Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 20:27

Cher-es collègues des homes et Doyennés                                                                                            

 

Cette année, le 25 juin 2009, le Comité d'entreprise Medica France et Le Comité  des Doyennés fusionne avec celui-ci de façon définitive .Nous étions dans  l'incapacité de faire les chèques vacances cette année pour cause de budget des Œuvres sociales, (en effet pour pouvoir faire ceux-ci, il nous faut 12 mois de subvention et non 4 mois). La fin du comité entreprise Groupe Doyenné est proche et pour qu'une histoire grande comme la notre, ne se termine pas sans se rapprocher de vous une dernière fois, vos élus ont décidé d'utiliser le reste de subvention pour vous faire bénéficier de ces Bons-Cadeaux de 40euros. Plutôt que de la  rétrocéder a Medica France après les élections.     Nous espérons que ce dernier geste vous fera plaisir, et comme nous serons réélus au CE de Medica France, comptez sur nous pour vous représenter  de la façon la plus fidèle. Voter nombreux le 25 juin pour le CE-Medica France comportant des noms que vous connaissez bien depuis longtemps

Bonnes vacances a vous tous. Au revoir et a bientôt....

      

Eric Cordebeuf

Bruno Belmonte

Sylvie Louvet

Rosine Naudeau

 

Aucune réclamation possible sur les listes fournies. Destiné au panneau d'affichage .sniff....

Partager cet article

Repost0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 21:31
Nous avons reçu ce courrier émanent d'une famille de résident d'une résidence de la banlieue parisienne. Ce n'est pas un faux ni une intox, nous avons en notre possession les coordonnées (que nous gardons bien naturellement confidentielles) de la personne.
Comme quoi, même les familles se posent des questions et les bonnes...

"

Bonjour,

Mon père est entré à 93 ans et des poussières, chez Medica. Sa retraite d'ingénieur suffit, mais juste, à couvrir son séjour. Il faut dire qu'il bénéficie d'une retraite calculée sur les 6 derniers mois, quand la mienne l'a été sur les 25 "meilleures années".

Nous avons choisi Medica pour des raisons de disponibilité et parce que les tarifs n'étaient pas de beaucoup supérieurs à ce que réclamaient (d'entrée) les autres établissements contactés. Au moins cette résidence avait eu la pudeur de parler d'abord des conditions d'hébergement et de projet de vie.

Je me suis posé la question des bénéfices que font toutes ces maisons de retraite, en quelque sorte sur le dos des caisses de retraite, donc de tous les salariés.

Mon père paye à peu près 3000 €/mois. Sachant qu'il y a 2,75 patients par agent en moyenne, on obtient une entrée de 8250 € par mois et par agent, 99000 par an !

Ce qui est à peu près confirmé par un CA consolidé publié de 387 M€ par an pour 5800 collaborateurs, on arrive à un taux de 66700 €/an de chiffre d'affaire par agent. C'est considérable.

Je n'ai trouvé aucun bilan financier sur Internet. Où est-il possible de le trouver ?

N'est-il pas possible, en relation avec la crise des systèmes de retraite, de porter le fer sur ce problème et de mettre des chiffres sur la table ?

Fraternellement"

 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 16:39

MEDICA

Medica France, Nominé au Prix du Management des Ressources Humaines en Santé organisé par Décision Santé et le Quotidien du Médecin

Télécharger ce communiqué au format PDF :
http://www.actusnews.com/documents_communiques/ACTUS-0-15656-cp_medica_160409.pdf


Après avoir reçu en 2007, le prix de l’innovation en formation continue, le groupe Medica France a été nominé pour le prix de la communication interne pour son journal interne baptisé "Echanges".

Lancé en avril 2005, "Echanges" est destiné à l’ensemble des salariés du groupe : siège social et 154 établissements (résidences de retraite médicalisées, cliniques de soins de suite et de réadaptation et cliniques psychiatriques) répartis sur l’ensemble du territoire national.

La création d’un outil pour se doter d’une culture commune et d’un vocabulaire identitaire devenait de plus en plus pertinente pour l’équipe de direction au fur et à mesure de l’évolution du groupe. Medica France a connu un fort développement (rachats et créations) en un temps relativement court, passant de 30 établissements en 2001 à plus de 130 en 2008.

L’objectif était de fédérer le plus grand nombre autour de valeurs communes, en communiquant à la fois de manière professionnelle mais aussi "vivante" pour :  

  • Enrichir les échanges au sein du Groupe ;
  • Faire circuler les informations ;
  • Favoriser le partage d’expériences ;
  • Mettre en avant des métiers, des expertises de salariés sous forme de portraits, de témoignages, des initiatives originales et exemplaires au niveau local au sein d’un établissement et susceptibles d’être déployées à l’échelle du groupe ;
  • Sensibiliser sur des sujets de fond (ex : la maladie d’Alzheimer, le travail de nuit, la légionellose, l’esthétique, la politique qualité du groupe…)

Les salariés se sont également exprimés sur la nécessité de mettre en place un journal interne lors de leur participation à des ateliers de réflexion dans le cadre de « Cap Métier 2005 », opération destinée à faire un point sur l’adhésion des équipes à la politique du groupe.

Ces groupes de travail ont apporté des éléments constructifs sur les spécificités du futur journal interne qui devait être notamment un support de communication alimenté par les établissements pour développer l’appartenance au groupe.

Depuis son lancement, "Echanges" a fait l’objet d’un item d’évaluation du baromètre social, enquête interne de climat social menée en mars 2006 et en avril 2008. Chacune des enquêtes montre une forte adhésion des salariés au journal interne, tant sur le fond que sur la forme.

Après trois ans d’existence, le journal est aujourd’hui connu et reconnu. Il remplit sa vocation d’outil fédérateur pour Medica. Régulièrement des salariés cités demandent à recevoir plusieurs exemplaires pour leur famille.

La réception régulière de proposition d’articles prouve que l’outil "vit" et qu’il est un relais reconnu. Des initiatives qui se dupliquent témoignent de l’utilité de fond du journal.

Ainsi de nouveaux concepts pilote- le jardin thérapeutique (résidence spécialisée Alzheimer des Aurélias de Pollionay en région Rhône-Alpes) et l’espace Snoezelen (salle de stimulations sensorielles sur la résidence L’Hermitage Berthelot - Lyon 7ème) - relayés dans le journal interne, ont permis aux autres établissements de réfléchir au déploiement de projets équivalents.

Enfin le succès du journal "Echanges" a ouvert la voie à de nouveaux relais de communication et a permis d’insuffler une dynamique de communication pour de nombreux établissements du groupe qui ont créé leur propre journal interne.

Partager cet article

Repost0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 16:36

MEDICA

La résidence des Cèdres : un nouvel EHPAD du Groupe Médica à Villemomble en Seine-Saint-Denis

Télécharger ce communiqué au format PDF :
http://www.actusnews.com/documents_communiques/ACTUS-0-15657-cp-medica_160409.pdf


La résidence des Cèdres a ouvert ses portes le 19 janvier dernier. Ce nouvel établissement du groupe Medica comporte sur quatre niveaux (rez-de-chaussée et trois étages) 116 lits dont des lits d’hébergement temporaire et des places d’accueil de jour.

Deux Cantous, dotés chacun d'un jardin thérapeutique, ont par ailleurs été aménagés au sein de l’EHPAD, pour accueillir 24 personnes désorientées, atteintes de la maladie d'Alzheimer ou de troubles apparentés.

Le bâtiment offre le confort et la sécurité d’une nouvelle construction. Il est situé dans un quartier calme et résidentiel et bénéficie d'un cadre privilégié grâce à ses nombreux espaces verts.

En plus des lieux de vie du rez-de-chaussée, chaque étage est doté d’un espace convivial. Les chambres, individuelles et spacieuses, sont équipées de lits médicalisés, d'appel malade et d'une salle de bain adaptée aux personnes à mobilité réduite.

La résidence dispose également d’une salle de kiné, d’un salon télévision, d’une bibliothèque, d’un jardin paysager et d’une terrasse ombragée. Un espace enfants a été aménagé pour l'accueil des petits ainsi qu’un espace dédié aux repas invités et familiaux des résidents.

L’établissement s’engagera, comme l’ensemble des établissements de retraite médicalisés du Groupe Médica, dans un processus de certification AFAQ Engagements de Services, en partenariat avec l’AFAQ (Association Française pour le Management et l’Amélioration de la Qualité).

La résidence des Cèdres de Villemomble emploie dès son ouverture une trentaine de personnes : une équipe pluridisciplinaire de professionnels du soin, de l’animation, de la restauration et de l’hébergement qui assure aux résidents une prise en charge globale et personnalisée, une qualité de vie la meilleure possible dans le respect, le confort physique et le bien-être psychique.

 

Adresse : 30 bis, avenue de la station - 93250 Villemomble
Informations complémentaires auprès du Point Infos Conseils 7j/7
0825 021 022
(0,15€ minute)

www.medica-france.fr

 

Médica est un acteur majeur du marché français de la prise en charge de la dépendance temporaire ou pérenne. Le Groupe propose une offre duale de services à la fois sur le secteur médico-social avec la prise en charge de la dépendance pérenne au sein d’EHPAD (établissements pour personnes âgées dépendantes), et sur le secteur sanitaire, avec la prise en charge de la dépendance temporaire au sein d’établissements de soins de suite et de réadaptation, les SSR, et d’établissements psychiatriques.

Médica offre une capacité d’accueil de 11 642 lits répartis au sein d’un réseau de 154 établissements en France et en Italie. Il exploite en France 97 EHPAD et 37 établissements sanitaires. Le groupe Médica a réalisé en 2008, un chiffre d’affaires consolidé de plus de 449 M€, et compte plus de 5 500 collaborateurs.

Partager cet article

Repost0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 16:52

Nous apprenons dans « La Mensuelle d'Echanges, N° spécial séminaire Opio 2009 » que, je cite : « Depuis 2007, 87 cadres en établissement ont suivi des formations en management sur un cursus de 2 fois 2 jours. Pour la majorité, ces stagiaires sont ceux définis aujourd'hui par le terme « Collaborateurs Clés ».


Il s'agit des salariés  « à qui le Directeur confie les clés en son absence » :

 

- Cadre   infirmiers  et responsable hébergement en EPHAD. (J'ai recopié cette phrase à l'identique, ce qui me gène c'est le manque de ponctuation entre cadre au singulier et infirmiers au pluriel, ça manque de clarté...NDLR)

 

-         Surveillant et assistant de direction en sanitaire.


Progressivement les collaborateurs clés bénéficieront :

-         D'une délégation de pouvoir,

-         D'un statut cadre,

-         D'un contrat d'objectifs avec évaluation des résultats. »


Donc voilà ce paragraphe dans son intégralité, mais alors se pose une question :

- sur les sites ou le week end et les jours fériés il n'y a ni Directeur, ni cadre, la direction à toujours confié « les clés » aux filles de l'accueil ! Donc on fait comment ? Elles n'ont pas suivi le cursus de formation, ne sont pas cadres et surtout touchent « que dalle » pour ces responsabilités !  Nous attendons avec impatience la présence de ces fameux « collaborateurs clés » à partir ........du prochain week end !!! Je sens qu'on va rigoler !!!

Oui, pour terminer, les horaires en vigueur pour les salariés"lambdas"c'est 7h à 19h ou de 8h à 20h, va falloir s'adapter!

Hihihihihihihihi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Partager cet article

Repost0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 19:26

Lors du dernier collectif, il m'avait été demandé d'organiser un séminaire pour 100/150 personnes !!!!!!!!!!!!!Tu parles, j'y comprends rien en séminaire, et l'organiser en plus ! p.....de cadeau. Mais bon, un ordre est un ordre. Me voilà parti surfant comme un fou sur internet...bof, je commençai à patiner sérieusement lorsqu'un camarade me dit d'essayer le club méditerranée ; ah !bon, parce qu'ils font ça eux ? Et bin oui, ils font ça ! Et en cherchant sur leur site, je tombe totalement par hasard sur le club d'Opio dans l'arrière pays Niçois, j'en avais déjà entendu parler de ce club mais je ne me souviens plus où, en vieillissant je perds un peu la mémoire ! Mais bon, je demande un devis, et voila les tarifs :

-         Adultes en chambre individuelle « club » : 510€. (Pour 2 nuits).

-         Salle plénière 1 salle/2 jours : 1080€.


On va faire une côte mal taillée, on va prendre 130 personnes en chambre individuelle pour 2 nuits et la salle plénière pour 2 jours :

-130X510€ = 66 300€

-La salle = 1080€ !


Total= 67380€ ! (Soixante sept mille et trois cent quatre vingt euro).


Mais qui peux se payer un séminaire à ce tarif ? Avec la crise actuelle et les difficultés de nos entreprises (c'est le Synerpa qui le dit), je vois mal un dirigeant offrir ça à ses directeurs, surtout quand on augmente ses salariés de 1,1%. Je  soumettrai ce devis au collectif  le 9 Avril prochain mais je connais la réponse ! Nous sommes des gens responsables, adultes et conscients, il est hors de question de gaspiller une telle somme pour une « messe », cette somme représente 11,04€ par salariés du groupe, ce qui correspond à un 13ème mois par rapport à l'augmentation décidé par le Synerpa !!!!!!!!!!!Pas de petites économies ! Tiens on en parlera aux prochaines NAO !



Partager cet article

Repost0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 10:23

Quand c'est bien on le dit, j'ai sous les yeux le plan de formation 2009 de Medica France, il est vaste et assez (j'insiste sur le « assez », vous verrez pourquoi par la suite) complet. La thématique axée sur la prévention est louable. Rentrons dans les détails et analysons un peu :

-5 formations pour les cadres et directeurs.

-1 VAE (normal).

-21 formations pour les métiers du soin, avec ce qui me semble important : des modules sur la démence, la gestion des comportements agressifs (qui devraient être obligatoires).

-9 formations pour les métiers administratifs, avec un petit bémol : les 2 modules sur le management des collaborateurs niveau 1 et 2, c'est pour qui ces formations ? Au niveau administratif, il n'y a que le directeur, le responsable d'hébergement (là ou il en reste) et la secrétaire ? Non ?  Dans ce cas là, il s'agit de 2 formations supplémentaires qu'il faut rajouter à la première ligne.

- 6 formations informatiques (rien à dire).

- 5 formations pour les hommes d'entretien. Bon, à part le module » le correspondant en hygiène hospitalière » (je ne comprends pas bien ce que ça fait là) !

Les petits malins qui suivraient cet article avec le plan de formation sous les yeux me diraient que j'oublie les formations pour les métiers de l'hébergement, hi !hi ! Et bien non, mais je garde le meilleur pour la fin !

-3 formations pour les commerciaux ; ah ! Mais qui sont les référents commerciaux sur les sites ? Bonne question. Chacun se renvoie la balle : si la maison est pleine, c'est grâce aux directeurs ! Normal ! Mais si elle n'est pas pleine, c'est la faute aux directeurs (re-normal), mais aussi aux responsables hébergements (je me répète, là ou il en reste), aux filles de l'accueil, bref à tout le monde !!! Il faudrait quand même mettre les choses au point. Nous espérons que la nouvelle grille de classification sera plus claire.

-3 formations sur la qualité, encore pour les directeurs, puisque c'est eux qui dirigent les COPIL, dites moi si je me trompe.

-4 formations pour l'animation, à priori cela semble pas mal, à voir avec les animateurstrices (j'aime bien les « teurstrices » !).

- Un peu de « fourre-tout » dans le paragraphe »Des formations pour tous », mais bon, remplir 4 pages, ce n'est pas facile (je sais de quoi j'cause !).

-les formations internes avec les outils pédagogiques, à développer et à mon avis à rendre obligatoire, mais c'est simplement mon avis.

Aller, passons aux formations pour les métiers de l'hébergement, c'est là que « le bât blesse » :

-         Déjà, on nous met 2 fois »Alimentation et diététique », comme je disais plus haut, il faut remplir.

-         « La cuisine traditionnelle à textures modifiées », formation réservée aux cuisiniers et chefs ; il faut quand même une certaine pratique et connaissance du métier.

-         « Les pauses goûters », une des plus belles formations avec comme intervenants des Meilleurs Ouvriers de France (pour ma part, j'ai eu droit à un Champion du Monde !),

Mais formation réservée à des professionnels confirmés.  

-         Le logiciel 2M, pour ceux qui passent les commandes, donc Chefs, Seconds, Responsable hébergement (non, je ne le redis pas !!).

-         « Connaître et appliquer la méthode HACCP » (j'ai déjà dit haut et fort ce que j'en pensais, et surtout ce que l'on en retenait, et si on me le demande, je suis prêt à réitérer mes propos), que l'on peut associer avec « l'hygiène des locaux » (ça fait une ligne en moins, mais c'est qu'il faut remplir....qu'est ce que je me répète !).

Ce qui me gène le plus, à part le module »Service en salle », rien, mais rien (comme d'habitude, et pas seulement à Medica France, soyons honnêtes) n'est fait pour les plongeurs, commis de cuisine, commis de salle. On commence sa carrière plongeur et on la termine « noyé ». Comment voulez vous pérenniser et fidéliser (et Dieu sait si on a « mangé » de ces deux termes pendant les dernières NAO) ces personnes si on ne leur offre pas la possibilité d'évoluer ? Hein ? Comment ?

On nous refait de beaux restaurants, de belles cuisines, on nous parle de « démarche commerciale », mais on ne forme pas les équipes à ces projets. Ce n'est pas une critique, c'est une demande, comment voulez vous impliquer des gens sans leur promettre d'avenir plus radieux, du moins dans leur progression interne ? C'est vrai que la population des plongeurs ou des commis de cuisine (surtout de collectivité) sont des gens non diplômés, souvent en marge : étrangers, ne maitrisant pas ou mal notre langue, en échec scolaire, dans certains cas en situation irrégulière (la presse s'en fait largement l'écho, ces derniers temps), est-ce une raison pour continuer à les maintenir « la tête sous l'eau » ? N'est -il pas aussi de notre devoir de les reconnaître, de les former, de les valoriser ? C'est quand même nos équipes, c'est quand même eux aussi qui font tourner vos boites ? Prenez le métro ou le RER à 6 heures du matin, vous verrez qui maintient à bout de bras l'économie de notre pays !

Je le répète, ce plan est pour moi un bon plan de formation, réaliste et ambitieux, mais une fois de plus on oublie encore et encore les équipes de cuisine, plongeurs, commis.

Je n'interviens pas souvent sur le blog, mais mon camarade Ratman a vu que j'étais en colère et m'a laisser la plume ce matin, bonne journée à toutes et à tous.

Albert Papadacci.




Partager cet article

Repost0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 09:21

·         Les maisons de retraite :
une mine d'or pour les investisseurs


Le marché des maisons de retraite intéresse de plus en plus les investisseurs à la recherche de revenus locatifs stables.

La recherche d'un investissement sans risque et rentable peut paraître utopique. Et pourtant, avec plus de 1.2 million de personnes dépendantes d'ici à 2040 selon l'Insee, l'investissement dans les Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) se trouve être l'une des solutions. Actuellement, 650 000 personnes âgées vivent dans les Ehpad. Cette offre reste insuffisante d'ou l'intérêt grandissant des investisseurs pour ce créneau porteur.

Un investissement rentable

Avec une rentabilité assurée aux alentours de 4% à 5% par an, l'investissement en Ehpad permet de bénéficier d'un revenu à long terme. «Les particuliers qui désirent investir en Ehpad cherchent généralement à se constituer un revenu complémentaire pour leur retraite mais également à réduire leur taux d'imposition. De fait, cet investissement leur permet de bénéficier d'une réduction d'impôt allant jusqu'à 5%», précise Christine Vassal-largy, responsable du pôle Immobilier Thésaurus.

Pour pouvoir bénéficier du régime des locations meublées non professionnel (LMNP), il suffit d'investir dans un bien situé dans une résidence avec services ou de tourisme classée. Les recettes annuelles retirées de cette activité ne doivent pas excéder 23 000 € TTC sans quoi l'investisseur se retrouve soumis au régime des locations meublées professionnel (LMP). Le statut LMNP permet de bénéficier d'avantages fiscaux grâce à la loi de finances 2009. Il ouvre droit à la récupération de la TVA pout tout achat d'un bien neuf ou en construction ainsi que la déduction de la totalité des charges foncières des revenus locatifs. L'investisseur, placé sous le régime des locations meublées non professionnel (LMNP), procède à l'achat d'une chambre de 20 à 25 m² en Ephad. Un bail d'une durée de 11 ans et 9 mois lie alors l'investisseur à l'exploitant de la structure.

A titre d'exemple : un couple marié investit 130 000 euros HT dans une chambre en Ehpad sous le régime LMNP. « Bénéficiant d'une rentabilité de 5% sur une durée de 20 ans, le couple se constituera un revenu complémentaire annuel de 6500 euros. Il profitera également d'une récupération de TVA dès la première année, pour un montant de 22 280 euros», explique Hervé Bocher, du cabinet Création et développement de patrimoine.

Des formalités importantes

Mais le rachat d'une chambre en Ehpad ne s'opère pas aussi facilement. Il reste soumis à des règles strictes. Autorisations de la Ddass, conventions tripartites et mise aux normes des établissements sont un passage obligé. L'équilibre financier de l'exploitant représente également un critère important tout comme la vérification du taux de remplissage de la structure dans laquelle on souhaite investir. Gage de sécurité et de visibilité, il est conseillé de toujours se tourner vers les grands groupes qui font la renommée du marché.

Il existe notamment un guide de la dépendance qui note les exploitants d'Ehpad. Allant de 1 à 10, cette notation classe les différentes structures selon des critères de qualité, d'accueil ou encore d'hygiène. Des groupes comme Quiétude, Medica France ou Orpea, leaders du secteur de la prise en charge de la dépendance se voient attribuer des notes allant jusqu'à 9,5 points. De quoi aider des investisseurs de plus en plus intéressés par ce placement, à faire un choix dans le but de maximiser leur rentabilité.



http://www.lefigaro.fr/placement/2009/03/25/05006-20090325ARTFIG00525-les-ehpad-une-mine-d-or-pour-les-investisseurs-.php

Partager cet article

Repost0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 12:01

...dont nous aimerions bien avoir la réponse. Si nos teurstrices(c'est plus court !) sont conviés à une réunion ou formation de 2 jours ou plus au siège à Issy les Moulineaux, pour ceux qui viennent de province il est normal de leur payer l'hôtel (il vont pas dormir sur les bancs devant le siège !), mais pour ceux habitant Paris ou sa banlieue ? On leur paye aussi l'hôtel ? Ils ne peuvent pas rentrer chez eux le soir ? C'est vrai que se mêler au peuple dans le métro et pire dans les RER, ça le fait pas ; en plus c'est plein d'étrangers, même pas Français ! Et puis le matin, il faut se lever tôt, pas question d'arriver en retard, sinon on leur retire des heures, normal, ils font bien ça avec leurs équipes. Déjà qu'ils ne sont pas bien payés, les pauvres, certains sont même obligés d'avoir un autre métier ! Bin, oui ! Il y a des retraités qui sont teurstrices (pourquoi, ce n'est pas un métier, la retraite ? les poules, les lapins, le jardin...c'est bien une source de revenus ?non ?). Mais je m'égare (de l'Est ! ça c'est vraiment nul !!!), revenons à la question initiale et attendons la réponse et si elle ne vient pas nous demanderons à nos camarades du CE de demander des explications lors de la prochaine réunion (en questions diverses, bien sûr !).

Partager cet article

Repost0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 22:28

Parmi les critiques, votre gestion du dossier Ténarèze est la plus récurrente. Quelles sont vos intentions ?

Bernard Gallardo. Ces deux dossiers de l'Ehpad de l'hôpital et de la Ténarèze ont été laissés à l'abandon par le maire précédent depuis douze ans. Notre équipe a eu le courage de les prendre à bras-le-corps car nous ne pouvons pas laisser nos anciens vivre dans des locaux tels qu'aujourd'hui.

À propos de la Ténarèze particulièrement, j'ai entendu la population de Condom et je pense qu'il fallait du courage pour suspendre le projet de privatisation. J'ai promis un débat participatif sur ce sujet et il aura lieu début avril.

Certains craignent que vous négociiez toujours en coulisse avec Medica France.

Pouvez-vous les rassurer ?

Il n'y a aucune volonté de la mairie de donner naissance à un projet Medica France à Condom. Ceci dit, c'est une entreprise libre d'imaginer qu'elle peut construire un Ehpad sur Condom après 2014. Il nous appartient de trouver une solution pour nos Ehpad qui fixe la totalité des lits de la ville dans le giron du secteur public. C'est pourquoi nous avons besoin du soutien de la population pour faire avancer ce dossier rapidement.

Le débat public devra définir le projet. Certains pensent qu'il faudrait construire un seul et grand établissement à l'hôpital, mais il y a beaucoup d'arguments contre. Personnellement, je suis partisan, avec d'autres, d'une réhabilitation de l'Ehpad de la Ténarèze. Quelle que soit l'option choisie à l'issue du débat, il faudra faire vite pour éviter l'affectation de lits vers une structure privée.

Votre opposition de droite vous juge incompétent et estime que votre inertie à fait perdre un an à Condom.

Que répondez-vous ?

Le paon braille. Qu'il braille.

Condom citoyenne estime encore que l'union vous aurait permis de profiter de ses connaissances des dossiers et de gagner du temps pour agir.

Partagez-vous cette analyse ?

Je crois surtout que l'union aurait cassé une dynamique parmi l'équipe que j'ai menée aux élections municipales.

 

 

http://www.sudouest.com/gers/actualite/condomois/article/534553/mil/4301690.html




Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche