Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 06:56

http://www.lavoixdunord.fr/region/le-personnel-des-ehpad-floralys-residences-de-ia16b0n2367290#.VA9YqSeXB1Q.facebook

~~Le Parlement examine aujourd’hui le projet de loi sur l’autonomie des personnes âgées qui prévoit, notamment, le respect des droits et libertés des personnes âgées en maison de retraite. Beaucoup reste à faire…

~~« En 20 ans, on a vu la situation se dégrader à Flers-en-Escrebieux. Nous n’avons plus le même contact avec le résident. Nous voudrions être à son écoute mais on ne nous donne pas les moyens pour ça. Nous sommes usées. » Audrey Fauchois est secrétaire CGT du comité d’entreprise Floralys Résidences de Flers-en-Escrebieux. Elle se fait la porte-parole des aides-soignants et des agents de services hospitaliers (ASH) de la maison de retraite pour personnes âgées dépendantes (EPHAD) de son établissement de Flers-en-Escrebieux, et de ceux d’Arleux, Féchain, Neuville-Saint-Rémy, Douai, cinq sites Floralys Résidences du groupe Norévie. Le passage aux dix heures de travail – « à Féchain, c’est la règle », dit une aide-soignante - n’aurait fait qu’aggraver les conditions de travail. Au fil des ans, de plus en plus d’établissements de soins, dont Floralys Résidences (250 salariés), adoptent un décret de 2002 portant la durée maximale quotidienne de travail à neuf heures pour les équipes de jour et à dix heures pour les équipes de nuit. « On n’a plus de vie de famille », souffle l’une des collègues d’Audrey Fauchois. « Je n’ai aucune remontée du personnel sur ces sujets-là », se défend Didier Cymerman, directeur général Floralys Résidences, objet du courroux d’une petite frange des salariés, en avril dernier. qui s’étaient réunis devant le siège social Norévie, rue Saint-Sulpice à Douai. « Je vais faire passer un questionnaire auprès du personnel pour recueillir leur sentiment », poursuit-il, histoire de montrer sa bonne foi. « Il n’y a pas de resserrement des effectifs », soutient le directeur général, disant faire au mieux avec l’enveloppe budgétaire accordée par la tutelle et le conseil général (NDLR, le GIR moyen pondéré et le PATHOS moyen pondéré, explications ci-contre). Il reconnaît aussi que la lassitude des personnels et son sentiment de n’être plus assez à l’écoute des résidents viennent du fait que l’« on accueille des gens de plus en plus âgés et de plus en plus dépendants. » « C’est comme ça que se fait jour la maltraitance. Aujourd’hui, la priorité ce n’est pas le résident, mais que le ménage soit fait », déplore une salariée Parlant au nom des représentants du personnel, Philippe Nalewajek, secrétaire général de l’Union locale des syndicats CGT du Douaisis, accuse la direction d’avoir recours aux sanctions pour se « séparer des plus anciens ». Et de se lancer dans un recensement : « Quatorze avertissements, deux licenciements, une mutation. Tout ça en deux mois ! »

~~PAR BERTRAND BUSSIÈRE

Le personnel des EHPAD Floralys Résidences de Flers-en-Escrebieux se dit à bout de nerfs.
Le personnel des EHPAD Floralys Résidences de Flers-en-Escrebieux se dit à bout de nerfs.

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 07:10

https://www.facebook.com/cgt.hopitallocalsaintaignan/posts/623895130980189

Douaisis : la CGT fait son entrée en force dans les EPHAD Floralys

Avec 53,16 % des suffrages, la CGT est devenue la première organisation syndicale dans le groupe Floralys (notamment cinq EPHAD à Douai, Flers-en-Escrebieux, Féchain, Arleux, Neuville-Saint-Rémy), soit deux cent trente-deux salariés.

Une grande première pour la CGT qui se présentait pour la première fois aux élections dans le groupe Floralys. Un groupe qui, outre les cinq EPHAD concernéss par les élections, gère des béguinages et offre un service d’aides à domicile dans le Douaisis.

La CGT est devenue majoritaire au comité d’entreprise avec trois sièges sur cinq (six élues titulaires et suppléantes sur dix). En délégation du personnel, la répartition est la même. Là encore, la liste commune formée par la CFTC, alliée de circonstance avec l’UNSA, obtient les deux autres sièges et celui du deuxième collège.

La CFTC qui, jusqu’alors, était le seul syndicat en capacité de signer des accords, subit une lourde défaite en ne représentant plus qu’un électeur sur trois. Sa défaite est née de la grève de juin 2012. Ce jour-là, à Flers-en-Escrebieux, à l’EHPAD Le Parc Fleuri, les aides-soignantes avaient cessé le travail pour protester contre le manque de personnel, la surcharge de travail, le passage de 7 à 10 heures par jour, conséquence des 35 heures (une disposition remise en cause à la suite de la grève). En allant même jusqu’à contester publiquement le délégué syndical CFTC, Éric Delcambre, accusé de ne pas défendre leurs positions.

À charge pour Brigitte Richard, 56 ans, la nouvelle déléguée syndicale CGT, de porter la parole des salariés. Notamment dans les trois comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) des EPHAD de plus de cinquante salariés, ceux de Flers-en-Escrebieux, Féchain et Neuville-Saint-Rémy qui verront le jour début 2014. En effet, jusqu’alors, il n’y avait qu’une délégation unique du personnel dans les EPHAD Floralys. Les élus CGT feront valoir leur souhait d’être remplacés lorsque leurs collègues sont absents ou malades, leurs difficultés à prendre leurs congés de fin d’année pour les réveillons, et revendiqueront une prime d’assiduité, etc.

« Ça n’a pas été facile de monter une liste », reconnaît Brigitte Richard, aide-soignante au Parc Fleuri depuis dix-neuf ans. Avant la grève de 2012, elle n’avait elle-même jamais fait de syndicalisme. « Nous n’avions plus de vie de famille », se souvient-elle. D’où son engagement. D’où sa volonté de tout faire pour que ses collègues n’aient plus jamais à trimer 10 heures de rang.

BERTRAND BUSSIERE

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche

Articles Récents