Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 15:13

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 09:29

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 13:45

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 09:15

~~ La médiation menée par Michel Sabatté pour tenter de trouver une issue dans le conflit qui oppose la direction de la clinique du Pont de Chaume et les grévistes a échoué.«J'ai le sentiment que les salariés grévistes ont fait des ouvertures, confie Michel Sabatté, mais pas la direction. Elle n'a fait aucune proposition.»Après avoir discuté avec les délégués CGT vendredi, le médiateur a rencontré lundi soir le Dr Attia, représentant la direction générale du groupe Vedici lors des négociations. L'un des arguments avancés : la clinique ne peut pas répondre aux demandes des grévistes car elle serait aujourd'hui en déficit à cause de la grève. Elle avait tablé sur 1 million de bénéfices d'ici la fin de l'année. Une somme qui aurait dû être réinvestie directement dans l'établissement. «Depuis le deuxième jour du conflit, nous avons fait des propositions, soutient le Dr Attia. Mais la CGT a toujours rejeté tout en bloc notamment les recommandations du précédent médiateur, M. Garcia. Vous imaginez que le nouveau médiateur a dû être obligé d'interrompre la médiation car il existe un fossé entre les exigences de la CGT et nos propositions.» Et d'insister : «On appelle les grévistes à la raison. La CGT ne se bat pas pour eux mais parce qu'il y a bientôt des élections dans la clinique. Elle a décidé d'amener tout le monde droit dans le mur.» De leur côté, à l'annonce de l'échec de la médiation, les grévistes, 150 selon la CGT, une centaine d'après la direction, ont décidé à la quasi-unanimité de poursuivre le mouvement et de durcir leurs actions. Pour sortir de ce conflit qui dure depuis 34 jours, la CGT en appelle désormais au ministère de la Santé et donc à l'ARS (Agence régionale de santé), «les seuls à avoir les moyens de faire pression sur la direction» comme l'assure Christophe Couderc, délégué CGT. «Car c'est bien l'Etat qui paie. La clinique gagne des sous à travers la sécurité sociale. On attend donc que l'Etat joue son rôle et protège la population et donc les salariés. Il faut que la direction daigne négocier et non imposer.» Et d'enchaîner : «Nous invitons la population et les patients à nous soutenir pour maintenir des soins de qualité et de se diriger vers l'hôpital.» Mais comme le médiateur l'a rappelé, «c'est dans l'intérêt ni des salariés en grève, ni de la direction que le conflit ne prenne pas fin car il rebondira quelques temps après». Pauline Maisterra Montauban Société

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 14:33

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 09:03

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 14:55

Voici le courrier que j’ai adressé à la Ministre.Amitiés, Pierre Ouzoulias, conseiller départemental des Hauts-de-Seine (Bagneux-Bourg-la-Reine).

Soutien officiel de madame Patricia Tordjman maire de Gentilly ! "...le maintien de cette structure m‘apparaît absolument justifié en terme de santé publique et pour la sauvegarde des emplois."

Soutien officiel de madame Patricia Tordjman maire de Gentilly ! "...le maintien de cette structure m‘apparaît absolument justifié en terme de santé publique et pour la sauvegarde des emplois."

Chères, chers camarades, Vous trouverez ci-joint, un communiqué de presse de la Fédération CGT Santé et Action Sociale « SCANDALE CHEZ VEDICI, La Clinique Ambroise Paré de Bourg la Reine en cessation de paiement ». Bien fraternellement,

FÉDÉRATION CGT DE LA SANTÉ ET DE L’ACTION SOCIALE

SCANDALE CHEZ VEDICI LA CLINIQUE AMBROISE PARÉ DE BOURG LA REINE EN CESSATION DE PAIEMENT

Le groupe VEDICI, qui compte 35 établissements et réalise 600 millions d’euros de chiffre d’affaires, occupe le devant de la scène médiatique en rachetant le Groupe VITALIA qui compte a son actif 46 établissements et est valorisé près d’1 milliard d’euros, puis « jette l’éponge » et ses salariés sur sa clinique Ambroise Paré de Bourg la Reine (92).

La directrice de la clinique du groupe VEDICI spécialisée en obstétrique, a annoncé au Comité d’Entreprise qu’elle souhaitait engager une procédure de cessation de paiement : cette décision n’a pas été valablement justifiée et les obligations de l’employeur vis à vis des représentants du personnel ne sont pas respectées.

73 emplois sont menacés. La CGT tient à rappeler, que dans le cadre du rachat de VITALIA, le groupe ne va débourser que 300 millions d’euros. En effet, VEDICI confie à ICADE, société qui achète l’immobilier de santé et loue ensuite aux exploitants des cliniques, le soin de débourser 650 millions d’euros en rachetant l’immobilier de 17 des établissements de VITALIA.

Comment comprendre, que les dirigeants de ce groupe ne parviennent pas à envisager une sortie favorable pour cet établissement, alors qu’il a su regorger d’idées pour racheter VITALIA sans que cela ne lui coûte trop cher !

Cette clinique n’appartient pas à des médecins en proie à des difficultés pour trouver des repreneurs et à redresser économiquement leur établissement ; elle appartient à un très grand groupe, VEDICI, qui va compter demain 80 établissements avec le rachat de VITALIA, pour former le 2ème groupe national derrière Ramsay-Générale de Santé.

Deux maternités ont déjà fermé sur le territoire (Meudon et Massy) et les établissements qui ont récupéré leur activité se retrouvent saturés en maternité (Béclère à Clamart, Kremlin Bicêtre, et l’hôpital privé d’Antony).

Si la clinique Ambroise Paré disparaît, c’est un véritable désert médical dont vont pâtir les patientes de ce territoire.

La CGT n’acceptera pas cette situation.

Les salariés s’organisent pour sauvegarder leur emploi et défendre l’offre de soins sur le territoire. Ils ont raison. Il savent qu’ils peuvent compter sur la CGT qui d’ores et déjà est à leur coté.

Montreuil, le 12 novembre 2015

Case 538 263, rue de Paris

93515 Montreuil

Cedex Tél : 01.55.82.87.49 Fax : 01.55.82.87.74 E-Mail : sg@sante.cgt.fr

 

Sauvons la Maternité Ambroise Paré.Venez vous joindre à vos élus pour nous soutenir pendant un rassemblement mercredi prochain !
Sauvons la Maternité Ambroise Paré.Venez vous joindre à vos élus pour nous soutenir pendant un rassemblement mercredi prochain !

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 14:47

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 23:25

CLINIQUE AMBROISE PARE

 

Bonjour,

un rassemblement est organisé à 9h pour le 18 novembre contre la fermeture de la clinique Ambroise Paré, 2 Rue Léon Bloy, 92340 Bourg-la-Reine.
Je reste à votre disposition pour tout renseignement,
il faut du monde,pour lutter contre ces groupes qui ne cherchent qu'à s'enrichir sur le dos des salarié-es, sur le dos des patients et sur le dos de la santé publique.
On ferme une clinique au moment ou on en achète 40 pour + d'1 milliard d'euro..............le mépris le plus total.
Il faut faire entendre la voix de ces salarié-es qui vont être jeter comme des mouchoirs,
nous appelons à une grande mobilisation,
merci de votre soutien et de votre présence

fraternellement
Albert Papadacci

UNION LOCALE CGT du Plessis/Clamart/Châtenay Zipec-14 avenue Galilée 92350 Le Plessis Robinson Tel : 09 67 20 62 74/ALBERT:06 22 05 05 98/RICHARD:06 82 27 87 59 Mail : ulcgtplessisclamartchatenay@orange.fr

 

CLINIQUE D'EMBATS

Nous avons appris ce soir qu’une nouvelle clinique était en grève depuis aujourd’hui en Midi Pyrénées, il s’agit donc de la clinique d’Embats dépendant du département du Gers.

Cette clinique familiale compte 40 salariés pour 63 lits et n’appartient donc pas à un groupe.

Les revendications sont à la fois salariales suite à des NAO ou le directeur n’a rien voulu concédé pour la seconde année consécutive (réunion ce jour) + des rumeurs de vente de l’établissement pour lesquelles les salariés n’ont pas été informés (Korian, Clinéa … ???). La direction propose uniquement un intéressement, élément qu’ont refusés les salariés.

Une A.G avait eu lieu la semaine dernière se prononçant favorable à une grève si les revendications portant sur la politique salariale sur cette réunion NAO n’avançaient pas, cette A.G avait voté favorablement pour ce mouvement a 99 %.

90 % des salariés sont donc en grève, seuls reste une CDD, 2 cadres et le directeur comme non-grévistes.

La clinique perd 8500 euros par jour alors que les salariés demandent de leur côté des augmentations salariales de 200 euros net mensuel pour les IDE et 100 euros pour les autres catégories du personnel, le calcul est vite fait !!!

Le directeur de l’établissement a fait sortir ou transféré l’ensemble des patients et la clinique est maintenant vide.

Une négociation aura lieu demain et Angèle LEGER, secrétaire de l’USD 32 sera présente pour les accompagner.

Bonne soirée.

Dom CHAVE.

CLINIQUE DU PONT DE CHAUMES

 

JEUDI journée décisive pour tous la direction croit que l'on va lâcher et que l'on est à bout de souffle donc on va lui montrer le contraire début des hostilités des 4 heures du Mat pour ceux qui peuvent une dizaine de camarades interpro en renfort puis rassemblement toute la journée pour tous avec beaucoup d'actions pour mettre réelle pression un appel régional à été lancé la direction à l'air d'avoir décider de pourrir ce conflit et sont persuadés que vendredi on va lâcher et bien on va crier haut et fort que l'on lâchera rien qu'il est hors de question que l'on se mette à genoux devant ces fumiers ces démagogues ces menteurs ces voleurs et que personne n'a le droit de nous mépriser et surtout un nabot avec une tête de fouine pour pas dire de pine; Nous sommes la dignité, nous sommes la vérité, notre lutte est légitime, leur comportement est scandaleux honteux et n'est que mensonges et démagogie. ON LACHE RIEN nous sommes devant notre avenir prenons le en main. EL PUEBLO UNIDO JAMAS SERA VINCIDO!!!!

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 19:23

Point à la fin du 15ème jour de grève à la Clinique du Pont de Chaume, Groupe VEDICI.

Pour rappel :
- préavis posé le 20 Octobre, grève débutée le 22 Octobre à 6h00 sans réelles et sèrieuses négociations basées sur le cahier revendicatif jusqu’à ce que la direction demande une médiation le Samedi 31 Octobre 2015 suite à une énième réunion la veille avec le directeur qui a fini par fuire à 21h00 laissant la RRH du groupe et la DRH de l’établissement seules revenir à la table des négociations contre ses directives avec une modeste enveloppe de 150000 euros pour plus de 500 salariés, ce pour répondre à l’ensemble des revendications : INDECENT. A 3h00 du matin voyant que ça n’évoluerait pas n’étant pas décisionnaire, les négociations ont cessées.
- Entre temps les salariés ont dû se battre contre l’état lui-même pour faire cesser les réquisitions abusives qui permettaient à l’établissement de maintenir une activité. Ils essaient en vain d’obtenir la fermeture de l’établissement qui maintenant fait appel à de l’intérim impunément et en toute illégalité !!!!! Que fait l’ARS ????

Tous les jours dès 6h les salariés grévistes installent un barrage filtrant afin de perturber le bon fonctionnement de la clinique mais la direction dans sa provocation permanente a, par exemple, arraché du grillage pour faciliter l’accès à pied.

Mr Chiche (DG du groupe) s’est déplacé lui-même pour la 1ère réunion avec le médiateur le Samedi 31 Octobre 2015 à 18h00. Après avoir entendu les représentants du personnel sur les évènements ayant amené à une telle situation, les négociations ont vite révélées que l’enveloppe de la direction avait guerre évoluée : réévaluation grille des bas salaires (74 000 euros) ceci ne concernant que les ASH et AS, une enveloppe prime 150 000 euros fin d’année pour compenser l’intéressement pas versé faute d’accord négocié, même chose Juin 2016 et engagement de négocier un accord d’intéressement. Après calcul cela représente 19 euros net/salarié non pérenne car sous forme de prime non fixe. Inadmissible après 10 jours de grève donc ils ont quitté la négociation sans même avoir pu aborder les questions des conditions de travail et demandant à la direction de revoir ses propositions pour les revoir le lundi suivant. Sauf que le DG du groupe VEDICI est repartit à Paris et ne voyait pas la nécessité de revenir car n’avait rien d’autre à proposer.
Pour ce qui est des grévistes jouant le jeu de la négociation ils préparent des contres propositions : augmentation 100 euros brut/mois par salarié, une prime fixe de 400 euros versée au mois de juin car ne voulant pas aller sur de l’intéressement, C.A supplémentaire d’ancienneté, paiement des 9 jours « enfant malade » en plus des 3 existants, demande de créations de postes et travail sur l’organisation pour de meilleures conditions de travail (respect binôme IDE/AS, fonctionnement pool, etc….). Ceci est présenté au médiateur dès le lundi matin. Pression est faite au niveau de l’ARS et la préfecture pour que la direction revienne à la table des négociations sachant que les jours de grèves ont été imputés sur les salaires du mois d’Octobre compensés en partie par une avance faite sur le salaire du mois de Novembre, un affront de plus……..
Nouveau rendez-vous est enfin fixé le 5/11/2015 à 15h00 avec une délégation patronale qui a encore changé : Mr ATTIA directeur adjoint en charge de l’organisation du groupe est arrivé dès le Mercredi 4 Novembre 2015. Cette nouvelle réunion est encore une fois un échec. Non seulement il n’y a aucunes nouvelles propositions concrètes quand aux conditions de travail mais en plus il est rétorqué que les salariés ne sont pas au maximum de leur « productivité » ce qui annonce une nouvelle réduction de personnel avec des cadences de travail augmentées pour être le plus efficient possible. Sans parler de la revalorisation salariale : propositions identiques avec un accord d’intéressement à objectif de résultats.

Le 05/11/2015 au soir les salariés grévistes suite à ce nouvel échec ont décidé non seulement de reconduire la grève mais en plus de durcir le mouvement en bloquant l’accès à la clinique (sauf pour les patients dialysés). Une nouvelle réunion est fixée le 06/11/2015 à 14h00 pour sûrement faire un constat d’échec, la direction restant totalement autiste à toute tentative de négociation. Très en colère et malgré la fatigue ils sont plus que jamais motivés !!!!!!!!

 
 
 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche