’est le cas d’Ambroise Paré rachetée par Médi-Partenaires ou de la Polyclinique du Parc, Saint-Jean Languedoc, de Beaupuy et des Cèdres qui appartiennent à Capio. Le groupe suédois envisageait même le rachat de la clinique de L’Union, en difficulté financière, et l’ouverture pour 2014 d’une nouvelle clinique polyvalente à Quint-Fonsegrives. Même si pour cette dernière, les travaux n’ont toujours pas débuté… « C’est une délocalisation inversée ! Contrairement aux usines, nos cliniques ne sont pas exportables. Mais en laissant des groupes étrangers racheter nos établissements, c’est tout un patrimoine que l’on laisse partir », proteste Franck Berthoumieu, le p-dg de la clinique Pasteur. « Le risque à terme ? Que ces gros groupes financiers décident, seuls, des tarifs des prestations ! »

Se regrouper pour se développer

Face à ces rachats, les cliniques Pasteur (cardiologie et cancérologie), Saint-Exupéry (néphrologie), Monié (gériatrie et soins de suite) et Médipôle Garonne (chirurgie orthopédique) ont ouvert « une troisième voie à côté de l’isolement et des fonds de pension » : elles ont fondé, à Toulouse, l’alliance Clinavenir. Cette société filiale, dont elles sont actionnaires à parts égales, veut faire primer l’intérêt du patient et le projet médical sur la logique financière.

Une démarche qui a séduit les cliniques Sarrus Teinturiers et Saint-Nicolas qui viennent de rejoindre Clinavenir« Seul, on ne peut plus se développer… D’où l’idée de se regrouper pour rester indépendants et promouvoir une certaine qualité médicale », enchaîne Franck Berthoumieu, le président actuel de la société filiale, qui veut privilégier le réinvestissement des profits dans les structures et l’outil de travail.

À travers Clinavenir, les cliniques vont pouvoir mutualiser les moyens, partager les expériences, mener ensemble des projets médicaux et investir en commun. Une alliance qui pourrait attirer une vingtaine de cliniques privées (telles la clinique de l’Union, la Polyclinique de l’Ormeau à Tarbes, la clinique du Docteur Cave à Montauban), dont le capital social reste majoritairement aux mains du corps médical ou d’actionnaires indépendants. Reste à savoir maintenant, si l’État « reconnaîtra et traitera différemment » ces cliniques privées 100% françaises… Mais rien n’est moins sûr.
I. B.-D.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche