Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 18:46

http://www.courrierdelouest.fr/actualite/champtoce-la-greve-se-poursuit-a-la-maison-de-retraite-16-04-2013-106132

 

 

Les salariés de la maison de retraite de Champtocé poursuivent leur grève, entamée jeudi 11 avril. Dans un communiqué de la CGT, les grévistes indiquent ne pas pouvoir "supporter plus longtemps la façon dont le personnel était traité par la hiérarchie de l’établissement. Depuis le début de la grève la direction refuse catégoriquement toute rencontre avec les grévistes et la CGT".

Pendant la grève, la prise en charge des résidents de la maison de retraite se poursuit.

Partager cet article

Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 07:07

http://www.frituremag.info/Home-Page/Greve-dans-une-maison-de-retraite.html

 

 

Après les mouvements de protestation de l’hôpital public, c’est désormais un établissement d’hébergement pour personnes âgés dépendantes (EHPAD) qui se lance dans la bataille.

Les agents de l’EHPAD Augustin Labouilhe, à Saint-Orens, ont décidé de faire grève mercredi 17 avril de 8h à 12h. Les revendications ne sont pas nouvelles et ne sont pas non plus exclusives à cet établissement. Les agents protestent contre le manque de personnel provoqué par une politique de réduction des coûts conduite par l’Agence Régionale de Santé.

Les agents de cette maison de retraite ne veulent plus revenir durant leurs jours de repos, et refusent le chantage culpabilisateur de la conscience professionnelle. Ils s’opposent à la mauvaise gestion et organisation des plannings, à « l’auto-remplacement » des agents du fait de l’inexistence d’enveloppe de remplacement. Ils veulent pouvoir choisir les congés d’été et avoir une vie familiale normale… Mais, ce qui provoque cette première levée de bouclier, c’est le sentiment douloureux de ne plus faire le travail selon les règles de l’art, l’impression de ne plus pouvoir respecter la dignité de la personne âgée.

Mercredi 17 avril, l’EHPAD Labouilhe résistera encore et toujours. Peut-être sera-t-il suivi par d’autres maisons de retraites publiques ou privées, d’autres cliniques, d’autres CHU ? Peut-être les familles des résidents seront devant l’établissement pour crier leur souhait de voir leurs anciens bien traités, en simple humanité ?

Ch. A.

Partager cet article

Repost0
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 22:05

Partager cet article

Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 20:30

http://www.sudouest.fr/2013/04/11/maison-de-retraite-des-salaires-verses-1022317-1243.php

 

 

Le mouvement de grève à la maison de retraite Enity pourrait être suspendu vendredi

Une partie du personnel de la maison de retraite Enity de Barzan est en grève depuis mercredi

Une partie du personnel de la maison de retraite Enity de Barzan est en grève depuis mercredi (SO)








Les salaires ont été versés ce jeudi matin à une partie des employés de la maison de retraite Enity quiétaient en grève depuis mercredi. Du coup, une  majorité a repris le travail dans la journée. A 17 h 30 ce jeudi, seules trois salariées n'avaient toujours pas été payées. Elles devraient l'être demain matin. En attendant elle poursuivent la grève et ne cesseront que quand le versement aura été effectué.

Malgré les arrêts de travail, un service minimum a été assuré pour les 68 personnes âgées  pensionnaires d'Enity.

Partager cet article

Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 07:18

http://www.sudouest.fr/2013/04/10/barzan-17-greve-a-la-maison-de-retraite-enity-1020978-1243.php

 

 

Une partie du personnel sera en grève jeudi pour protester contre des retards de versements de salaires

Une partie du personnel de la maison de retraite Enity de Barzan sera en grève à partir de jeudi

Une partie du personnel de la maison de retraite Enity de Barzan sera en grève à partir de jeudi (Archives Marie Annick)








Une partie du personnel de la maison de retraite Enityde Barzan sera en grève à partir de jeudi. Les employés entendent ainsi protester contre des retards dans le versement des salaires.

Le directeur  Gérard Morellec se refuse à tout commentaire mais assure que les salaires seront versés très prochainement.

La maison de retraite Enity, du groupe JTD, dont le siège est près de Lilles, accueille 68 pensionnaires et emploie une trentaine de personnes dont 12 aides soignantes et 11 agents de service.  

Barzan · Royan

 

Partager cet article

Repost0
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 06:52
http://www.cgt.fr/Les-exigences-du-Medef-ne-doivent.html
DOSSIER MOBILISATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

Message de Thierry Lepaon



La CGT, avec d’autres organisations syndicales appelle l’ensemble des salariés du privé comme du secteur public, des retraités et des privés d’emploi, à une nouvelle journée de grèves et de manifestations le mardi 9 avril 2013 pour empêcher la transposition dans la loi du contenu de l’ANI du 11 janvier.

L’examen du projet de loi sur la flexibilisation du marché du travail, basé sur l’accord de régression sociale du 11 janvier 2013, a commencé à l’Assemblée nationale. Le gouvernement, qui voudrait que le texte soit applicable avant l’été, a décidé d’une procédure législative accélérée

Il y a urgence à continuer de se mobiliser !

Depuis des années, le Medef veut faire croire que « les licenciements d’aujourd’hui font les emplois de demain », qu’il faut flexibiliser le travail pour que « les employeurs n’aient pas peur d’embaucher ». Mais chaque jour, c’est 1 000 salariés de plus qui se retrouvent au chômage. Les plans de départs « volontaires » et le nombre de ruptures conventionnelles explosent. Dans les grands groupes, les licenciements boursiers jettent à la rue des milliers de salariés, directs et sous-traitants et continuent de ravager des pans entiers de notre économie. Et il faudrait encore flexibiliser ?! Il faudrait encore plus sécuriser les licenciements ?

L’accord Medef du 11 janvier prétend poser les bases d’un « nouveau modèle économique et social. Quelques exemples : 
- il détruit les garanties collectives nationales comme socle minimal applicable à chaque salarié quelle que soit la taille de son entreprise. Il favorise les accords d’entreprise, voire le « gré à gré », en « oubliant » que le salarié n’est pas libre de ses choix, seul face à son employeur ; 
- le contrat de travail signé n’est plus une garantie pour le salarié puisqu’il peut être suspendu (jusqu’à 2 ans !) par un accord d’entreprise ; 
- la mobilité imposée devient la règle, même si le contrat de travail ne la prévoyait pas, avec pour sanction le licenciement si le salarié la refuse ; 
- il réduit les moyens pour le salarié d’obtenir réparation auprès de la justice, par exemple en ne permettant pas de remonter au-delà de trois ans pour demander aux Prud’hommes des salaires ou des heures supplémentaires non payées. Cette mesure va particulièrement frapper les salariés des petites entreprises dépourvues de syndicats ; 
- la consultation sur la réalité du motif économique s’efface derrière la négociation sur le contenu du « plan de sauvegarde de l’emploi » et le processus de consultation du CE. À quoi pourra bien servir une éventuelle loi sur les licenciements boursiers si on ne peut plus débattre de la véracité du motif économique ?

Pour faire baisser le chômage, il faut sortir du toujours plus flexible, du toujours plus précaire !

La CGT revendique : 
- un droit de veto suspensif des représentants du personnel sur les plans de licenciement et les plans de restructuration, permettant la recherche et la construction de propositions alternatives aux licenciements ; 
- une loi contre les licenciements boursiers et pour la reprise des sites rentables, en cas de menace de fermeture ; 
- la généralisation de la présence des représentants des salariés dans les conseils d’administration et de surveillance avec voix délibérative ; 
- une gestion prévisionnelle des emplois qui ne soit pas une gestion prévisionnelle des suppressions d’emplois ; 
- l’encadrement des ruptures conventionnelles et la lutte contre le passage forcé à l’auto-entreprenariat ; 
- des instances représentatives interentreprises du personnel pour gagner une plus grande responsabilité des donneurs d’ordre vis-à-vis de leurs sous-traitants ; 
- des CHSCT centraux à l’instar des CCE, avec respect des droits et moyens pour les CHSCT locaux ; 
- l’extension du contrat de sécurisation professionnelle à tous les salariés des entreprises de moins de 50 salariés et l’amélioration du congé de reclassement dans les entreprises de plus de 50 ; 
- la construction d’un droit au travail à temps plein, sur un bassin d’emplois, pour les salariés pouvant cumuler plusieurs temps partiels ; 
- des droits attachés à la personne, transférables d’une entreprise à une autre pour tous les salariés (ancienneté, qualification, formation, prévoyance…) à négocier au niveau des branches ; 
- une taxation de tous les CDD et des contrats d’intérim, à hauteur de ce qu’ils coûtent à l’assurance chômage ; 
- un compte individuel de formation opposable à l’employeur et un renforcement des droits à la formation professionnelle qualifiante pour chaque salarié, quel que soit son parcours.

Les mobilisations du 5 mars, l’interpellation des parlementaires ont permis des premiers « bougés » entre l’Accord du 11 janvier et le projet de loi :

Le salarié qui refuserait une mobilité forcée ou la suspension des garanties de son contrat de travail (salaire, horaires,..) ne serait plus licencié pour « motif personnel » mais subirait un licenciement « reposant sur un motif économique ».C’est bien le moins pour tenter de respecter le droit international !

Les délais fixés préalablement au CE pour qu’il rende son avis doivent lui« permettre d’exercer utilement sa compétence » et donc ne pourront pas être inférieurs à… quinze jours.

La consultation du CE doit avoir lieu… « avant que les orientations stratégiques ne soient définitivement arrêtées » ( !).

Des représentants des salariés dans les conseils d’administration avec voix délibérative sont maintenant prévus dans les « sociétés  » qui emploient au moins 5 000 salariés « avec leurs filiales directes ou indirectes » sur le territoire national, et non plus dans les seules « entreprises » de 5 000 salariés et plus L’avis rendu par l’instance de coordination CHSCT se substitue aux consultations existantes des CHSCT… seulement « si l’accord d’entreprise le prévoit ».

Malgré les intenses pressions des patrons des assurances et de l’ensemble du Medef, la désignation d’un seul organisme de « complémentaire santé » pour toute une branche (donc permettant des droits égaux entre salariés de petites et grandes entreprises) reste possible.

Mais on est très, très loin du compte ! Ce projet de loi continue de sécuriser les licenciements et non pas l’emploi, de sécuriser la délinquance patronale et non pas les droits des salariés.

Les exigences du Medef ne doivent pas faire la loi. 
La CGT appelle l’ensemble des salariés du privé comme du public, des retraités et des privés d’emploi à une journée de grèves et de manifestations le mardi 9 avril 2013 pour empêcher la transposition dans la loi du contenu de l’accord interprofessionnel du 11 janvier et ainsi ouvrir d’autres alternatives.

Partager cet article

Repost0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 14:55

  Les salarié-e-s des maisons de retraite en ont marre:
- d'avoir des conditions de travail inacceptables
- d'être les vaches à lait des actionnaires des groupes financiers qui gèrent ces maisons de retraite 
- de ne pas voir prendre en charge correctement les personne âgées accueillis;
Ils se rassembleront donc le mercredi 10 avril à 8h30 devant le tribunal des prud'hommes 5 rue Provana de Leyni à Nice et vous invitent à venir soutenir leur revendications légitimes.
Ce mercredi 2 dossiers passent au prud'homme sur les 22 déposés pour juste pouvoir obtenir leur dû, des heures effectuées non payées.

Partager cet article

Repost0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 17:24

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/04/05/01016-20130405ARTFIG00373--vitry-les-conditions-de-travail-conduisent-les-employes-de-la-maison-de-retraite-a-la-greve.php

 

Repas servis froids et en retard, chambres pas faites... Mercredi 3 avril, le personnel de la maison de retraite des Lilas s'est mis en grève pour protester contre les conditions de travail, qui ont fait de ces situations leur quotidien. Ils ont d'ailleurs été très vite rejoints par certaines familles de résidents, qui n'en peuvent plus de voir que le service est mal voire pas assuré.

Depuis quelques temps déjà, un vent de contestation souffle sur l'Ehpad des Lilas. De multiples grèves l'ont ainsi secoué à partir du mois de septembre dernier. À l'origine de ce mouvement de grogne, les réductions d'effectifs, qui ont entraîné une surcharge de travail pour le personnel restant, mais aussi l'intégration du personnel dans le régime de la fonction publique hospitalière: «Cela fait déjà deux ou trois ans que l'on recense des difficultés liées à un manque de personnel», explique Pascal Pienzanowski, secrétaire départemental Sud Santé. «Il y a même des pics où les résidents se retrouvent sans personne. Du coup, les repas sont décalés et il arrive que les résidents ne mangent qu'à 13h30, ou alors les chambres ne sont pas faites».

Mais, pour lui, toute cette agitation trouve son origine dans le changement de statut de la clinique: «Il y a 5 ans, on a décidé de transformer l'établissement, qui était privé, en établissement appartenant à la fonction publique hospitalière. Les membres du personnel devaient alors changer de statut avant 2010 mais, aujourd'hui encore, certains sont sous le statut privé», résume Pascal Pienzanowski.

 

Revendications entendues

Dans cet établissement, où les 72 lits ne sont pas tous occupés, les proches des résidents, alliés dans le mouvement de grève, sont obligés d'aller eux-mêmes nourrir et coucher leurs aïeux. Une situation provoquée par la diminution des effectifs: «Il y a eu une réorganisation des effectifs qui a entraîné que l'on est passé de 9 à 6 aide-soignants le matin et de 8 à 5 l'après-midi. S'occuper des résidents correctement dans de telles conditions, c'est impossible!», explose Thierry Lescant, secrétaire départemental de Sud Santé, présent auprès du personnel durant le mouvement de grève.

Face aux contestations, la direction, qui refusait toute négociation, a dû revenir sur sa décision jeudi 4 avril: «La grève a déclenché un Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) extraordinaire. Le directeur, Richard Tourisseau, est venu ouvrir la discussion avec le personnel. Il a été convenu de mettre en place deux réunions dans le courant du mois, pour discuter des observations formulées par le personnel», raconte Thierry Lescant. Une discussion qui s'est révélée une ouverture aux solutions: «On s'est mis d'accord quant à une procédure pour l'intégration du personnel dans la fonction publique hospitalière. C'est une première avancée, même s'il reste du chemin à faire. Pour ce qui est du manque d'effectif, le sujet va être abordé pendant les deux réunions. Ce que nous voulons, c'est une réorganisation qui assurera le respect des résidents et du personnel. Un retour à la situation d'avant serait une bonne chose mais la direction refuse, sous prétexte que le budget n'est pas suffisant. Pourtant, le budget est exactement le même que l'année dernière, quand il y avait plus de personnel».

Cette avancée dans le dialogue entre direction et salariés a conduit les membres du personnel à suspendre leur mouvement de grève: «Les membres du personnel ont décidé de suspendre la grève pour montrer qu'ils ont entendu les propositions pour le changement et qu'ils approuvent qu'il y ait un dialogue engagé. Mais ils sont prêts à reprendre à tout moment si les accords convenus n'étaient pas respectés», prévient Thierry Lescant.

En début d'année déjà, les salariés avaient déposé un préavis de grève pour le 4 février. Mais ils avaient finalement renoncé, après l'obtention de plusieurs mesures salariales négociées avec le patronnat.

Partager cet article

Repost0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 07:21

http://www.midilibre.fr/2013/03/26/greve-a-la-maison-de-retraite-de-cazouls-sur-fond-de-35-h,667049.php

Ca coince à la maison de retraite.
Ca coince à la maison de retraite. (PIERRE SALIBA)                         

La direction remet un cause un accord jugé illégal.

Ce mercredi, l’Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) Simone-de-Beauvoir, à Cazouls-les-Béziers, risque de tourner avec un personnel réduit. Les syndicats FO et CGT ont déposé, hier, un préavis de grève pour protester contre la révision du protocole des 35 heures, par le directeur de l’établissement, Claude Fogel, nommé en septembre 2012.

Pas valide en droit

"J’ai fait un audit classique sur la situation de l’établissement et je suis tombé sur des choses qui me gênaient", explique le directeur.Contrairement aux syndicats, qui s’appuient sur un accord des 35 heures signé dix ans auparavant avec l’ancien directeur, il estime que ce protocole n’est pas valide en droit : "Il n’a pas suivi les chemins obligatoires de débat et de contrôle, validés in fine par le préfet. En tant que fonctionnaire, je suis tenu de faire respecter les lois de la République."

"67,5 jours de congés"

Mais là où le bât blesse, c’est sur le calcul des congés impartis. S’il ne revient pas sur la légitimité des 25 jours de congés annuels, le forfait de dix jours pour les jours fériés travaillés et les cinq jours de congés supplémentaires quand ils sont pris hors saison ou fractionnés, il conteste la légitimité de jours de repos compensatoires (en cas de dépassement d’horaires) : "Au lieu des 9,5 jours de RTT, les gens s’en sont octroyés davantage alors qu’ils ne reposent sur aucun travail excédentaire avéré." Et de pointer du doigt un tableau : "Quand certains en arrivent à 67,5 jours de congés par an, cela m’interpelle."

Des groupes de travail

Il a donc mis en place des groupes de travail dans lesquels figurait un représentant de chaque service, jour, nuit, ménage, infirmiers. "Afin de retravailler le présentéisme et de mieux redistribuer la ressource humaine". Aucune présence de syndicalistes. "Car ce n’était pas le lieu pour les négociations, elles auront lieu ensuite, la porte est ouverte mais cela se fera dans la mesure des disponibilités financières, il n’est pas question d’impacter sur le prix de la journée qui incombe aux résidents." (NDLR : le reste étant financé par la sécurité sociale et le conseil général, dans le cas de cet établissement public autonome, contrôlé par l’agence régionale de la santé).

Le directeur ne rétablira pas en tout cas l’ancien régime : "La nouvelle grille de congés permet de dégager quatre équivalent-temps plein, donc de mieux s’occuper des résidents et de poursuivre, voire d’augmenter le taux déjà excellent de 0,76 personnel par résident."

La nouvelle grille doit être appliquée dès le mois d’avril.

 

10 réactions
  • Les + récentes
  • Les + anciennes
  • Les + populaires
lagoona
le 27/03/2013, 14h18

Question à l'ARS (agence régionale de santé)
Pourquoi avoir choisi un directeur en fin de carrière qui nous coûte la peau du c...?
Midi libre quand vous dites que la porte est ouverte, elle est ouverte pour vous mais pas pour le syndicat et le personnel. Vous trouvez normal qu'un directeur s'enferme a clé dans son bureau car il en a marre de voir défilé le personnel?
Merci a vignes pour son commentaire de soutien.

Alertez
Répondre à lagoona
vignes
le 27/03/2013, 13h41

c'est inamissible de la façon donc on traite les salaries Mr faugel j'en parle en connaissance de cause vous avez était directeur de st chinian n'ayez pas la mémoire courte Mr le maire surtout ne faite pas de promesse que vous ne tenez pas les cazoulins et cazoulines sans lassent de vos bonne parole et va sans suivre les écoles vous allez avoir des négociations a entreprendre en tant que délégué syndical de la cgt maire de cazouls conseillez général

bravo a c'est salaries de la maison de retraite qui luttent ne perdez pas l'espoir

on dit tôt ou tard la route tourne c'est le cas aujourd'hui je vous souhaite beaucoup de courage

Alertez
Répondre à vignes
sarbacane
le 27/03/2013, 14h11

En français,au fait ça veut dire quoi????

Alertez
STUPIDITE
le 27/03/2013, 09h13

MD informez vous des 2 cotés avant rédiger votre article. Le problème ne vient pas que des congés! L'organisation est un vrai bordel dans cette maison de retraite, normal nous n'avons pas d'infirmière cadre! et Mr le Directeur ne comprend rien aux soins! Y'a des personne âgées qui ne déjeune même pas car le personnel qui doit s'en occuper arrive qu'a 10h30 ou des fois ils ne sont même pas lavés! vous trouvez ça normal!!!!! et plein d'autres choses. Ce qui compte dans cette maison de retraite c'est qu'elle BRILLE pour que les gens qui y rentre est une bonne impression.
Après parlons de notre chers MR le Maire du village qui a dit y'a 4 ou 5 ans pour faire virer l'ancien Directeur
" Nous ne laisserons personnes de coté" combien de personnes on étaient viré depuis dans cette Maison de retraite?
ou il a dit aussi
" c'est inacceptable de se voir refuser un crédit immobilier car ça fait des années qu'on est en CDD " le problème se reproduit encore aujourd'hui et ça a pas l'air de vous faire réagir en fait ce n'était que des belles PAROLES, paroles, paroles.....
ENFIN....
Quand vous dites MD qu'un groupe de travail a était fait avec un représentant de la nuit c'est faux, le travail de nuit ils s'en foute pas mal d'ailleurs avec ce nouveau changement la nuit n'aurons plus comme week end un dimanche tous les 15 jours (NORMAL) on a une vie de famille mais ca aussi on s'en fou pas mal!
La nuit ils sont 2 pour 60 résidents et ils devront passer une autolaveuse dans les ...

Alertez
Répondre à STUPIDITE
sarbacane
le 27/03/2013, 18h31

STUPIDITE,a vous lire,on est en droit de penser que cette maison de retraite est dangereuse a tout les points de vue.Hé Bé....!!!!!!!

Alertez
raleur 34
le 27/03/2013, 08h10

combien de congé et de salaire pour le directeur pour rester 35 heures dans son bureau alors que le personnel depassant défois 10 heures d' amplitude travail et ce n' importe quel jour (semaine week end et férié ) pour un salaire de merde. De plus le cumul des emploi en CAE ou contrat courte durée comme ca pas besoin d' embaucher des CDI AVEC PERSONNE QUALIFIER , ou alors les coupés qui ne permette pas la bonne prise en charge de nos ainés.à méditer

Alertez
Répondre à raleur 34
sarbacane
le 27/03/2013, 18h22

De toute façon, depuis que le monde est monde,il y aura toujours les planqués et les sous fifres,et là personne n'y peu rien,et surtout pas tout les donneurs de leçons..!!!

Alertez
Nan34
le 27/03/2013, 07h52

premier commentaire inutile quand vous aurez travailler dans une maison de retraite et qu on vous donnera plus de travail avec moins de temps alors la vous pourrez dire quelque chose mais n oublions pas que ce ne sont pas des machines mais des personnes agées, si votre mére ou pére se retrouvait dans un établissement qui ne permet pas de relationnel vous seriez le ou la premiére a ralé !!!!!

Alertez
Répondre à Nan34
CASAOLEIS
le 27/03/2013, 06h53

le mieux c'est qu'ils payent les employés et qu'ils restent chez eux

Alertez
Répondre à CASAOLEIS
vignes
le 27/03/2013, 13h50

vous n' avez jamais du travaille dans ce milieu la pour faire cette réflexion stupide ??????????

Alertez

 

Partager cet article

Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 23:12

http://www.boursier.com/opcvm/actualites/news/opvcm-un-gerant-sort-du-secteur-des-maisons-de-retraite-522269.html

 

(Boursier.com) -- Durant le mois dernier, le fonds Portzamparc PME a vendu les titres du secteur des résidences médicalisées, Orpéa et Médica, suite à la création possible d'une réglementation sur les prix, ce qui risque de peser sur les cours dans l'immédiat, bien que la dernière tentative en la matière ait échoué.

 

Nos actionnaires se barrent???????????

 

 

Le groupe Orpéa parti pour reprendre le centre - L Yonne ...
Le groupe Orpéa parti pour reprendre le centre de soins de suite du Petit Pien.
www.lyonne.fr/.../le-groupe-orpea-parti-pour-reprendre-le-ce...
 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche

Articles Récents