Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 21:30

http://www.idf.pref.gouv.fr/layout/set/print/Presse-et-communication2/Communiques/Le-prefet-de-la-region-d-Ile-de-France-prefet-de-Paris-et-DomusVi-s-engagent-pour-l-emploi-des-jeunes

 

 

Le préfet de la région d’Ile-de-France, préfet de Paris et DomusVi s’engagent pour l’emploi des jeunes

Publié le 20 juin 2013

L’État a souhaité ouvrir le dispositif des Emplois d’Avenir au secteur marchand, afin de renforcer le nombre d’offres d’emploi à destination des jeunes peu ou pas qualifiés. En Ile-de-France, au regard du nombre de contrats espérés en 2013, Jean DAUBIGNY, préfet de la région d'Ile-de-France, préfet de Paris, a annoncé en mai dernier que tous les employeurs franciliens étaient désormais éligibles, sans aucune limitation sectorielle. A ce titre, les employeurs du secteur marchand bénéficient d’une aide correspondant à 35 % de la rémunération (Smic non chargé).

Bertrand MUNCH, secrétaire général de la préfecture de Paris, et Jean-François VITOUX, président du Directoire de DomusVi - 2e groupe privé d’accueil et de services aux personnes âgées en France -, signent, ce 20 juin 2013, une convention pour le recrutement de 150 emplois d'avenir d'ici 2015.

Le secrétaire général de la préfecture de Paris a salué "l’engagement de DomusVi aux côtés de l’État et a souligné l’importance de cette première signature de convention entre l’État et une entreprise de secteur marchand en Ile-de-France. Au-delà de l’exemplarité de cette entreprise, qui parie fortement sur l’avenir des jeunes et plus précisément sur le dispositif des Emplois d’Avenir , c’est une dynamique qui s’installe en Ile-de-France et, pour bon nombre de jeunes, l’espoir d’accéder à un emploi à temps plein ainsi qu’à une formation. " Dans le cadre de l’aide de l’État dirigée vers les entreprises du secteur marchand, le critère principal de contractualisation entre la Mission locale et l’employeur est que ce dernier puisse effectivement assurer une intégration satisfaisante du jeune. En outre, le jeune bénéficiera de l’appui d’un tuteur et suivra une formation dans la perspective d’acquérir des compétences qui, à terme, lui permettront une intégration en CDI.

Les principaux emplois proposés par DomusVi aux jeunes recrutés sur le dispositif des Emplois d’Avenir seront des fonctions d’agent de service hôtelier, aide cuisinier, aide agent de maintenance, hôte(sse) d’accueil et aide animateur. Dans la poursuite de la politique du Handicap du groupe et de l’accord conclu avec l’Agefiph, DomusVi encouragera également le recrutement de personnes en situation de Handicap sur ce dispositif.

"Les métiers de la prise en charge des personnes âgées nécessitent des savoir-faire techniques, relationnels spécifiques et adaptés afin de répondre aux besoins et aux attentes des résidents et de leur famille. La professionnalisation des salariés est donc pour DomusVi un enjeu majeur. L’accompagnement en matière de formation de ces jeunes reste déterminant. Notre ambition est donc de transmettre aux jeunes recrutés des compétences qu'ils pourront valoriser dans leur parcours et de les former à des métiers d’avenir, dont on sait bien que le recrutement est difficile ", précise Céline FABRE, directrice générale adjointe Ressources Humaines & Organisation, faisant de DomusVi "L'entreprise de la première chance. "

Les contrats correspondants seront à durée déterminée de un à trois ans, en fonction du poste occupé et du parcours de formation proposé au jeune. A l’issue de cette période, les jeunes qui souhaiteront ensuite poursuivre leur carrière dans l’accompagnement des personnes âgées se verront prioritairement proposer les postes en CDI. Cette démarche s'intègre dans un plan national de 500 recrutements, annoncé début juin par DomusVi.
Le dossier de presse est disponible sur le site de la préfecture de Paris et d'Ile-de-France www.ile-de-france.gouv.fr

 

Contacts presse
Préfecture de région : 01 82 52 40 25 – communication@paris-idf.gouv.fr
Direccte Ile-de-France, service communication, 01 70 96 14 60 - claire.marillier@direccte.gouv.fr
DomusVi : Article Onze – Marjorie Castoriadis - 01 55 60 24 41 - mcastoriadis@articleonze.com

 

 

 

Une nouvelle résidence DomusVi à Bombon

domus vi bombon

La Résidence DomusVi Le Château de Montjay, à Bombon (Seine et Marne), accueille ses résidents  au coeur d’un parc arboré de 10 hectares.
La réhabilitation de l’aile ancienne du château et la construction de deux bâtiments neuf (Pavillon Bourgogne et Pavillon Champagne) font de cette résidence médicalisée un lieu de vie confortable et sécurisant. L’établissement dispose d’une capacité d’accueil de 80 résidents. Il comporte une Unité Protégée pour Personnes Désorientées de 10 places, consacrée à l’accueil des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés. Des ateliers thérapeutiques spécifiques sont proposés à ces résidents (ateliers mémoire, sensoriels chant ou encore de zoothérapie par « Le Clos de Ganou », centre de zoothérapie). Ils leur permettent de travailler leur autonomie et la communication avec autrui. Ces ateliers seront présentés lors de l’après-midi portes ouvertes organisée à l’occasion de l’inauguration de la résidence. Ainsi, les visiteurs pourront découvrir les nouveaux locaux, l’équipe et les nombreuses animations proposées à l’ensemble des résidents : atelier équilibre, cuisine, chant-danse, esthétique, floral etc.
L’inauguration du lieu se tiendra le 20 juin prochain en présence de Bertrand Delannoy, Directeur Général Délégué, Membre du Directoire DomusVi ; Philippe Maillot, Directeur de la Résidence ; Laurent Legendart, Délégué territorial de l’ARS de l’Ile de France pour la Seine-et-Marne ; Vincent Eblé, Président du Conseil Général ; Jean Pierre Girault, Maire de Bombon, ainsi que  de Yves Jégo, Député de Seine et Marne, Maire de Montereau-Fault-Yonne.

  

Partager cet article

Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 06:37

http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/emplois-a-la-clef

 

Emplois à la clef


Le nombre de lits augmentant, l'EHPAD, établissement hospitalier pour personnes dépendantes, qui fait partie du groupe privé DomusVi va voir son personnel s'étoffer au fil des mois.

« Nous sommes d'ailleurs en pleine période de recrutement. Nous recherchons des aide-soignants, infirmiers et agents de service hôtelier. Nous sommes actuellement 45, on pourrait monter jusqu'à 60 ou 70 personnels », précise le directeur Pascal Lhotelain.

Les personnes intéressées peuvent adresser un courrier au directeur.

 

 

http://www.ehpad.com/focus-nouvel-ehpad-domusvi-proche-geneve/   

 

Focus sur le nouvel EHPAD de DomusVI proche de Genève 

 

DomusVi vient de lancer son nouveau programme, «Les Cyclamens» dont la livraison est prévue pour le deuxième trimestre 2014. La taille de cette société, poids lourd de la gestion d’EHPAD est un atout considérable pour un investisseur. En effet, le vrai risque dans un investissement en EHPAD est une éventuelle faillite de la société de gestion avec laquelle est signé le bail commercial. La santé financière du gestionnaire est donc une donnée essentielle à prendre en compte.

 

Or, DomusVI est un des principaux acteurs du marché, recensant plus de 15 000 lits en EHPAD et 200 résidences de retraite médicalisées.

 

Les Cyclamens, un EHPAD pensé pour le bien-être des résidents

Ce programme peut accueillir un grand nombre de patients autonomes, semi-autonomes ou dépendants. Composé actuellement de 56 lits, une extension est en cours d’achèvement et la résidence proposera à terme 80 lits répartis sur 3 niveaux. Les Cyclamens dispose d’une unité spéciale pour les personnes atteintes d’Alzheimer ou de maladies similaires.

Les patients sont entourés d’un personnel qualifié et attentif ainsi que de nombreux services dédiés à leur bien-être. La résidence propose des services de coiffure, de beauté et d’esthétique mais aussi un espace de balnéothérapie et de nombreuses activités ludiques. Les résidents sont autorisés à apporter leur animal de compagnie avec eux, sous conditions d’être à leur charge. Enfin, pour ne pas couper les résidents de leur famille, tout a été pensé, de la place réservée au repas offert.

Cette résidence met donc un point d’honneur à offrir une qualité de vie optimale à ses résidents.

 

Un EHPAD entre les Alpes et le Jura, à la frontière suisse

Situé à Challex dans l’Ain, cet EHPAD offre un cadre de vie exceptionnel. Au milieu des montagnes, les résidents pourront profiter d’un panorama impressionnant et d’un vaste jardin au centre du village.

La résidence dispose d’une situation géographique privilégiée, à quelques kilomètres de Genève, elle n’est qu’à 50km d’Annecy et 130km de Lyon.

Un bail commercial sera signé avec DomusVi, qui garantit le versement des loyers mais se charge également de la recherche des locataires ainsi que de tous les frais d’entretien. Cet EHPAD offre une rentabilité de 4,4% avec un montant d’investissement minimal de 185.000€. Il est éligible au Censi-Bouvard, dans le but de profiter de réduction d’impôts intéressante.

 

http://www.boursier.com/actualites/news/domusvi-s-engage-a-recruter-500-emplois-d-avenir-d-ici-2015-533728.html   

 

DomusVi : s'engage à recruter 500 emplois d'avenir d'ici 2015

 

(Boursier.com) -- DomusVi, 2e groupe privé d'accueil et de services aux personnes âgées en France, annonce la signature prochaine d'une convention cadre Emplois d'Avenir avec l'Etat, représenté par Michel Sapin et Michèle Delaunay. DomusVi s'engage ainsi, en contrepartie de la mise en place du CICE et en tant que partenaire des pouvoirs publics dans l'accompagnement des personnes âgées désorientées, à recruter 500 jeunes en emplois d'avenir avant le 31 décembre 2015. Ces derniers seront embauchés dans les filières Hébergement et Vie Sociale, Administrative et Technique ou Soins, prioritairement au sein des 200 résidences du groupe en France (soit 15.000 lits), des services administratifs du siège et de l'Agespa, son école d'aide-soignant(e)s.

"L'emploi dans notre secteur d'activité est en tension, de manière durable, compte tenu de l'évolution de la pyramide des âges. Dans les établissements, à peu près la moitié des postes sont accessibles à des personnes peu ou pas qualifiés. Nous souhaitons que ce dispositif puisse également s'adresser à des jeunes en situation de handicap. L'enjeu de ces emplois d'avenir est de leur transmettre des compétences, notamment par l'acquisition d'une expérience sur le long terme, qu'ils pourront valoriser dans leur parcours", précise Céline Fabre, Directrice Générale Adjointe Ressources Humaines & Organisation, faisant de DomusVi "L'entreprise de la première chance."

Les principaux emplois proposés aux jeunes recrutés seront des fonctions d'agent de service hôtelier, aide cuisinier, aide agent de maintenance, hôte(sse) d'accueil et aide animateur. Les contrats correspondants seront à durée déterminée de un à trois ans, en fonction du poste occupé et du parcours de formation. A l'issue de cette période, les jeunes qui souhaiteront ensuite pousuivre leur carrière dans l'accompagnement des personnes âgées se verront prioritairement proposer les postes en CDI vacants.

Pour accompagner chacun des jeunes ainsi recrutés, DomusVi déploiera un programme d'actions qui devra permettre à ces jeunes d'acquérir des compétences techniques et relationnelles indispensables à la pratique professionnelle au sein d'un établissement qui prend soin des personnes âgées.

DomusVi emploie aujourd'hui 9.500 salariés et 2.700 pour l'activité d'aide et de soins à domicile. En 2012, le groupe a recruté près de 2.000 personnes et 500 emplois ont été transformés de CDD en CDI.

C.L. - ©2013 www.boursier.com

Partager cet article

Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 20:35

https://www.facebook.com/#!/pages/Pour-le-respect-du-personnel-soignant/610044269015253?fref=ts

 

http://www.charliehebdo.fr/news/business-vieillesse-765.html#.UaJsla2geHw.facebook

 

 

 

 

 

01 Mar 2013

On croyait tout savoir sur le juteux marché de l’aide aux personnes âgées, eh bien, non. Un contrôle des autorités sanitaires dans le groupe DomusVi pourrait révéler des pratiques inédites pour mieux se goinfrer…
Le vieillissement de la population, les fortunes que se font les propriétaires de maisons de retraite privées, tout ça est connu. On passe bien entendu sur les terrifiants cas de maltraitance, régulièrement mis au jour, c’est su et archisu. Mais les ficelles de plus en plus utilisées par les grosses boîtes privées pour faire leur beurre sur le dos des contribuables sont, elles, bien moins connues.
On s’explique. Le secteur économique des vieux s’est restructuré depuis quelques années. À côté du service public, en perte de vitesse, et des associations, le privé, alléché par un taux de rentabilité de 20%, a vite vu la pépite. Des patrons ingénieux, voire retors, ont compris qu’il fallait réfléchir comme dans l’industrie et pratiquer l’intégration de la filière vieillesse. Du pur marketing.
On prend désormais les vieux quand ils sont encore pimpants, on leur vend du service à domicile — ménage, repassage, coiffure, etc. On les garde avec les années, et bientôt, pour peu que la personne soit seule, elle devient dépendante: on lui fourgue alors de l’aide à la toilette, de la promenade de toutou, de l’aide au lever et au coucher et, surtout, des soins et des infirmiers. La prochaine étape, c’est évidemment la maison de retraite. Tout ça prodigué, si possible, par la même société. Ne manquent plus que les pompes funèbres!
Mais pour rentabiliser au maximum leur activité, les petits malins du groupe DomusVi semblent avoir trouvé la martingale, à en croire des témoignages de salariés ou d’anciens responsables qui se sont confiés à Charlie.
La ficelle consisterait à entretenir une jolie confusion entre l’activité de soins médicaux aux patients et celle qui est dédiée aux services. La première, qui relève d’une délégation de service public, est en effet financée intégralement par des crédits publics, ceux de la Sécurité sociale. L’autre activité est libre: c’est celle-là qui rapporte, et si les conseils généraux y contribuent en partie, les bénéficiaires mettent la main à la poche pour payer la différence.
Concrètement, voici comment ça se passe. L’agence parisienne de DomusVi Domicile, filiale (1 400 salariés) du groupe DomusVi, occupe des locaux dont 80% sont déclarés à l’agence régionale de santé (ARS) comme relevant d’une activité médicale, le reste étant dédié à l’aide à domicile. Ça, c’est sur le papier. En réalité, seuls deux petits bureaux seraient affectés vraiment au médical. Résultat: le loyer de 5500 euros est payé à 80% par l’assurance maladie.
Et le reste est dans la même veine: voitures, fournitures, téléphones portables, assistantes, secrétaires, tous sont inclus dans le budget «soins» présenté à l’ARS, alors qu’en réalité ils serviraient l’activité d’aide à domicile. Même le directeur, censé être à mi-temps dans le budget remis à l’ARS, ne serait quasiment jamais présent. Au final, l’État a versé 1.028.292 euros pour financer le budget 2012 de l’agence en question. Mais la patronne de la filiale en cause balaie les soupçons. «Les activités sont totalement cloisonnées, le budget soins est complètement autonome. Tout est contrôlé et remonte à l’ARS, qui valide par exemple la surface des locaux réglés proportionnellement au nombre de places que nous offrons», assure Annick Huyghe.
Il y aurait, explique une ex-salariée, d’autres méthodes pour alléger encore plus les coûts réels: accepter par exemple des patients en soins médicaux qui ne «sont pas trop lourds», de manière notamment à éviter les visites du week-end. Ce qui permettrait d’embaucher moins d’aides-soignants et de rabioter encore sur l’activité «soins». Une inspection du Travail est également en cours, suite à des problèmes sociaux en tout genre au sein de l’entreprise.
Des pratiques qui, si elles étaient avérées, seraient «condamnables», selon Jean-Christian Sovrano, un responsable de l’ARS Île-de-France, qui attend pour se prononcer le résultat du contrôle, une procédure «contradictoire» démarrée le 30 octobre 2012. Mais qui permettent de relativiser les récentes déclarations du président de la filiale de DomusVi. «Les métiers d'aide et de soins à domicile des personnes âgées sont des métiers de main-d'œuvre, à faible marge et au modèle économique fragile», s’est-il lamenté.
Les propriétaires de DomusVi figurent au palmarès des plus grosses fortunes françaises, on comprend pourquoi.
Laurent Léger

 

 

Partager cet article

Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 07:27

http://www.domusvi.com/

http://profil.action-sociale.org/?p=nurse-alliance-france-780013959&details=contacts

http://www.boursorama.com/forum-orpea-domusvi-les-echos-422754166-1

De plus en plus de personnes âgées dépendantes et une croissance insuffisante du nombre de lits dans les Ehpad, ces établissements d'hébergement spécialisés : conséquence logique, le maintien à domicile s'impose, tant que faire se peut. Avec, du coup, des besoins d'aide et de soins à domicile allant croissant.

Fort de ce constat, le groupe DomusVi, qui gère 190 maisons de retraite en France et 10 résidences services, a décidé de passer à la vitesse supérieure sur ce marché. Il annonce ce mercredi matin l'acquisition auprès du groupe Assisteo de la totalité du capital de sa filiale Nurse Alliance pour 4 millions d'euros. Cette société a vocation à être intégrée dans DomusVi Domicile, qui va ainsi doubler de taille dans le secteur de la prise en charge individualisée.

En 2013, le nouvel ensemble réalisera un chiffre d'affaires de 43 millions d'euros, avec 2.700 salariés et quelque 7.700 clients. L'activité devrait dégager un excédent brut d'exploitation (Ebitda) à hauteur de 3 % du chiffre d'affaires, soit l'équivalent de ce que génèrent 4 Ehpad, avec 200 personnes. « Les métiers d'aide et de soins à domicile des personnes âgées sont des métiers de main-d'oeuvre, à faible marge et au modèle économique fragile, qui suppose une courbe d'apprentissage », commente pour « Les Echos » Jean-François Vitoux, président du directoire du groupe DomusVi.

Le réseau de DomusVi Domicile sera ainsi constitué de 45 agences dans 26 départements et toutes réunies sous cette même enseigne. Le groupe n'a pas l'intention de recourir à la franchise, incompatible selon lui avec la garantie de services d'un même standard de qualité. Pour autant, son intention est bel et bien d'augmenter la présence territoriale de DomusVi dans l'Hexagone.

Opportunités naturelles

Selon Jean-François Vitoux, la filiale DomusVi Domicile a vocation à doubler encore de taille dans les six ou sept ans. « Il y aura des opportunités naturelles », assure-t-il, tant il est vrai que le secteur associatif est à un tournant de son histoire. Le groupe DomusVi entend, pour sa part, offrir tous les choix possibles en termes d'accompagnement des personnes âgées dans ce qu'il convient d'appeler le « parcours individuel de santé ».

Les Echos

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche

Articles Récents