Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 10:59
Juste pour remettre les choses a l'endroit !!!!! Nous avons d'ailleurs demandé à Colisée d'être un peu plus neutre dans leur com !!! car en effet l'idée est partie d'Actalians  dans le cadre d'un appel à projet sur lequel s'est inscrit Colisée ... C'est le service recherche et développement de l' Opca avec le CNAM qui a élaboré ce MOOC qui a vocation à terme a être  ouvert très largement notamment vers pôle emploi ..Un peu de modestie de la part de Colisée serait le bienvenu ... 
Pénurie d'aides-soignants: Colisée crée un Mooc pour attirer de nouvelles recrues

 

Shutterstock/Eucalyp

Le "Colisée Work Challenge" est le premier Mooc destiné au recrutement créé par le groupe d'Ehpad et de cliniques. Son programme de vidéos et cours en ligne vise à attirer de nouveaux aides-soignants et accompagnants éducatif et social, diplômés ou non. Explications d'Estelle Prot, directrice des ressources humaines (DRH) du groupe.
Et si on apprenait à devenir soignant derrière son écran d’ordinateur? Le groupe Colisée a créé pour la première fois un Mooc (pourMassive open online course) destiné à faire découvrir les métiers d’aide-soignant (AS) et d’accompagnant éducatif et social (AES) dans le secteur du grand âge.
Le nombre croissant de personnes âgées qui intègrent et intégreront les Ehpad dans les décennies à venir induit un besoin grandissant de personnel. A lui seul, le groupe Colisée ouvre entre 200 et 250 postes d’AS et AES par an.
Plus précisément, deux raisons ont poussé le groupe a créé ce Mooc, gratuit, qui se déroulera du 4 au 24 juin. "D’abord parce qu’on a eu des remontées de terrain, notamment de la part des directeurs d’Ehpad, d’une difficulté de recruter des profils AS ou AES", commence pour Gerontonews Estelle Prot, directrice des ressources humaines (DRH) du groupe, à l’initiative de ce projet. Et puis, il y a la "volonté du groupe Colisée de se tourner vers le digital et des projets innovants", ajoute-t-elle. Colisée propose régulièrement des Mooc à ses équipes dirigeantes. Mais il s’essaie là, pour la première fois, à un Mooc spécifique pour le recrutement.
L’objectif est de toucher des personnes qui soit "sont en plein questionnement sur une possible reconversion", soit "n’auraient même pas eu idée de se tourner vers ces métiers", précise Estelle Prot. Les personnes ayant déjà un diplôme d’AS ou AES et oeuvrant dans un autre secteur que celui du grand âge, sont recherchées en priorité. Mais pas seulement. "Si une couturière se dit: 'et si ce métier était fait pour moi?', et qu’elle a envie de se lancer, pour nous c’est bingo", encourage la DRH.
Une plongée dans le quotidien d'un Ehpad
Le Mooc est divisé en trois parties, dont chacune est composée de vidéos et de quizz. La première permet de comprendre les principaux enjeux d’avenir des Ehpad et la dynamique du secteur au niveau économique, technologique, managérial, socio-culturel ou encore écologique. "C’est une vision plutôt macro", résume Estelle Prot.
La deuxième vise à identifier et comprendre les principales missions d’une équipe en Ehpad. Pour cela, le groupe a filmé des scènes de vie au sein de l’un de ses établissements, la Résidence Le Parc du Château, à Vendeuvre-sur-Barse (Aube). "Les participants peuvent découvrir des moments de repas, de soins et d'accompagnement, ou encore de visites de familles", détaille-t-elle.
Par exemple, décrit Estelle Prot, sur la séquence ayant pour thème le lien social, ils découvriront "une sortie au marché, puis une chasse à l’oeuf sur la résidence avec des enfants venus de l’école voisine, et une scène d’une résidente parlant de l’application MyColisée permettant d’être en relation avec ses proches". Un quizz à choix multiples s'en suit. L'une des questions est: "Avez-vous vu? 1-les nouvelles technologies sont présentes dans l’Ehpad et aident à préserver le lien social, 2-la maison de retraite est ouverte sur le monde extérieur, 3-le personnel participe à l’animation".
La dernière partie est destinée à évaluer ses propres aptitudes pour travailler en Ehpad. Elle est basée sur des mises en situations, afin de tester la remise en question, l'analyse d’une situation, la prise de distance, la bienveillance, la réciprocité et la logique. Lors d'un exercice, le participant est soumis à la préparation d’une activité en Ehpad, la peinture. "Tout en le guidant, on lui demande de nous montrer comment il s’organiserait ", indique Estelle Prot.
Colisée mise sur les VAE
En réalité, ce Mooc n’est que la première phase d’un processus de recrutement. Et pour Colisée, un tel format d’apprentissage dégage deux avantages. "Ceux qui iront au bout du Mooc présenteront déjà un gage d’intérêt et d’engagement." Ensuite, ceux qui auront atteint un certain niveau, "très surement entre 50 et 60% de taux de réussite" d'après la DRH, seront repérés par le groupe Colisée qui pourra les recevoir en entretien pour les postes ouverts.
Ceux qui n’ont pas de diplôme se verront proposer des postes d’agent service hôtelier (ASH) dans un premier temps, avant de pouvoir atteindre les postes d'AS et AES après une formation diplômante. "Nous avons une politique de validation des acquis de l’expérience (VAE) très développée", assure Estelle Prot.
Le groupe a souhaité s’allier avec divers partenaires pour ce projet. D’abord Actalians, organisme paritaire agréé des professions libérales, des établissements de l’hospitalisation privée et de l’enseignement privé. "Ce Mooc entrait parfaitement dans l’un des axes de sa cellule de recherche et développement, baptisé 'réinventer les moyens de formation'", assure Estelle Prot. Le groupe a ainsi remporté un appel à projet d'Actalians, qui a ensuite mobilisé une personne sur ce projet.
France université numérique (FUN) et le conservatoire national des arts et métiers (Cnam) ont également été des partenaires précieux dans la conception du Mooc. Une dizaine de personnes au total, sans compter les 45 membres du personnel de l'Ehpad qui sert de terrain de formation, ont été mobilisés.
Le groupe Colisée compte aujourd'hui déjà plus de 1.800 inscrits à son programme de cours en ligne. "Combien iront jusqu'au bout, combien voudront travailler dans le secteur du grand âge, nous n'en avons aucune idée", reconnaît Estelle Prot.
Ce Mooc est un test. Mais une décision est déjà prise: à partir de septembre, il sera en accès libre pour l'ensemble des acteurs du secteur, qui pourront l'utiliser à leur guise pour leurs propres recrutements.
cbi/vl
Clémentine Billé
Journaliste

Partager cet article

Repost0
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 09:06

Partager cet article

Repost0
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 10:54

Partager cet article

Repost0
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 10:42

Partager cet article

Repost0
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 08:35

Partager cet article

Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 16:04

https://www.ouest-france.fr/sante/don-de-plasma-une-plainte-deposee-pour-mise-en-danger-de-la-vie-de-donneurs-5779493

 

 

Don de plasma. Une plainte déposée pour « mise en danger de la vie » de donneurs

Photo d'illustration
Photo d'illustration | Fotolia

Trois lanceurs d'alerte ont annoncé jeudi avoir porté plainte pour « mise en danger de la vie d'autrui », des donneurs de plasma en France, en dénonçant le risque d'empoisonnement que feraient courir les appareils de l'américain Haemonetics. 

D'après ces plaignants, les donneurs bénévoles risquent d'être exposés à des composants cancérogènes ou mutagènes: les résines phénol-formaldéhyde (ou phénoliques), et le trioxyde d'aluminium.

Les lanceurs d'alerte dénoncent les dangers des appareils de Haemonetics pour l'aphérèse. Cette technique de prélèvement du plasma sanguin consiste à extraire le sang du donneur bénévole, en isoler le plasma, et lui réinjecter le reste du sang.

Des pièces détachées usagées

Le problème vient selon eux des pratiques de Haemonetics, qui a présenté comme neuves des pièces détachées usagées. Entre autres effets de l'usure, des joints sur ces appareils ont libéré dans le sang ou le plasma des micro ou nanoparticules de composants cancérogènes ou mutagènes: résines phénol- formaldéhyde, et trioxyde d'aluminium.

« On a vraiment le droit d'être inquiet. Ces appareils maximisent la libération de particules (...) de composés extrêmement toxiques », a affirmé l'un des plaignants, l'ancien directeur commercial en France de Haemonetics, Alexandre Berthelot, lors d'une conférence de presse au siège de la CGT à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

« Le directeur général de la Santé, quand il nous a reçus, disait être très inquiet pour la filière de don du plasma en France, et nous aussi on l'est. Mais on ne peut pas laisser empoisonner les gens », a dit un autre, délégué syndical central de l'Établissement français du sang (EFS), Guylain Cabantous.

La plainte a été déposée mercredi auprès du pôle santé publique du tribunal de grande instance de Paris, pour « mise en danger de la vie d'autrui », « tromperie aggravée », et non-mise en oeuvre d'une procédure de retrait et de rappel de produits de santé.

 

Le troisième plaignant, outre MM. Berthelot et Cabantous, est un responsable technique et délégué syndical de Haemonetics, Jean-Philippe Urrecho. C'est lui qui à l'origine, appelé sur des pannes à répétition, a découvert que son employeur n'envoyait plus aucune pièce détachée neuve en France.

 

La plainte vise l'Établissement français du sang, l'agence de sécurité sanitaire ANSM, et tout co-auteur des faits.

Partager cet article

Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 10:52

onjour,

La Cour de cassation s'est prononcée récemment sur le licenciement d'un salarié licencié pour inaptitude physique alors que celle-ci était la conséquence d'un manquement de l'employeur à son obligation de sécurité de résultat :

 

- Arrêt N°16-26306 de la Cour de cassation, Chambre sociale, du 3 mai 2018 : Au sujet du licenciement pour inaptitude physique d'un salarié, le licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse lorsqu’il est démontré que l’inaptitude du salarié était consécutive à un manquement préalable à l'obligation de sécurité de résultat de l’employeur qui l’a provoquée.

 

De plus, si l’indemnisation des dommages résultant d’un accident du travail, qu’il soit ou non la conséquence d’un manquement de l’employeur à son obligation de sécurité, relève de la compétence exclusive du tribunal des affaires de sécurité sociale, la juridiction prud’homale est seule compétente pour statuer sur le bien-fondé de la rupture du contrat de travail et pour allouer, le cas échéant, une indemnisation au titre d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

 

https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/chambre_sociale_576/646_3_39018.html

www.courdecassation.fr

Arrêt n° 646 du 3 mai 2018 (16-26.306) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2018:SO00646 Prud’hommes - Compétence Cassation partielle

Partager cet article

Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 10:41

Partager cet article

Repost0
23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 10:49

Partager cet article

Repost0
23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 10:40

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche