Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2018 4 19 /07 /juillet /2018 16:41

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 14:44

http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/bourg-la-reine-l-ancien-patron-de-la-clinique-soupconne-d-avoir-organise-sa-faillite-11-07-2018-7816350.php

 

 

Bourg-la-Reine : l’ancien patron de la clinique soupçonné d’avoir organisé sa faillite.

Bourg-la-Reine, le 19 janvier 2016. Les salariés de la clinique Ambroise-Paré s’étaient âprement opposés à la disparition de l’établissement de soins. LP/P.A
Quatre hommes ont été mis en examen à Nanterre pour « banqueroute ». L’établissement avait fermé en 2016, dans des conditions compliquées.

Ce fut une fermeture houleuse et douloureuse, en 2016. Après des mois de lutte du personnel, dans un contexte très tendu, la clinique Ambroise-Paré, à Bourg-la-Reine, fermait ses portes, laissant quelque 70 salariés sur le carreau.

Deux ans et demi plus tard, l’établissement refait surface… sur le plan judiciaire. Jérôme Nouzarède, ancien dirigeant de la société gérant la clinique, et fondateur du groupe Vedici -devenu Elsan- auquel elle appartient, a été mis en examen pour « banqueroute », à la fin du mois de mai. Tout comme trois autres cadres du groupe. Tous sont soupçonnés d’avoir programmé la cessation de paiements de la clinique pour qu’elle soit placée en liquidation judiciaire. Une option qui aurait permis d’économiser quelque deux ou trois millions, selon les éléments de l’enquête ouverte par le parquet de Nanterre en novembre 2016, soit neuf mois environ après la fermeture de l’établissement de santé.

Un an et demi d’enquête

Née en 1964, la clinique Ambroise-Paré (66 lits) est rachetée en 2001 par Vedici. Un millier de naissances par an, entre 1 500 et 2 000 interventions chirurgicales… l’établissement fonctionne plutôt correctement.

En 2010, deux décès de patients écornent son image et l’activité est progressivement moins florissante. « Dès 2001, la clinique connaissait une situation financière et sanitaire précaire, précise Me Christophe Dejean, l’avocat de Jérôme Nouzarède. Elle s’est dégradée malgré d’importants investissements. Associée à une baisse constante de l’activité, cette situation a rendu la fermeture inéluctable. »

Pas si sûr, d’après l’analyse du parquet de Nanterre, qui a dirigé l’enquête menée par la Brigade financière pendant un an et demi avant qu’un juge d’instruction ne soit désigné, en mai dernier.

Des calculs financiers douteux

En septembre 2015, le conseil d’administration de la clinique se prononce donc pour la liquidation judiciaire. Les salariés s’y opposent, manifestent, revendiquent. Mais rien n’y fait. En janvier 2016, le tribunal de commerce valide cette liquidation.

L’administrateur judiciaire qui a analysé comptes et documents a néanmoins alerté le parquet, tiquant sur des échanges entre Jérôme Nouzarède et trois dirigeants du groupe. Des mails dans lesquels sont détaillés des calculs financiers attestant, selon un proche du dossier, la volonté de choisir la solution la plus intéressante, financièrement, pour les patrons et actionnaires. Pas pour les salariés ni les patients.

« Les dettes ont été payées »

Dès lors, le choix de la liquidation entériné, les dirigeants de Vedici, devenu Elsan, leader de l’hospitalisation privée, auraient « organisé la faillite » de la clinique, de manière à ce que le tribunal de commerce prononce sa liquidation. Ce qui vaut aussi à Jérôme Nouzarède une mise en examen pour « escroquerie au jugement ». L’intéressé avait d’abord été entendu en garde à vue à la Brigade financière, du 23 au 25 mai -comme les trois autres dirigeants de Vedici.

« Elsan conteste toute irrégularité dans cette procédure mise en œuvre sous l’égide du tribunal de commerce, rétorque Me Dejean. Elsan a payé l’intégralité des dettes de l’établissement et accompagné le reclassement des salariés. » Et d’ajouter : « Jérôme Nouzarède entend coopérer pour que justice lui soit faite. »

 

Valérie Mahaut

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 14:15

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 14:06

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 14:58

Nous on aime bien quand les autres organisations syndicales de Korian récupèrent les revendications CGT  Korian!!!

L’Unsa Korian ne manque pas d’air et de culot !

 

Je vous mets le lien de leur blog (ça leur permettra d’avoir un peu de visibilité !) :

http://unsa-korian.com/

 

- vous avez leur satisfaction d’avoir obtenu monts et merveilles « après d’âpres réunions de négociations » ; ils revendiquent la création d’un CFA…le passage en CDI de CDD…et le reste uniquement grâce à eux…

http://unsa-korian.com/index.php/2018/07/11/les-avancees-obtenues-en-nao-2018/

- dessous, leurs revendications présentées en NAO. Essayez de faire le lien entre le paragraphe du dessus et leur satisfaction d’avoir tout obtenu.

http://unsa-korian.com/index.php/2018/06/18/negociations-annuelles-obligatoires-2018-les-propositions-unsa-korian/

- ils évitent bien évidemment de faire état de leur mail du 3 juillet qui disait qu’ils ne signeraient pas les NAO si la direction maintenait le dispositif d’abattement forfaitaire sur les arrêts maladies…ça a disparu ça, on s’en vante pas !

Par contre la CGT Korian a réagi:

http://www.le-fruit-des-amandiers.com/2018/07/cgt-korian-une-des-raisons-principales-de-la-non-signature-de-la-cgt-pour-les-nao-2018.html

 

http://www.le-fruit-des-amandiers.com/2018/07/korian-accord-nao-2018-la-cgt-ne-sera-pas-signataire.html

 

Je vous rajoute les revendications de la CGT qui a demandé :

- la création d’un CFA,

- le passage en CDI des CDD récurrents,

- la création d’équipes de remplaçant.es par la création (proposition de la la direction) d’un Groupement d’Etablissement,

Ici, les revendications de la CGT Korian:

http://www.le-fruit-des-amandiers.com/2018/06/revendications-cgt-korian-nao-2018.html

Regardez bien les points CGT Korian: 5.6.7.8.11.12.

Donc, soyez plus discret et plus humbles, « ami.es » de l’UNSA.

Ayez au moins la délicatesse d’assumer vos responsabilités et de ne pas mentir.

Bien à vous,

Fraternellement,

La délégation CGT aux NAO.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 09:48

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 09:27

Pour rappel: CGT et FO non signataires, CFDT et UNSA signent l'accord des NAO 2018.

 

 

Pour résumer, votre prime de 13eme mois sera amputée 3 fois en cas d'arrêts maladie:

le temps de votre absence + l’abattement forfaitaire + les 3 jours de carence…

 

 

Article 3.3

 – Modalités de calcul de la prime de 13ème mois pour le 2ème semestre 2018 et le 1er semestre 2019 :

La prime de 13ème mois sera calculée en fonction de la présence effective sur son lieu de travail, indépendamment des absences assimilées légalement à du temps de travail effectif (périodes d’arrêt de travail pour cause d’accident du travail, d’accident de trajet ou de maladie professionnelle dans la limite d’une durée ininterrompue d’un an, congé maternité, congé de paternité, congé d’adoption, formation, congés payés, récupérations, RTT ou absences des représentants du personnel au titre de leur mandat).

 Il est en outre précisé que le salarié devra avoir travaillé au moins une journée sur la période de calcul pour prétendre au versement de la prime de 13ème mois.

Ce calcul sera effectué sur une période de référence correspondant aux périodes de paie, tenant compte le cas échéant du décalage de paie, et allant :

 - De la paie du mois de décembre de l’année antérieure à la paie du mois de mai de l’année en cours au titre du 1er versement

 - De la paie du mois de juin à la paie du mois de novembre de l’année en cours au titre du 2nd versement.

 A compter du 2ème semestre 2018, afin de favoriser une bonne organisation des services, gage d’une prise en charge de qualité, un abattement forfaitaire, qui se substitue à l’abattement proportionnel, est mis en place dans les conditions suivantes pour les absences non assimilées légalement à du temps de travail effectif :

 - De 22 à 35 heures d’absence : réduction de 5% du montant cible de la prime

 - De 36 à 70 heures d’absence : réduction de 10% du montant cible de la prime

 - De 71 à 105 heures d’absence : réduction de 20% du montant cible de la prime

 - De 106 à 140 heures d’absence : réduction de 30% du montant cible de la prime

 - De 141 à 175 heures d’absence : réduction de 40% du montant cible de la prime

 - De 176 à 210 heures d’absence : réduction de 50% du montant cible de la prime

 - De 211 à 245 heures d’absence : réduction de 60% du montant cible de la prime

 - De 246 à 280 heures d’absence : réduction de 70% du montant cible de la prime

 - De 281 à 315 heures d’absence : réduction de 80% du montant cible de la prime

 - De 316 à 350 heures d’absence : réduction de 90% du montant cible de la prime

 - 351 heures et plus d’absence : réduction de 100% du montant cible de la prime

Exemples à titre indicatif pour un salarié à plein temps (soit 910,02h sur un semestre) ayant plus de 3 ans d’ancienneté bénéficiant d’un salaire brut mensuel de 1.900 euros :

- S’il compte moins de 22 heures d’absence maladie sur le semestre, sa prime ne sera pas abattue Soit une prime de 13ème mois de 950€ bruts au mois de décembre 2018

- S’il compte 70 heures d’absence maladie sur le semestre, sa prime sera abattue de 10% Soit une prime de 13ème mois de 855€ bruts au mois de décembre 2018

 - S’il compte 140 heures d’absence maladie sur le semestre, sa prime sera abattue de 30% Soit une prime de 13ème mois de 665€ bruts au mois de décembre 2018.

 Cet abattement forfaitaire n’est pas applicable en cas d’opération chirurgicale ayant nécessité une hospitalisation ou en cas d’arrêt de travail en raison d’une maladie grave. En pareil cas, un abattement proportionnel à la durée de l’absence s’appliquera.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2018 2 10 /07 /juillet /2018 06:55

(Pour info: CGT et FO non signataires, CFDT et UNSA signent l'accord.)

 

Accord NAO 2018, la CGT ne sera pas signataire. 

 

Nous convenons que certains points font partie de nos revendications, mais pas suffisamment et assez flous. 

 

Point 5, sur la demande de passer en CDI les salarié.es en CDD multiples et de longue durée, l'accord répond sur uniquement 100 CDD avec un dispositif trop strict. 

Cela ne répond pas assez à notre revendication. 

 

Point 6, la réponse est la création d'un Groupement Employeur pour la création d’équipes de remplacement, mais aucuns indicateurs, aucune précision, votre réponse est trop vague. 

 

Point 9, 11 et 12 sur la création d'un CFA, idem ligne précédente. 

 

Par contre nous sommes résolument contre l'abattement forfaitaire supplémentaire pour l'obtention de la prime de 13éme mois, c’est une double peine pour les salarié.es en maladie. 

La CGT demande la suppression totale de ce dispositif. 

   

Dans cet accord NAO 2018, aucune modalité sur les remplacements non effectués et aucune reconnaissance de la surcharge de travail que cela induit. 

 

Rien sur le pouvoir d'achat des salarié.es: augmentation des salaires, sujétions dimanche et jours fériés. 

Les prix à la consommation ont augmentés en France de 2% sur les 12 derniers mois (source INSEE n°153 du 14 juin 2018). 

 

La liste de nos points de désaccords est non exhaustive. Cet accord ne répond pas à la réalité des conditions de travail sur les sites. 

 

La question est simple: que répondrons nous à la demande des salarié.es à l'issue de nos négociations lorsqu'ils nous dirons: "on a quoi de plus?"...des projets, des bonnes intentions? Ça ne suffit plus. 

 

Une CGT Korian offensive, déterminée, revendicative qui ne tombe pas dans le piège d'un bla-bla de dialogue social qui ne fait rien avancer, dans le piège du "miroir aux alouettes" et de la compromission. 

 

Une CGT Korian en phase avec sa fédération, avec toute la CGT, un véritable syndicat de lutte pour l'ensemble des salarié.es de Korian. 

 

 

 

Korian: Accord NAO 2018, la CGT ne sera pas signataire.
Korian: Accord NAO 2018, la CGT ne sera pas signataire.

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 16:13

( Le 26 juin 2018) des Syndicats et des représentants de comité d'entreprise de la Belgique, la France, l'Italie et l'Allemagne se sont rencontrés pour la première fois dans le groupe spécial de négociation (GSN) pour établir un Comité d'entreprise européen  dans l'entreprise KORIAN. Le CEE est l'instance pour être informé et consulté des politiques de l'entreprise et travailler à amélioration des conditions de travail des salarié.es employés par KORIAN. On a donné une session de formation aux membres du GSN par l'Institut de Syndicat européen avant la discussion de la composition du GSN et le processus de négociations. Alors, ensemble avec la direction centrale de KORIAN, LE GSN a regardé la le périmètre de l'entreprise (quelles entreprises appartiennent au groupe et à la sphère consolidée) aussi bien qu'une liste de questions à être considéré à la réunion suivante, (la portée(le périmètre) de l'accord, des questions(publications) à être négocié, etc). La seconde réunion du GSN sera organisé après les vacances d'été.

KORIAN est une entreprise multinationale française dans le secteur de soin. La réunion a eu lieu sur juin 2018 25/26 à Paris, la France. Guillaume Durivaux, EPSU l'officier de politique(police) pour la politique de l'entreprise et EWCS a participé à la réunion.

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 12:24
Sur le Front des Luttes:  Pourquoi le personnel de l'Ehpad de Sauxillanges est en colère.Courpière : tension à l'Ehpad les Papillons d'Or. Les soignants manifestent leur colère. La victoire des aides soignantes du Gers en lutte pour sortir de la précarité

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche