Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 11:42

 Là c'est la connerie humaine à l'état pur!!!!dire que c'est la faute des salariés si il y a des accidents de travail, c'est nier la surcharge, la pénibilité , le manque de personnel et les conditions de travail, c'est scandaleux et c'est même une injure faite aux salarié(e)s.

Ci-dessous le courrier reçu par les salarié(e)s d'un établissement de Medica France, je vous laisse juge quand à l'explication de la direction de cet établissement pour justifier 11 arrêts de travail ces derniers mois, bien entendu nous tenons à votre disposition le courrier original ainsi que les courriers qui ont été fait à la direction générale et à l'inspection du travail.

 

 

actu

LETTRE INTERNE
Mars 2011

Destinataires:

L'ensemble des collaborateurs du...

Mesdames, Messieurs,

Les réunions qui ont eu lieu ces derniers jours, vous ont montré l'importance de
travailler ensemb
le en connaissant les objectifs de notre établissement ou les
retours engend
rés par nos pratiques.

Nous sommes régulièrement interpellés dans les pratiques de Bientraitance
envers les r
ésidents.

Pour la mettre en œuvre, l'ANESM a identifié 4 repères:

  1. l'usager co-auteur de son parcours;

  2. la qualité du lien entre professionnels et usagers;

  3. l'enrichissement des structures et des accompagnements grâce à toutes
    contributions inte
    rnes et externes pertinentes;

le soutien aux professionnels dans leur démarche de bientraitance.

Ce dernier repère me fait penser à la question suivante: Sommes-nous bien
traitants envers nos collègues? Et envers nous même?

A en voir le nombre de déclarations d'Accidents du Travail, je m'interroge.

Pourquoi tant de chutes (parfois sur un sol humide), de douleurs aux poignets,
dans le dos ou le bas des reins?

Devons nous à ce point nous punir de travailler ici? N'existe-t-il pas de matériel
pouvant nous aider ou à défaut un collègue disponible pour nous accompagner
dans ces tâches qui sont difficiles à entreprendre seule?

Les AT impactent notre vie et _ .. notre corps qui maltraité subit ces chocs les uns
apr
ès les autres en ne sachant pas comment il sera dans les prochaines années.

Aussi je crois qu'une attenti

Partager cet article

Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 07:51

 

Dans le dernier bulletin « La mensuelle d'échanges », la direction générale impose aux Teurtrices de nous imposer 3 semaines de vacances pour cette année, or la convention collective est bien claire: « 

 

Article 58-4

Fractionnement des congés

La durée du congé principal pris entre le 1er mai et le 31 octobre de chaque année doit ^etre au moins égale à 12 jours ouvrables consécutifs et non fractionnables et ne pas excéder 24 jours ouvrables ; celle-ci peut ^etre fractionnée.

La 5e semaine de congé doit ^etre prise distinctement du congé principal, cette dernière peut ^etre accordée durant la période normale allant du 1er mai au 31 octobre ou en dehors.

Enfin, sauf renonciation individuelle ou renonciation par accord d'entreprise ou d'établissement, les congés annuels accordés en dehors de la période normale de prise sont prolongés de la manière suivante :

- congés pris en dehors de la période normale entre 3 et 5 jours : attribution d'un jour ouvrable supplémentaire ;

- congés pris en dehors de la période normale de 6 jours : attribution de 2 jours ouvrables ;

- congés pris en dehors de la période normale de prise et supérieure à 6 jours : outre les 2 jours ci-dessus, attribution d'un jour ouvrable supplémentaire pour chacune des périodes de 6 jours suivantes.

Néanmoins, la 5e semaine de congés payés n'ouvrira aucun droit à congé supplémentaire de fractionnement.

Article 58-5

Fixation des dates de départ en congé

Le 1er mars de chaque année au plus tard, la direction établit et diffuse la date de départ en congé annuel du personnel en fonction des souhaits des salariés, après avis des délégués du personnel et du comité d'entreprise, en fonction :

a) Des nécessités du service ;

b) Du roulement des années précédentes ;

c) Des charges de famille :

- les employés ayant des enfants d'^age scolaire auront priorité pour obtenir leur congé pendant les vacances scolaires ;

- il sera tenu compte des possibilités du conjoint dans le secteur public ou privé ;

- des conjoints travaillant dans la m^eme entreprise ont droit à un congé simultané ;

d) De leur activité, dans la limite de la durée maximale hebdomadaire, chez un ou plusieurs autres employeurs ;

e) De la durée des services dans l'établissement.

La liste des critères ci-dessus n'instaure pas un ordre préférentiel.

Sauf en cas de circonstances exceptionnelles, l'ordre et les dates de départ fixés par l'employeur ne peuvent ^etre modifiés dans le délai de 2 mois avant la date du départ. »



Donc ce point se doit d'être soulevé en réunion DP et nous demandons à nos élus du CE d'interpeller la direction générale à ce sujet.

 

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 11:29

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 10:53

       La cgt                                                

 



                                                   

le 27/01/2011

 

 

 

LES PARENTELES

 

Suite aux négociations annuelles obligatoires qui se sont déroulées en fin d 'année 2010, vous avez remis en cause:

  • Les conditions de travail des personnels avec un allongement de la durée du temps de travail.

  • La journée de solidarité et les RTT

  • le volume d'heures supplémentaires annuel

  • la prime de fin d'année et les indemnités « différentiel d'emploi ».

En d'autres termes, le nouvel accord que vous voulez nous imposer, non seulement fait disparaître les quelques acquis sociaux dont nous disposions mais en plus entrainera une dégradation significative de nos conditions de travail et de nos revenus. Nous contestons cet accord qui d'ailleurs n'a pas été signé par nos déléguées syndicales.

Nous exigeons que vous repreniez les négociations sur les bases suivantes :

Sur les salaires :

  • une revalorisation des salaires de 15 %.

  • le 13ème mois pour tous.

  • Suppression des trois jours de carence en cas de maladie.

  • le maintien et l'intégration de l’indemnité « différentiel d'emploi » au salaire .

  • Une revalorisation des indemnités de sujétion pour travail effectué les dimanches et jours fériés majorées de 0,70 point/heure comme à Médica SA.

 

Sur les conditions de travail :

  • Le maintien des plannings actuels et des jours de RTT

  • Le remplacement du personnel à 100%.

  • La possibilité de prendre en jour de repos les récupérations des jours fériés.

 

Nous tenons à vous affirmer par notre démarche que nous n'accepterons pas le sort que vous nous réservez. Nous ne sommes pas contraints par la loi de vous prévenir par préavis de la suite que nous donnerons à notre action, mais nous vous rappelons que votre responsabilité sera engagé dans le cas où le service rendu aux résidents ne serait plus assuré.

 

Le personnel et son organisation syndicale CGT.

 

 

Les Parentèles en Grève

 

Pour les conditions de travail et les salaires

 

 

 

Au début de l'année, la direction du Groupe MEDICA qui a racheté Les Parentèles, nous a annoncé la disparition de la prime de fin d'année, une remise en cause des horaires de travail et des jours de RTT, ainsi qu'une augmentation du volume annuel d'heures supplémentaires.

Nous ne voulons pas des nouvelles conditions que la direction veut nous imposer. Travailler dans une maison de retraite est un métier difficile. Ces changements vont aggraver nos conditions de travail et les conditions de prise en charge des résidents. Nous ne voyons pas pourquoi il nous faudrait accepter le pire pour que MEDICA soigne ses comptes avant les résidents et les salariés.

 

MEDICA...

Dans ces conditions là,

on n'en veut pas !

Aujourd'hui, la plupart des salariés sont payés au SMIC, et même avec 10 ans d'ancienneté, les salaires ne dépassent pas 1200 euros. La journée de travail est de 12 heures avec 2 à 3 week-end travaillés par mois.

Nous exigeons une revalorisation de nos salaires, le remplacement des personnels absents, le 13è mois, le maintien de nos plannings et de nos RTT.

 

Le personnel des Parentèles

et son organisation syndicale CGT

 

 

 

MEDICA : un des premiers groupes spécialisé dans l'exploitation d’établissements de prise en charge des personnes dépendantes.

Les maisons de retraite (+ de 100 en France) représentent 70 % de son chiffre d'affaires qui était de près de 500 millions d'euros en 2009 (+ 7 % sur 2008).

Le groupe qui annonce une rentabilité de 25,8 % au 1er semestre 2010 assure son développement essentiellement par des prises de participation et l'achat d'établissements existants.

Il à pris le contrôle total de 6 maisons de retraites du groupe Les Parentelles fin 2010.

 

 

 

 

 

 

 

                                                                         

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 12:44

4 établissements sur 6 viennent de débrayer aux Parentèles: Chars,Bezons,Pierrelaye,Paris 20éme avec des taux de grévistes très importants. Nous vous tenons au courant le plus tôt possible.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 07:31

En ce début d'année, le nouveau groupe DVD est né. Il suscite plein d'interrogations parmi le personnel de l'ensemble des établissements et ce, quelle que soit la qualification des salariés. D'ores et déjà en Ile de France, il est fait état de fermetures et d'ouvertures de nouveaux établissements, de délocalisations des sièges administratifs et comptables. Cela va donc avoir des répercussions pour ces salariés. Suppression de postes… et/ou déménagement sont les premiers effets. Et ensuite à qui le tour ? La direction s'est contentée de convoquer les personnels concernés en leur demandant simplement leur desideratas individuels face à la fusion. Lire la suite en téléchargeant le (...)

http://www.sante.cgt.fr/spip.php?article5115

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 07:29

df

jsUn debrayage a eu lieu hier sur 3 des 6 établissements du groupe "Les Parenteles" qui est une nouvelle filiale de Médica France. Nous vous communiquons les tracts et revendications des salarié(e)s, et nous vous tenons au courant de la suite des actions.

 

Le groupe.. Le groupe..

 

tract janvier tract janvier

           clip image003

           USD 95

A peine arrivé aux Parentèles, ce groupe financier -côté en bourse- met en œuvre sa stratégie de croissance. Celle - ci consiste non pas à s’interroger sur le bien être des résidents et les conditions de travail des salariés mais bien à réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour réaliser un maximum de bénéfices.

Dès les premiers mois tous les acquis du personnel sont balayés d’un revers de main, les conditions de travail remises en cause avec un allongement de la durée du temps de travail.

(voir au verso les revendications portées par le personnel)

Toutes ces remises en cause vont se faire au détriment de la prise en charge des résidents. Comment des personnels déjà fatigués vont-ils supporter l’accroissement de la charge de travail sans récupération possible des heures supplémentaires, sans aucune RTT ? Comment assurer les fins de mois quand on gèle les salaires, supprime les primes, alors que le coût de la vie ne cesse d’augmenter ? Il n’est pas normal que les résidents payent, non pas pour améliorer leur prise en charge, mais pour financer un groupe…

Cela n’est pas acceptable

 

Personnel et résidents deviennent une marchandise à rentabiliser au maximum dans le but de faire monter le cours de l’action !

 

Pour la CGT et les personnels  il n’est pas question d’accepter une telle situation. La santé ne doit pas être une marchandise, les personnels des chiffons que l’on tord, salit et que l’on jette au gré du vent soufflé par les  actionnaires !

Nous tenions à vous informer de la situation afin que vous ne soyez pas surpris des éventuelles actions que nous serions amenés à conduire dans les jours qui viennent.

Merci de votre compréhension.

 

Janvier 2010

Voici ce que l’on trouve sur le site

« boursier.com » au sujet de Médica :

« Médica est spécialisé dans les structures d'accueil et de soins médicalisés pour personnes dépendantes de tous âges. Le groupe est principalement présent en France, ainsi qu’en Italie, depuis 2005. Medica intervient principalement sur deux secteurs d’activité :

- le secteur « EHPAD », Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes appelées usuellement maisons de retraite, assurant la prise en charge de la dépendance pérenne (111 établissements offrant une capacité d’accueil de 9 064 lits au 31 décembre 2009)

- le secteur sanitaire, principalement au sein d’établissements de Soins de Suite et de Réadaptation (« SSR »), et d’établissements spécialisés dans le domaine psychiatrique, assurant la prise en charge de la dépendance temporaire (37 établissements sanitaires représentant une capacité d’accueil de 2 317 lits au 31 décembre 2009).

Stratégie

Medica a pour objectif de générer une croissance annuelle moyenne de son chiffre d’affaires consolidé de l’ordre de 13 à 15 % par an sur la période 2010-2012, tant grâce à sa politique de croissance organique qu’à sa politique de croissance externe maîtrisée. Dans ce cadre, le groupe envisage d’investir 220 millions d’euros sur cette période. Cette politique d’investissement ne sera pas conduite au détriment de la solidité du bilan du groupe, puisque le plan de développement décrit ci-dessus conduirait à ramener son ratio Endettement Financier Net/EBITDA du groupe à environ 3x à l’horizon 2012.

 

le 17/01/2011

 

 

 

LES PARENTELES

 

Suite aux négociations annuelles obligatoires qui se sont déroulées en fin d 'année 2010, vous avez remis en cause:

  • Les conditions de travail des personnels avec un allongement de la durée du temps de travail.

  • La journée de solidarité et les RTT

  • le volume d'heures supplémentaires annuel

  • la prime de fin d'année et les indemnités « différentiel d'emploi ».

En d'autres termes, le nouvel accord que vous voulez nous imposer, non seulement fait disparaître les quelques acquis sociaux dont nous disposions mais en plus entrainera une dégradation significative de nos conditions de travail et de nos revenus. Nous contestons cet accord qui d'ailleurs n'a pas été signé par nos déléguées syndicales.

Nous exigeons que vous repreniez les négociations sur les bases suivantes :

Sur les salaires :

  • une revalorisation des salaires de 15 %.

  • le 13ème mois pour tous.

  • Suppression des trois jours de carence en cas de maladie.

  • le maintien et l'intégration de l’indemnité « différentiel d'emploi » au salaire .

  • Une revalorisation des indemnités de sujétion pour travail effectué les dimanches et jours fériés majorées de 0,70 point/heure comme à Médica SA.

 

Sur les conditions de travail :

  • Le maintien des plannings actuels et des jours de RTT

  • Le remplacement du personnel à 100%.

  • La possibilité de prendre en jour de repos les récupérations des jours fériés.

 

Nous tenons à vous affirmer par notre démarche que nous n'accepterons pas le sort que vous nous réservez. Nous ne sommes pas contraints par la loi de vous prévenir par préavis de la suite que nous donnerons à notre action, mais nous vous rappelons que votre responsabilité sera engagé dans le cas où le service rendu aux pensionnaire ne serait plus assuré.

 

Le personnel et son organisation syndicale CGT.

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 07:23
Notre ami Loïc PEN, médecin urgentiste à l'Hôpital de Creil, vient
d'écrire une lettre ouverte face à la dégradation des conditions de
soins.

Un appel à tous à résister aux choix actuels du gouvernement de
liquider la santé publique au profit des grands groupes de cliniques
privées.

A lire et faire circuler comme une incitation à agir et à ne plus
laisser faire ces reculs de civilisation que nous imposent ceux qui
nous gouvernent !



"Une vieille dame hurle qu’elle veut retourner chez elle. Plus loin
d’autres personnes âgées gémissent ou tremblent de peur dans cet
environnement inquiétant. Certaines se sont urinées dessus. Ailleurs,
c’est un patient en chimiothérapie qui s’est aggravé. Dans ce coin
c’est une patiente délirante attachée à son brancard… . Faute de place,
ils sont une vingtaine dans le couloir des urgences de Creil. C’est un
chiffre moyen, une journée ordinaire. Ils sont entassés les uns sur les
autres sans intimité. L’infirmière court partout, débordée. C’est une
professionnelle expérimentée. Elle est depuis plusieurs années aux
urgences. Elle me dit qu’elle a envie de pleurer. L’interne, quant à
elle, a déjà craqué, de même qu’une infirmière plus jeune que
j’aperçois en larme. Pour ma part, je suis coincé au déchoquage avec un
patient entre la vie et la mort… je ne les aiderai pas.



« Ce qu’il y a de scandaleux dans le scandale c’est qu’on s’y habitue
»Simone de Beauvoir Cela fait environ 6 ans que cela dure et c’est de
pire en pire. Il y a 6 ans, nous étions 19 médecins temps plein, nous
sommes désormais 15, nous devrions être 25. On compense par des heures
supplémentaires… Récemment, en faisant la visite un lundi matin, j’ai
trouvé deux « pré-infarctus » ignorés depuis 48 heures et un patient en
arythmie cardiaque que l’on n’avait pas anti-coagulé et qui risquait
l’accident vasculaire cérébral. Après un moment de colère, j’ai pris
connaissance de la situation aux urgences 48h avant : Critique ; des
patients partout, des équipes débordées. Les médecins qui ont vu ces
patients, je les connais depuis des années. D’excellents
professionnels, particulièrement rigoureux. Ca peut m’arriver ; ça va
m’arriver. Cette fois ci nous avons de la chance, tout fini bien. Nous
allons finir par tuer des patients.



Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Si les urgences
de Creil sont particulièrement en difficulté, cette situation n’est pas
isolée. Partout, les urgences et les hôpitaux souffrent, c’est partout
la même politique de liquidation de l’hôpital public. En changeant le
mode de financement de nos hôpitaux, les gouvernements de ces dernières
années ont rendu les hôpitaux publics déficitaires. Aujourd’hui, ils
s’appuient sur ces déficits qu’ils ont provoqués pour justifier la
casse. Cette casse sert à dégager le terrain pour le secteur privé
lucratif. Le service public est rendu incapable de remplir ses
missions, reste le service payant. Tout s’accélère, la fusion
démolition des hôpitaux de Creil et de Senlis est en route. La
direction commune de ces hôpitaux a été votée. Nos services sont mis à
genoux. Il restera à ramasser les morceaux pour un regroupement peau de
chagrin.



Travailler plus pour gagner moins. En fin d’année, la direction de
l’hôpital de Creil a décidé de modifier le mode de comptabilisation des
heures des médecins du pole urgence, réanimation, anesthésie. Avec
l’instauration d’un comptage plus défavorable aux médecins, le but de
la manœuvre semble être de faire encore des économies. Devant cette
situation, les médecins dans leur majorité ont décidé de ne plus
travailler que 40 heures hebdomadaire et de ne plus faire d’heure
supplémentaire. Des anesthésistes qui travaillent moins, ce sont des
interventions chirurgicales en moins. Des réanimateurs qui ne font plus
d’heures supplémentaires, ce sont 4 lits fermés sur les 12 que compte
ce service pourtant vital. Et pour les urgences, ce sont des médecins
en moins à l’accueil du patient. Certains jours, il pourrait n’y avoir
que deux médecins là ou il y en a 5 actuellement. Ca peut arriver, ça
va arriver. On ne peut plus demander aux professionnels de santé
d’assumer les aberrations des politiques de santé. Nous avons une
responsabilité collective à nous indigner et à résister.



« Le motif de la résistance, c’est l’indignation » Stéphane Hessel Nous
devons tous nous préoccuper de ce qui arrive dans nos hôpitaux.
L’indifférence serait la pire des attitudes. Si nous ne résistons pas
c’est le droit à la santé pour tous qui va disparaître. La situation
est inadmissible, tout ce qui permettait un contrôle démocratique des
hôpitaux (instances comprenant des élus, des syndicalistes, des
professionnels, des usagers, avec de vrais pouvoirs) a été balayé par
la loi Bachelot. Cette loi transforme les directeurs en dictateurs
d’hôpitaux. Eux-mêmes sont sous la coupe de l’agence régionale de santé
et in fine du ministre lui-même. Adieu démocratie locale, adieu
autogestion, bonjour technocratie autoritaire ! Cette situation est
dénoncée dans l’appel des soignants du MDHP (Mouvement de Défense de
l’Hôpital Public) qui explique le conflit éthique entre le devoir
d’assurer la qualité des soins et l’exigence de rentabilité financière…



« Celui qui se bat peut perdre, celui qui ne se bat pas a déjà perdu
»Berthold Brecht. Au-delà de l’appel des soignants, c’est à chaque
citoyen qu’il incombe de s’exprimer. Intervenez auprès de vos élus. Les
députés de droite d’abord dont la responsabilité est immense mais aussi
tous les élus locaux du maire au conseiller général. Demandez des
comptes à ceux qui soutiennent la fusion des hôpitaux. Demandez-leur
s’ils mesurent le désastre en cour. Faites pression pour qu’ils exigent
un moratoire sur la fusion des hôpitaux de Creil et de Senlis et une
commission d’enquête incluant des élus, des usagers, des syndicalistes,
des professionnels de terrain pour en mesurer les effets. Qu’ils
écrivent au préfet, au ministre, au directeur d’ARS pour demander des
comptes. Exigez une subvention d’équilibre de l’état pour apurer les
déficits des hôpitaux de Creil et de Senlis. C’est la seule façon d’en
finir avec les plans de retour à l’équilibre qui détruisent l’hôpital.
C’est la seule façon de repartir sur le seul indicateur valable : les
besoins de santé publique. Nous avons besoin de démocratie, besoin de
véritables assises départementales de la santé. Nous ne devons plus
laisser les décisions à des responsables coupés des réalités
quotidiennes. J’interviens ici comme médecin et comme militant
politique, un mélange des genres qui me sera reproché. Mais mon métier
me fait obligation de dénoncer la situation dangereuse pour les
patients et mon engagement le devoir de me battre avec vous pour
changer cette politique. Alors allons-y !! Allez vraiment voir vos
élus, ne cédez pas à l’indifférence, c’est un enjeu pour maintenant et
pour demain."



Loïc PEN, médecin urgentiste à Creil, candidat du Front de Gauche aux
élections européennes de 2009

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 20:03

 

Le C I E communique...

 

Les membres du C I E souhaitent de bonnes fêtes de fin d’année aux salarié(e)s des filiales de Médica France.

 

Explications des couacs au niveau des bons cadeaux noël et colis gourmands

 

Cette année , pour gérer le C I E, il n’y a que deux personnes, et pour faciliter le travail ,La Direction Générale a transmis les listings du service paye de Novembre..qui normalement doivent être a jour…….. L’an dernier , nous étions passer par les sites pour avoir les listes , et cela avait été un bordel invraisemblable. Sur certains sites, par exemple, le 5 janvier, nous étions encore dans des corrections d’erreur de listing, et la plaisanterie avait coûtée 7000 €euros. Il faut savoir que le C I E a un petit budget, qui n’est en aucun cas ressemblant a celui d’un Comité d’entreprise….et encore il y a trois ou quatre ans , il n’y avait rien…….Donc oui cette année il y a eu des erreurs, nous en sommes conscients, mais si les listings étaient tenus a jour, cela aurait pu être éviter…et en aucun cas les membres du C I E n'en sont responsables.

 

Les membres du C I E sont preneurs d’idées pour que l’année prochaine tout ce passe correctement.. Mais par contre, nous n’acceptons pas les insultes , les leçons a 2 euro, les remarques désobligeantes, etc.….. A prendre trop de remarques, les membres du C I E ce sont posé la question sur le devenir….. « Après tout, si il y avait démission de notre part, plus personnes pour gérer les filiales et donc plus de noël , donc plus d’insultes…..Retour a la case départ. »

 

Heureusement certains sites comme pour ne pas le citer «  Montjoy a BRIANCON » et d’autres nous ont envoyé des remerciements et ont reconnu le travail effectué.. Ce qui nous a poussé a bien réfléchir et a prendre la sage décision de continuer……Merci a vous, et quand aux autres ronchonneurs et donneurs de leçons de morale etc.

Juste un dernier mot ( replonger vous trois ans en arrière et surtout n’oublier pas d’où vous venez, personnes ne peut oublier ses racines…..) et ce n’est pas en détruisant le peu que l’on a que l’on avance , mais par contre, réflexion et aide, font avancer dans le bon sens.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 09:27

Bonjour tout le monde,

 

Ci joint le compte-rendu de ce qui s'est passé à la CLINIQUE DU PRE et qui s'est soldé par une VICTOIRE.

 

Voilà pour une fois que l'on gagne il ne faut pas se priver de le dire.

 

 En attendant de se voir

 

 BONNES FETES ET BONNE ANNEE A TOUTES ET TOUS

 

NELLY

 

 

 

 

 BOnjour,

 

Les personnels de la Clinique du Pré - Privé Lucratif (groupe LELIEVRE) en grève vendredi 17.12.2010 avait reconduit le mouvement ce jour - lundi 21.12.2010.

Leurs revendications portaient sur les conditions de travail, la mise en place d'un calendrier de négociations rapproché, l'octroi d'une prime de 150 Euros pour le mois de Décembre ainsi que le paiement des jours de grève.

 

Devant le refus de M LELIEVRE de discuter, les personnels ont donc fait grève aujourd'hui lundi.  Environ 140 personnes étaient en grève et présentes dans le hall d'entrée de la clinique.Une première entrevue a eu lieu entre les syndicats et M. LELIEVRE (CGT-CFDT-FO), la Direction proposant 100 Euros Brut précisant que cette prime serait une avance sur la prime à l'interessement 2010; et le paiement d'une journée de grève sur les 2 . Les personnels ont refusé à l'unanimité ces propositions et ont obtenu une deuxième entrevue avec exigence du paiement des deux jours de grève ainsi que la prime soit de 100 Euros nets et sans rapport avec la prime d'interessement. La Direction a accepté ces propositions et la reprise du travail a été votée à l'unanimité.

 

Présence de l'USD Santé Action Sociale 72 lors des journées de grève et bonne appréciation de cette présence par les personnels. Il semble que les personnels aient pris conscience de l'utilité du syndicat et qu'ensemble on peut gagner.

 

Voilà une action payante et il est important de le faire savoir. GAGNER dans le PRIVE LUCRATIF n'est pas une mince affaire.

 

 

NELLY MOREAU

 

USD 72 SANTE ACTION SOCIALE

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche

Articles Récents