Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2018 2 17 /04 /avril /2018 21:18

Tract à distribuer et à afficher sur vos sites.

Tract CGT KORIAN appel au 19 avril.

Partager cet article

Repost0
17 avril 2018 2 17 /04 /avril /2018 21:09

C'est un exemple typique pour la "union Busting", pour le procédé systématique contre des droits de syndicat : l'entreprise Celenus a démissionné sans préavis un membre de la ver.di commission tarifaire à la clinique au Salza dans le bain Langensalza en Thuringe et a menacé autre(supplémentaire) à la résiliation parce qu'ils doivent avoir distribué la documentation à la grève. Depuis des semaines les employés de la clinique de Reha discutent pour de plus hauts salaires. "Résoudre, pourtant, au lieu du conflit à la table de débats, l'employeur met sur l'intimidation", les ver.di-chefs de spécialité de pays critiqués Bernd Becker. "Il devait prendre connaissance : des droits fondamentaux sont aussi valables(considérés) dans le bain Langensalza."

Des spécialistes reçoivent dans la clinique de Reha de Thuringe d'après des calculs du syndicat jusqu'à 42 pour cent moins que, par exemple, ses(leurs) collègues et collègues dans des cliniques de l'assurance de retraite allemande. Dans les groupes de rétribution inférieurs, plusieurs reçoivent à peine plus que le salaire minimal légal. Contre cela se défendent les employés qui se sont exprimés dans un vote général à la majorité écrasante pour un conflit social. Plusieurs fois l'entreprise appartenant au consortium d'Orpea français essayait d'empêcher des grèves par référé - sans succès. Maintenant, les activistes séparées sont attaquées.

 

La clinique au Salza dans le bain Langensalza appartient à Celenus Kliniken GmbH avec le siège à Offenberg. L'entreprise fait en Allemagne zurzeit 17 cliniques et tient depuis 2017 aussi la majorité au holding inoges de GmbH avec la marque Savea avec 30 positions(lieux d'emplacement) dans le domaine de la réhabilitation ambulatoire. Le propriétaire est le groupe d'Orpea avec le siège en France qui a dans toute l'Europe environ 790 positions(lieux d'emplacement) avec 82.900 lits, de cela 165 positions(lieux d'emplacement) avec environ 17.600 lits en Allemagne.

 

Les reproches contre nos collègues sont complètement instables ", Becker souligné." De ma vue, ils ont seulement un but : intimider les employés et tenir, faire usage de son(leur) droit fondamental. "Ce serait un scandale - en particulier pour une entreprise qui est active dans le domaine de la prévoyance d'existence et est financée des contributions de l'assurance sociale." Des bas salaires et la conduite hostile au syndicat n'y conviennent pas simplement ", ainsi Becker. Il faisait appel à la pointe de Celenus," pour finir cette façon de se conduire non démocratique et pour s'ouvrir enfin aux pourparlers constructifs ". Maintenant, la solidarité serait demandée, Becker expliqué." Donc c'est une attaque non seulement sur deux collègues, mais sur les droits fondamentaux syndicaux et avec cela sur tous les employés. "

S'il vous plaît, la lettre de protestation à la directrice de Celenus Kliniken GmbH se met S.Leciejewski@celenus-kliniken.de et le directeur de clinique dans le bain Langensalza les démonstrations de solidarité ogiese@rehaklinik-badlangensalza.de : jalthaus@rehaklinik-badlangensalza.de

Partager cet article

Repost0
16 avril 2018 1 16 /04 /avril /2018 17:49
La CGT ELSAN lance un appel à la grève dans toutes les cliniques du groupe ELSAN pour le 19 AVRIL.  la CGT vous appelle et invite à rejoindre les manifestations organisées dans votre ville en ce jeudi 19 avril 2018  luttons tous ensemble vive la convergence des luttes.

Partager cet article

Repost0
16 avril 2018 1 16 /04 /avril /2018 17:44

Partager cet article

Repost0
16 avril 2018 1 16 /04 /avril /2018 17:38

Partager cet article

Repost0
16 avril 2018 1 16 /04 /avril /2018 17:25
Lutte emblématique à l'hôpital privé des Peupliers - Groupe Ramsay/GDS.

Partager cet article

Repost0
14 avril 2018 6 14 /04 /avril /2018 08:53

Les glissements de tâches se sont installés durablement dans les Ehpad en toute illégalité


Publié le 12/04/18

Glissement de tâches en Ehpad, le phénomène n'est pas nouveau mais il semble exacerbé par les récents problèmes d'effectifs que connaissent les établissements. Si les actes concernés ne relevaient pas de professions réglementées, le phénomène pourrait être louable. Sauf que l'exercice est illégal. Alors pourquoi cette tolérance ?

 
Derrières les revendications d'augmentation des effectifs et de meilleure qualité de vie au travail en Ehpad des professionnels, qui ont manifesté en janvier et mars dernier, se cache clairement la problématique du glissement de tâches. Dans la première partie de leur rapport sur les établissements prenant en charge des personnes âgées dépendantes, les députées Monique Iborra (LREM, Haute-Garonne) et Caroline Fiat (LFI, Meurthe-et-Moselle) relèvent aussi ce fait. Elles soulignent qu'il s'agit même d'un constat partagé par la majorité des personnes et organismes qu'elles ont audités. "L'absentéisme conjugué aux difficultés de recrutement conduit à des phénomènes importants de glissements de tâches : les missions du médecin coordonnateur sont effectuées par les infirmiers, celles des infirmiers par les aides-soignants, celles des aides-soignants par les auxiliaires de vie sociale", écrivent-elles. Le constat est sans appel et connu donc de tous.

Des faisant fonction

Ajoutons que cela n'a rien de nouveau et est devenu au fil des années incontournable, les tutelles fermant parfois les yeux. Pour compenser des recrutements difficiles de personnels notamment aides-soignants, quelques établissements procèdent à l'embauche de faisant fonction. Une récente analyse de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), datant de septembre 2016, sur les conditions de travail dans les Ehpad soulignait une vraie ambivalence. "D'un côté, ils font l'objet de critiques sous l'angle de la qualité du service rendu à l'usager : le diplôme est ainsi présenté comme le gage d'une compétence dont seraient dépourvus les personnels non diplômés, y compris les plus expérimentés. D'un autre côté, dans d'autres établissements, les glissements de tâches sont revendiqués comme un partage des tâches entre personnels, gage de solidarité et d'entraide". Dans ce dernier cas, le glissement de tâches serait même assimilé à quelque chose de valorisant pour le professionnel, le montant en compétences, sans que cela soit toutefois reconnu officiellement et le tout restant du ressort du non-dit.

Omerta sur le phénomène

Première conséquence, alors que l'existence des glissements de tâches en établissement pour personnes âgées est bien connu, le fait n'est pas pour autant quantifié, même si plusieurs rapports — parlementaires ou autres — l'évoquent. Interrogé par Hospimedia sur le lien entre pratiques et glissement de tâches, Germain Decroix, juriste expert pour la mutuelle d'assurance des professionnels de santé MACSF, souligne qu'un "certain nombre de professionnels s'y sont habitués et probablement ne les voient plus. À force de réaliser de actes pour lesquels ils ne sont pas habilités, ils n'ont plus conscience que cela pose problème." Et c'est là, toute la difficulté. Pour trancher sur ce sujet, il reste le droit. Et ce dernier devrait être intraitable. Le glissement de tâches de professions réglementées constitue en effet un exercice illégal.

Un exercice illégal condamnable

Germain Decroix relève toutefois que la réglementation en vigueur peut prêter à confusion. Il indique que "les textes de compétences réglementaires des aides-soignants non seulement sont assez anciens, datant de 2005 mais ils leur confèrent des missions plutôt restreintes. Confrontés sur le terrain à l'insuffisance du nombre d'infirmières voire à leur absence à certains moments de la journée comme la nuit ou de la semaine comme le week-end, certains actes se retrouvent ipso facto réalisés par des aides-soignants." À cela s'ajoute l'absence de certaines limites. Aujourd'hui, il n'y a aucune obligation d'avoir une infirmière 24 heures sur 24 en Ehpad. Au regard de ces éléments, on comprend donc mieux cette relative tolérance autour des glissements de tâches. 

Mais en cas de plaintes des patients, le juriste assure que si le juge saisi de l'affaire découvre que le professionnel est hors la loi, il sera intraitable, n'hésitant pas à condamner le professionnel concerné et son entourage jusqu'au directeur de l'établissement qui aura laissé faire... Par ailleurs, il rappelle que les garanties que les assureurs accordent à leurs sociétaires sont conditionnées à la légalité de l'exercice. Autre précision, les protocoles de services n'ont aucune valeur juridique.

Des solutions ?

Germain Decroix estime que la seule façon réglementaire actuelle consiste à conclure des protocoles de coopération sanitaire selon l'article 51 de la loi HPST de 2009. Mais cela nécessite toute une procédure jusqu'à l'agrément de la Haute Autorité de santé (HAS). Bémol important, la délégation reste expérimentale et temporaire et devra être encadrée. Dans son récent rapportd'information à la commission des affaires sociales du Sénat, Bernard Bonne (LR, Loire) propose de son côté qu'une habilitation spécifique soit délivrée aux soignants travaillant en Ehpad, afin qu'ils puissent pratiquer, par délégation, des actes infirmiers, notamment l'aide à la prise de médicaments. D'autres voix suggèrent de réviser les référentiels d'actes. Dans tous les cas, les glissements de tâches ne peuvent continuer à se développer en l'état.
Lydie Watremetz

Partager cet article

Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 17:30

Partager cet article

Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 17:27

Partager cet article

Repost0
12 avril 2018 4 12 /04 /avril /2018 17:41

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche

Articles Récents