Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 21:34

http://www.ladepeche.fr/article/2012/04/03/1321912-greve-generale-a-la-clinique-montreal.html

 

Une centaine de personnels sur les deux-cents que compte la clinique Montréal : jamais mobilisation n'aura été aussi forte. / Photo DDM, Jean-Luc Bibal.
Une centaine de personnels sur les deux-cents que compte la clinique Montréal : jamais mobilisation n'aura été aussi forte. / Photo DDM, Jean-Luc Bibal.
Une centaine de personnels sur les deux-cents que compte la clinique Montréal : jamais mobilisation n'aura été aussi forte. / Photo DDM, Jean-Luc Bibal.

Le personnel soignant et administratif de la polyclinique Montréal est en grève depuis ce matin minuit. Une grève historique dans cet établissement, en forme de coup de théâtre au terme d'une soirée à rebondissements. Il était 23 heures, hier soir, lorsque la direction de la clinique a annoncé avoir trouvé un accord avec le personnel soignant et administratif portant sur une augmentation des salaires. Avant de rétropédaler dix minutes plus tard car après consultation de la base, les représentants du personnel ont indiqué à contrecœur que le compte n'y était pas.

Depuis le début de soirée, une centaine d'infirmières, aides-soignantes, agents de service hospitalier et personnel administratif de la polyclinique Montréal étaient réunis sur le parking de l'établissement en attendant le verdict des négociations sur les salaires menées à l'intérieur. Une mobilisation inédite dans cet établissement du groupe Médi Partenaires qui avait dépêché son directeur des ressources humaines national, Jean-René Legendre, pour tenter de désamorcer le conflit qui nécrose les relations sociales dans l'établissement depuis trois mois.

Le motif du ras-le-bol du personnel ? Les bas salaires. Maïté, infirmière en chirurgie : « 32 ans de boîte, 1 900 € par mois. Et même pas de treizième mois ! » Bénédicte, infirmière de nuit aux urgences : « 1 800 € par mois, en comptant les heures de nuit et le revenu annuel garanti, une sorte de prime qui échappe donc au calcul de la retraite. » Une aide-soignante de nuit : « 660 € par mois pour un mi-temps. » On pourrait multiplier les exemples à l'infini. Pourtant, de l'aveu de tous, le groupe Médi Partenaires, qui gère 25 cliniques, dégage des bénéfices, tout comme la clinique Montréal, ce que nous ont confirmé Jean-René Legendre et Brigitte Théron, la directrice de la polyclinique, sans préciser les bons résultats de l'établissement.

« foutage de gueule »

Quoi qu'il en soit, la situation s'est passablement détériorée fin 2011, lorsque la directrice de Montréal, Brigitte Théron, s'est engagée à augmenter les salaires du seul personnel du bloc opératoire (1), au cours de négociations en catimini, menées à l'insu des représentants du personnel.

Une « maladresse », convient le DRH qui la justifie toutefois par le nécessaire rattrapage des salaires anormalement bas des personnels du bloc de Montréal par rapport à leurs homologues des autres cliniques. Ce que confirmaient des infirmières du bloc, présentes hier soir aux côtés des personnels.

Hier à minuit, Brigitte Théron déplorait ces négociations avortées : « C'est dommage, je ne sais pas ce qu'ils vont obtenir de plus… » De plus que quoi ? « Des augmentations de 12 points en deux ans pour les infirmières (+ 35 € nets par mois en 2012 et la même chose en 2013), 8 points pour les aides-soignantes (23 € et 23 €), 3 points pour les autres catégories (17,50 € et 17,50 €)».

« Foutage de gueule », lâche laconiquement une gréviste décidée qui, comme ses camarades manifestera ce matin dès 7 h 30 devant la clinique. J.-L. D.-C.

(1) De 50 € à 150 € nets mensuels, selon les professions.

Hier, peu avant minuit, le personnel de la clinique Montréal a décidé de se mettre en grève aujourd'hui. Il déborde ses représentants sur le point de signer un accord avec la direction portant sur les salaires qui ne lui convient pas.


Personnel réquisitionné

Solidaire des personnels exaspérés, Vincent Lehut, l'anesthésiste d'astreinte sort de la clinique. Il est 21 h 30 et il estime que « la sécurité sanitaire des patients est assurée ». Dans le cas contraire, c'est lui qui aurait organisé le transfert des malades vers le centre hospitalier. Une extrémité à laquelle il ne sera pas utile de recourir. La trentaine de patients encore alités dans les services de la clinique ont été regroupés dans deux étages, en réanimation et en orthopédie. Outre les cinq cadres de santé présents, et afin de ne pas rompre la continuité des soins, quatre infirmières et quatre aides-soignantes ont été réquisitionnées dès hier soir sur ordre du préfet de l'Aude.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 07:08

Bonjour,
aujourd'hui nous terminons la mise sous pli et la vérification des listes et professions de foi, il en reste 2000 sur à peu prés 5000,
nous avons eu 5 errreurs sur 3000 envellopes, en 2009 il y en avait 7 sur 1000, il y a du mieux!
A votre disposition et sur demande les derniers comptes rendus des négos.
Nous attendons la propositions des NAO, à savoir:
- la grille de rémunération, il n'y a que la CGT qui a fait 2 propositions concrètes.....
- la fin de la négo sur la mutuelle, nous essayons de faire baisser la cotisation mensuelle et demandons que la part patronale soit plus importante,
- l'uniformisation des repas pour le perso, là aussi nous attendons le montant de la part patronale, nous ne sommes pas d'accord avec le projet de la direction
qui fixe le prix des repas à 2,40€!!!
- Nous n'avons pas signé l'accord sur la pénibilité, qui est un accord purement patronal, limite code du travail dans le droit fil du projet gouvernemental qui avait mis 3 millions
de salari(é)es dans la rue; même pas une ouverture de Medica sur l'amènagement des fins de carrière pour les seniors!!!
- une visite du CHSCt unique aura lieu sur le Home de Loucherottte le 5 avril,

voilà les dernières nouvelles,
le premier tour approche, votez et faites voter en masse pour la CGT, si on veut que ça change et si on veut avoir un bon rapport de force devant la direction générale,

Bonne semaine,
toujours à vos côtés et à votre écoute,

pour le collectif CGT Medica France
http://www.sante.cgt.fr/spip.php?page=ufsp
http://www.le-fruit-des-amandiers.com/

Partager cet article

Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 07:11

Commentaires à chaud(merci de rectifier si c'est pas juste):

 

 

CA: + 17,3% à 632 millions d'euro,

 

Résultat net: +78,4% à 42 millions d'euro

 

Dividendes aux actionaires: 0,26 par action contre 0,10 en 2010: +260% d'augmentation, ce qui fait 4,8 millions d'euro en 2011

contre les 4,5 millions d'euro en 2010: en tout et en 2 ans, les actionnaires ont mangés 9,3 millions d'euro.

 

Mais la masse salariale(nous!!!) représente 45,2% en 2011 contre 45,8% en 2010, et si on fait la différence: 0,6% de 632 millions,

ça donne une économie à Medica de 3 millions 792 000 euro sur notre dos!!!!!

 

Donc on attend avec une grande impatience la proposition de la direction sur la nouvelle grille de rémunération(c'est peut être pour ça que la réunion du 28 mars a été reportée!), et la proposition de la participation de Medica pour la mutuelle.

On va encore nous dire qu'on a pas d'argent!!!!!!!!!!!!!!!

A vo't bon coeur M'ssieur dames!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Et ziva, t'a pas 1 euro?

Partager cet article

Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 08:21

Souvent ,nous tous dans nos établissements,nous sentons et entendons ces cœurs ,calmes pour nos anciens,souvent en pulsations plus rapides de notre part qui sommes actifs. Ces cœurs ils nous irriguent ,nous enjouent, nourrissent des superbes sentiments compassionnels ,la preuve que ça circule bien (dans notre capital santé au travail ) première touche d'humour ratée, NDLR . Mais dans les veines sombres ,juxtaposées aux tendons blancs et cette présence osseuse,fraiche ,fine par sa fragilité,encore maternelle,avec des questions pour des demains a Rome ? La main de cette résidente qui est dans la votre ,qui est chaude,c'est branché direct dans nos cœurs de copines du boulot,des vrais moments.de grands moments..
Messieurs,mesdames, nos Banqua-actionnaires la qualité c'est CA : pouvoir être dispos le temps nécessaire à cette prise en charge ,ne pas subir des sous-effectifs,avoir des conditions de travail et de salaires dignes de nos métiers Hospitaliers . Et surtout ce sont les salarié-e-s qui s'en occupent très ,très bien de vos clients et ce depuis toujours...même en ayant des fois le cœur brisé parce qu' une collègue pleure de tout son desaroi, car 5 minutes avant , un cadre maladroit lui aura fait subir une de ces conneries comme ils en ont l'habitude..quelle complainte légère pourrait-dont se dire,nous avons travaillé comme nos pères et nos grand-mères et nos mères de cœur du boulot aussi ,à bâtir des accords pour des droits...pensez a investir dans ce Capital ,Mesdames et Messieurs cités plus haut... je ne suis pas donneur de leçons seulement Homme d'entretien ,de stéthoscope entre autre...
Il faisait trop froid ce soir dans mon garage ,pour une séance vidéo
Bruno
merci d’être si nombreux-ses sur le BlogIMG 0642

 

Partager cet article

Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 12:46

Maison de retraite Le Doyenné des Corallines

A la suite du conflit de la Résidence Les Doyennés des Corallines à La Baule, un travail de fond à été mené durant 2 jours avec le direction générale, le directeur régional, la responsable de pôle social, les élu(e)s du CHSCT unique, les élu(e)s du personnel et l'ensemble des salarié(e)s. Une issue très favorable a été trouvée hier grâce à la volonté, au dialogue et à la collaboration de tout les acteurs + une mention spéciale pour le directeur régional.

Quand c'est bien, on le dit!

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 22:26
Synthèse

Le salarié confronté à un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé, a le droit d’arrêter son travail et, si nécessaire, de quitter les lieux pour se mettre en sécurité. L’employeur ou les représentants du personnel doivent en être informés. Ce droit de retrait est un droit protégé. La décision du salarié ne doit cependant pas créer pour d’autres personnes une nouvelle situation de danger grave et imminent.

A savoir

Face à un danger grave, imminent et inévitable, l’employeur doit prendre les mesures et donner les instructions nécessaires pour permettre aux salariés d’arrêter leur activité et de se mettre en sécurité en quittant immédiatement le lieu de travail.

Sommaire

Fiche détaillée

 

Quelle information ?

Le salarié doit avertir immédiatement l’employeur ou son représentant du danger de la situation. Il n’a pas besoin de l’accord de l’employeur pour user de son droit de retrait. Le salarié peut aussi s’adresser aux représentants du personnel ou Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

 

Sur ce point, on signalera que, selon la Cour de cassation (arrêt du 28 mai 2008), le règlement intérieur ne peut comporter de dispositions visant à restreindre l’usage du droit de retrait ; en l’espèce, la Cour de cassation a donné raison à une Cour d’appel pour avoir annulé la clause d’un règlement intérieur qui imposait, outre l’obligation d’information du responsable hiérarchique, une obligation immédiate de consignation par écrit avant retrait signée soit par le salarié, soit par un témoin ou par le supérieur hiérarchique.

 

 

Quelle protection ?

Le droit de retrait n’entraîne ni sanction, ni retenue sur salaire. L’employeur ne peut demander au salarié de reprendre le travail si le danger grave et imminent persiste. Si le salarié est victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle alors que l’employeur était informé de la situation, celui-ci est considéré comme ayant commis une faute inexcusable et la rente due au salarié est majorée.

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 07:53

http://www.cgt.fr/Mesures-anti-sociales-a-l-ordre-du.html

Sommet sur l’emploi du 18 janvier

Mesures anti-sociales à l’ordre du jour :
la CGT appelle à la mobilisation


L’intervention des salariés sous toutes les formes est indispensable !

Dans la suite des plans d’austérité supportés à 80 % par les salariés, c’est toujours le modèle social qui est la cible du gouvernement :
- TVA anti-sociale ;
- baisse des salaires ;
- flexibilité ;
- moins de services publics ;
- moins de protection sociale ;
- explosion du chômage.

La CGT réaffirme que les salariés n’ont pas à payer une crise dont ils ne sont en rien responsables alors que dans le même temps, les bénéfices des entreprises du CAC 40 ainsi que les dividendes versés aux actionnaires sont en hausse.

Il n’y a pas de fatalité. Pour la CGT, la relance économique ne sera possible que par l’augmentation des salaires et des emplois stables dans le privé et le public. La CGT prend ses responsabilités comme partout en Europe où les syndicats organisent la mobilisation des salariés pour construire une Europe sociale et solidaire, à l’opposé des compromis des chefs d’État à Bruxelles qui favorisent les replis nationalistes, la division et l’exclusion.

Face au chantage sur les droits sociaux, la CGT appelle les salariés à faire du 18 janvier une journée d’action interprofessionnelle en se mobilisant sous la forme de pétition, rassemblements, manifestations, grèves décidées dans les entreprises pour se faire entendre du patronat et du gouvernement.

TVA sociale : baisse du pouvoir d’achat

Le Président de la République veut imposer la TVA « sociale » avant les présidentielles.
Pour la CGT, cette mesure est une arnaque et une mesure anti-sociale.

Les facteurs expliquant le chômage ne sont en rien dépendants du niveau des salaires ou du coût de la protection sociale.

Bien au contraire, la faiblesse des salaires, la précarité de l’emploi et la baisse du pouvoir d’achat des salariés sont des freins à la relance de l’activité économique par la consommation.

L’augmentation de la TVA, c’est moins de pouvoir d’achat. Elle s’appliquera à tous les produits, qu’ils soient importés ou fabriqués en France.

L’effet est inégalitaire car le poids de la TVA est beaucoup plus important pour les bas revenus que pour celui qui gagne 10 000 euros ou plus par mois.

L’instauration de la TVA « sociale » ne vise qu’à répondre à une exigence patronale de transférer 80 % de cotisations sociales des entreprises vers le contribuable et le consommateur.

Même si un allègement de la part salariale des cotisations sociales était mis en oeuvre, l’augmentation de la TVA conduirait à une perte de pouvoir d’achat pour les salariés et plus encore pour les retraités et les chômeurs.

Enfin, comment croire que la baisse du « coût du travail » permettrait la création d’emplois. La preuve, le chômage a explosé malgré les 170 milliards d’aides accordés aux entreprises en 2010.

De toute évidence, ce seraient les actionnaires qui verraient leurs dividendes augmenter (prévision : 37,3 milliards en 2011 et 41,7 en 2012) !

Compétitivité des entreprises : flexibilité et précarité

- Le gouvernement a en projet une diminution des droits des salariés et un recul des prérogatives des représentants du personnel afin de permettre un chantage au maintien de l’emploi contre la baisse des salaires et l’allongement de la durée du travail ;
- la baisse des cotisations sociales serait orientée vers la fiscalité, via la CSG et la TVA ;
- les modalités de recours au chômage partiel seraient facilitées, simplifiées et assouplies pour les entreprises sans garanties suffisantes pour la pérennité de l’emploi. L’information-consultation du Comité d’entreprise serait remise en cause.

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 07:49

Non seulement,une fois de plus,rien n'a été acquis pour ces dernières NAO qui ne sont d'ailleurs pas terminées!!!!!!!!!!Les NAO 2011 en 2012!!!!!!!!on aura tout vu à Medica, mais en plus le peu qu'on a n'est pas appliqué: à remettre sur le tapis dans vos prochaines réunions DP de janvier ou février  ce paragraphe des NAO 2008 qui est pérenne et à demander sa rétroactivité pour les salarié(e)s qui devaient en bénéficier:

 

 

 

 

 

1:Remplacement

Afin de tenir compte des nécessités de service de chaque site liées à une prise en charge de qualité des Résidants et des Patients, la Direction et les organisations syndicales conviennent de traiter du cas des remplacements des salariés absents et ce en tenant compte des contraintes et possibilités liées à l'activité de chaque site. Dans ce cadre, les parties s'entendent pour systématiser, le cas échéant, les remplacements à 100% en cas d'absence pour cause de Formation, Congés Payés, RTT, Délégation, Accidents du Travail et Maladie dès lors que les demandes ou justificatifs ont été déposées à la Direction du site dans les délais de prévenance en vigueur.

Par ailleurs, et dans l'hypothèse où le remplacement n'aurait pas pu être pourvu au pied levé, la Direction de chaque établissement s'engage à reconnaître l'investissement des salariés ayant pris en charge les Résidants et Patients lors de ces situations exceptionnelles. A cette occasion, la Direction de l'établissement ayant toute autorité en la matière, recevra individuellement chaque salarié éventuellement concerné à fin de lui exposer les modalités, le cas échéant pécuniaires ou sous forme de temps de récupération, par exemple, et ce sous réserve de l'organisation du travail de chaque établissement.

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 23:32

ARTICLE 3 : CONTENU DE CET ACCORD

1- Mesures salariales

§1:Prime de stabilité

Afin de fidéliser les salariés, la Direction décide de mettre en place un système de valorisation du travail effectif de ses collaborateurs, par la création d'un dispositif innovant reposant sur des critères d’équité. Dans ce cadre, est mise en place une prime progressive de stabilité.Cette mesure est à valoir sur tout dispositif résultant de futures négociations au niveau des branches sanitaire (FHP) et médico-sociale (SYNERP A) de 1'hospitalisation privée ayant un objet identique ou équivalent.Cette prime de stabilité étant progressive, la Direction et les organisations syndicales envisagent la mise en place de ce dispositif selon 2 régimes:un premier régime concernant les salariés en CDI ayant plus d'un an d'ancienneté

au 31 décembre 2008, appelé régime transitoire,un second régime concernant les nouveaux embauchés, appelé régime perpétuel.Ces 2 régimes étant détaillés ci-après:

1. Régime transitoire

~ Bénéficiaires:

Le droit à la prime est ouvert exclusivement aux salariés employés en vertu d'un contrat de travail à durée indéterminée, présents au 31 décembre 2008 depuis au mois 12 mois.

Dans 1'hypothèse où un contrat de travail à durée indéterminée aurait succédé de manière strictement

consécutive et donc sans interruption, à un contrat à durée déterminée, l'appréciation de l'ancienneté

s'effectuerait à compter de la date dudit contrat à durée déterminée.

Les salariés devront relever des catégories socio-professionnelles suivantes:

Employés,

Techniciens,

Agents de Maîtrise,

2/10

.'Cadres, à l'exclusion des cadres soumis à des contrats d'objectifs et des cadres supérieurs ou considérés comme tels de par leur coefficient.

~ Base de calcul du montant de la prime de stabilité

La base de calcul du montant de la prime de stabilité correspondra au salaire minimum conventionnel

du bénéficiaire, sans aucune ancienneté, selon les modalités suivantes:

Pour les salariés non cadres :

Salariés relevant du secteur médico-social: coefficient du salarié que multipliera la valeur du point,

Salariés relevant du secteur sanitaire: coefficient d'emploi du salarié (c'est-à-dire sans ancienneté) que multipliera la valeur du point, majoré du taux de la RAG.

Pour les salariés cadres bénéficiaires :

Salariés relevant du secteur médico-social: coefficient plafonné à celui d'un agent de maîtrise de la même filière que le salarié bénéficiaire que multipliera la valeur du point,

Salariés relevant du secteur sanitaire: coefficient d'emploi d'un agent de maîtrise de la même filière que le salarié bénéficiaire que multipliera la valeur du point, majoré du taux de la RAG.

Pour les établissements secondaires de la SA MEDICA France relevant de la branche médico-sociale

de 1'hospitalisation privée, la valeur du point est la valeur du point SYNERP A telle que résultant des

accords de la branche.

Pour les établissements secondaires de la SA MEDICA France relevant de la branche sanitaire de

l'hospitalisation privée, la valeur du point est la valeur du point FHP et le taux de la RAG est celui

résultant des accords de la branche.

~ Modalités de calcul et de versement

Cette prime de stabilité sera calculée selon les paliers progressifs suivants:

Salarié non cadre:

Année 2008 : 30 % de la prime, versée sur la paie du mois de décembre 2008

Année 2009: 60 % de la prime versée en 2 fois: au 30 juin 2009 et au 31

décembre 2009,

Année 2010: 100 % de la prime versée en 2 fois: au 30 juin 2010 et au 31

décembre 2010.

Salarié cadre bénéficiaire:

Année 2008 : 30 % de la prime, versée sur la paie du mois de février 2009,

Année 2009: 60 % de la prime versée sur la paie du mois de février 2010,

Année 2010 : 100 % de la prime versée sur la paie du mois de février 20 Il.

Le calcul sera effectué en équivalent temps plein et par conséquent établi au prorata du temps de travail contractuel dans la limite d'un équivalent temps plein.Les salariés bénéficiaires doivent être présents dans les effectifs au dernier jour du mois de versement.

Pour l'année 2008 :

La prime de stabilité sera valorisée en fonction du concours de chaque salarié bénéficiaire à la prise en charge de qualité des Résidents ou Patients, et donc de leur présence effective sur leur lieu de travail, indépendamment non seulement des périodes de formation, des périodes de repos définis par les textes (congés payés, RIT, récupération) mais aussi de la participation des représentants du personnel au dialogue social au sein de l'entreprise (délégation). Cette valorisation sera appréciée sur la période courant du 1er septembre 2008 au 30 novembre 2008.

3/10

A compter de 2009 :

Pour prétendre au versement de la prime de stabilité, le salarié ne devra pas s'être placé pour quelque raison que ce soit en situation d'absence injustifiée. Toutefois, afin de tenir compte des éventuels cas de force majeure pouvant avoir lieu et ne pouvant donner lieu à production d'un document justificatif, la Direction et les organisations syndicales

décident que, dans l'hypothèse où le salarié prévient son Directeur d'établissement ou supérieur hiérarchique dans les 2 heures suivants sa prise de poste prévisionnelle, de son impossibilité de se présenter sur son lieu de travail conformément aux plannings en vigueur, il pourra substituer cette absence injustifiée par un RIT, CP ou récupération, sous réserve du solde restant, et ce dans la limite de 2 jours par semestre.

Par ailleurs, cette prime sera valorisée en fonction du concours de chaque salarié bénéficiaire à la prise en charge de qualité des Résidents ou Patients, et donc de leur présence effective sur leur lieu de travail, indépendamment non seulement des périodes de formation, des périodes de repos définis par les textes (congés payés, RIT, récupération) mais aussi de la participation des représentants du personnel au dialogue social au sein de l'entreprise (délégation).

Cette valorisation sera appréciée selon les modalités suivantes:

Salarié non cadre:

~ pour moitié au 30 juin de l'année considérée, sur la période de référence du 1er décembre de

l'année antérieure au 31 mai de l'année en cours,

~ et pour moitié au 31 décembre de la même année, sur la période de référence du 1er juin de

l'année en cours au 30 novembre de la même année.

Salarié cadre bénéficiaire: en une seule fois, en février de chaque année, sur la période de référence

du 1er février de l'année antérieure au 31 janvier de l'année en cours.

2. Régime perpétuel

~ Bénéficiaires:

Cette prime est applicable aux seuls salariés employés en vertu d'un contrat de travail à durée indéterminée et ayant une ancienneté de 12 mois minimum le mois du versement. L'ancienneté du personnel s'apprécie à la date d'anniversaire du contrat de travail dans l'entreprise. Dans l'hypothèse où un contrat de travail à durée indéterminée aurait succédé sans interruption à un contrat à durée déterminée, l'appréciation de l'ancienneté s'effectuerait à compter de la date dudit contrat à durée déterminée. Pour prétendre au versement de la prime de stabilité, le salarié ne devra pas s'être placé pour quelque raison que ce soit en situation d'absence injustifiée. Toutefois, afin de tenir compte des éventuels cas de force majeure pouvant avoir lieu et ne pouvant donner lieu à production d'un document justificatif, la Direction et les organisations syndicales décident que, dans 1'hypothèse où le salarié prévient son Directeur d'établissement ou supérieur hiérarchique dans les 2 heures suivants sa prise de poste prévisionnelle, de son impossibilité de se présenter sur son lieu de travail conformément aux plannings en vigueur, il pourra substituer cette absence injustifiée par un RIT, CP ou récupération, sous réserve du solde restant, et ce dans la limite de 2 jours par semestre.

Par ailleurs, le salarié devra relever des catégories socio-professionnelles suivantes:

Employés

Techniciens

Agents de Maîtrise 4110 ~

Cadres, à l'exclusion des cadres soumis à des contrats d'objectifs et des cadres supérieurs ou considérés comme tels de par leur coefficient.

~ Base de calcul du montant de la prime de stabilité:

La base de calcul du montant de la prime de stabilité correspondra au salaire minimum conventionnel du bénéficiaire, sans aucune ancienneté, selon les modalités suivantes:

Pour les salariés non cadres :

Salariés relevant du secteur médico-social: coefficient du salarié que multipliera la valeur du point,

Salariés relevant du secteur sanitaire: coefficient d'emploi du salarié (c'est-à-dire sans ancienneté) que multipliera la valeur du point, majoré du taux de la RAG.

Pour les salariés cadres bénéficiaires :

Salariés relevant du secteur médico-social: coefficient plafonné à celui d'un agent de maîtrise de la même filière que le salarié bénéficiaire que multipliera la valeur du point,

Salariés relevant du secteur sanitaire: coefficient d'emploi d'un agent de maîtrise

de la même filière que le salarié bénéficiaire que multipliera la valeur du point,

majoré du taux de la RAG.

Pour les établissements secondaires de la SA MEDICA France relevant de la branche médico-sociale de 1'hospitalisation privée, la valeur du point est la valeur du point SYNERP A telle que résultant des accords de la branche.

Pour les établissements secondaires de la SA MEDICA France relevant de la branche sanitaire de l'hospitalisation privée, la valeur du point est la valeur du point FHP et le taux de la RAG est celui résultant des accords de la branche.

~ Modalités de calcul et de versement

La prime de stabilité sera calculée selon les paliers progressifs suivants:

De 1 à moins de 2 ans d'ancienneté au sein de la SA MEDICA FRANCE: 30% de la prime,

De 2 à moins de 3 ans d'ancienneté au sein de la SA MEDICA FRANCE: 60 % de la prime versée selon les modalités définies précédemment,

Plus de 3 ans d'ancienneté au sein de la SA MEDICA FRANCE: 100 % de la prime versée selon les modalités définies précédemment.

Le calcul sera effectué en équivalent temps plein et par conséquent établi au prorata du temps de travail contractuel dans la limite d'un équivalent temps plein.

Les salariés bénéficiaires doivent être présents dans les effectifs au dernier jour du mois de versement. La prime de stabilité sera versée et appréciée comme suit :

Salarié non cadre:

~ pour moitié au 30 juin de l'année considérée, sur la période de référence du 1er décembre de l'année antérieure au 31 mai de l'année en cours, ~ et pour moitié au 31 décembre de la même année, sur la période de référence du 1er juin de

l'année en cours au 30 novembre de la même année.

Salarié cadre bénéficiaire: en une seule fois, en février de chaque année, sur la période de référence du 1er février de l'année antérieure au 31 janvier de l'année en cours.

Par ailleurs, cette prime de stabilité sera valorisée en fonction du concours de chaque salarié bénéficiaire à la prise en charge de qualité des Résidents ou Patients, et donc de leur présence effective ~

~ 5110 surleur lieu de travail, indépendamment non seulement des périodes de formation des périodes de repos définis par les textes (congés payés, RTT, récupération) mais également de la participation des représentants du personnel au dialogue social au sein de l'entreprise (délégation). Cette valorisation sera appréciée sur la période considérée.

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 17:29

Le LBO

LBO PARKEON BARCLAYS ICG BNP

Le principe des LBO est simple: il s'agit d'un investissement à effet de levier.
Un actionnaire achète une entreprise en investissant une part minime (25%), le reste de l'investissement est fait sous forme de prêt que l'entreprise rembourse elle-même (au travers d'une société mère à qui elle verse tout ses bénéfices).

Puis rapidement (4 à 5 ans) l'actionnaire la revend avec plus-value. Entre temps il aura mis en place une équipe de direction qui aura comme objectif de créer le maximum de croissance.
Quand l'actionnaire revend, il fait une belle culbute par rapport à son investissement initial puisque durant les 4 ans, c'est la société elle même qui a payer la dette de l'achat initial.

C'est un mécanisme inventé pour gagner beaucoup d'argent et rapidement.

Dans ce jeu les actionnaires gagnent gros. Et c'est l'entreprise qui perd: tentative de croissance artificielle, réduction de tous les coûts aux dépend bien sûr des salaires et des conditions de travail. Prises de décision à court terme.
La seule vision de la Direction consiste à générer de la trésorerie pour le remboursement régulier de la dette.
Il faut que l'entreprise soit revendable cher. Peu importe sa pérennité à long terme.
Les salariés ne sont plus dans "leur" entreprise, ils sont des pions au service de la rentabilité pour les actionnaires.

C'est ce mécanisme et l'apât du gain démesuré que nous combattons. Car une PME ne peut pas remonter un taux de rentabilité de 15% à 25% aux actionnaires sans en subir des conséquences néfastes.

 

 

http://cfdtparkeon.free.fr/index.php/la-vie-de-parkeon/le-lbo

 

 

 

 

A noter que cet article vient d'un blog CFDT, comme quoi nous ne sommes pas sectaires sur le blog, et nous apprecions celles et ceux qui se battent contre le capitalisme, ses effets pervers et dangereux pour les travailleurs.

Ratman

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche