Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 14:09

EXTRAIT DU COURRIER A L’INSPECFTION DU TRAVAIL LE 20 DECEMBRE

« Nous vous faisons parvenir un courrier de notre conseil adressé à Madame S. BOISSARD, Directrice Générale de KORIAN, sur le mode de fonctionnement du Comité d’Entreprise Européen.

Nous vous demandons d’intervenir sur nos soupçons d’entrave de cette instance. »

 

EXTRAIT DU COURRIER A MADAME BOISSARD LE 20 DECEMBRE

« Madame,

Je suis saisie ce jour, d’une très grave difficulté par la FEDERATION CGT SANTE ACTION SOCIALE UFSP qui fait partie de la délégation française du CEE KORIAN. La FEDERATION CGT SANTE ACTION SOCIALE UFSP m’a produit l’accord signé le 29 avril 2019, portant création du CEE KORIAN avec ses modalités d’informations et de consultations.Dès lors, conformément aux termes de l’accord sur le CEE, une information consultation du CEE devait nécessairement intervenir s’agissant d’un nouveau schéma à l’échelle européenne pouvant avoir de sérieuses répercussions sur de nombreux sujets visés à l’article 3.2 de l’accord. S’en est suivi un bras de fer totalement injustifié avec la délégation des salariés face au refus pur et simple de la Direction de KORIAN de procéder à cette nécessaire information consultation du CEE laquelle doit même aux termes de l’article 3.2 intervenir en amont de toute information consultation nationale.Le conflit a atteint son paroxysme lors de la réunion plénière du 17 novembre 2021 où encore une fois, les élus ont demandé une suspension de séance et ont interpellé encore une fois la direction sur ses manquements injustifiés et graves dans la consultation de l’organe européen. Les élus ont demandé en vain, aussi la tenue d’un CEE extra pourvoir enfin être consultés sur la restructuration en question ; or à ce jour aucune date de CEE extra n’a été arrêtée sans aucune explication. Je vous remercie donc de me fixer à ce sujet sachant que la Cour de cassation n’a de cesse de réaffirmer l’obligation de loyauté et de transparence de la direction vis-à-vis des élus avec comme sanction la suspension voire l’annulation de tout acte pris dans le mépris de ces règles directrices incontournables. JAMAIS, il n’est demandé aux élus de voter que ce soit relativement sur les acquisitions, les cessions ou encore l’approbation des PV… Bref les élus sont réduits à une fonction de simples spectateurs des choix dits « stratégiques » de la direction sans jamais avoir leur mot à dire. Donc un CEE de pures apparences qui n’a aucun rôle à jouer dans le mépris de le plus total de l’institution.

Je vous rappelle à ce titre, les dispositions de l’article L. 2346-1 du code du travail : « le fait d’apporter une entrave soit à la constitution d’un groupe spécial de négociation, d’un comité d’entreprise européen ou à la mise en œuvre d’une procédure d’information et de consultation, soit à la libre désignation de leurs membres soit à leur fonctionnement régulier notamment par la méconnaissance des articles L. 2342-1 à L. 2342-7 et L.2343-1 est puni d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 7 500€.Le fait d’apporter une entrave à leur fonctionnement régulier est puni d’une amende de 7 500€."

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 14:06

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 12:14

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 14:41

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2021 1 29 /11 /novembre /2021 12:20

Drôle de communication, en effet un protocole sur la santé, la sécurité et la prévention des accidents du travail a bien été signé entre la direction de Korian et le secrétaire du comité d'entreprise européen.

En aucun cas les membres élu.es du CEE, qui ont été informés par le groupe de travail de ces travaux, n'ont pas voté et/ou validé officiellement ce protocole.

Rien n'a été signé par les délégué.es en réunion plénière et en plus cette signature s'est faite le soir de la réunion préparatoire au CEE, réunion non officielle.

 

C'est une volonté unilatérale de la direction générale et du secrétaire du CEE, une manifestation de plus du dialogue social made in Korian et validé par certaines organisations syndicales.

 

Liaisons Sociales Europe

Korian signe avec son CE européen un protocole sur la santé, la sécurité et sur la prévention des accidents du travail

 

Mis à jour le 24/11/2021

  • La direction de Korian, représentée par Sophie Boissard, sa directrice générale, et le secrétaire du comité d’entreprise européendu groupe spécialisé dans les services et les soins aux personnes âgées, Claude Vaussenat, ont signé, le 17 novembre dernier, le premier protocole du secteur sur la santé, la sécurité et sur la prévention des accidents du travail au niveau européen.
Portée

© Korian/Guillaume Leblanc

Le protocole est le fruit de discussions menées pendant un an au sein d’un groupe de travail du CE européen, dédié à la question de la santé et de la sécurité au travail. Les membres se sont concentrés sur « les meilleures pratiques observées dans les différents pays où le groupe est présent » pour construire un texte, présenté comme une première dans le secteur de la santé. « « La signature de ce protocole est une étape importante dans le renforcement du dialogue social au niveau européen, entamé il y a plus de deux ans avec la création du CE européen, a déclaré Sophie Boissard Nous montrons ainsi notre volonté de renforcer un aspect essentiel de notre politique sociale, en améliorant la santé et les conditions de travail de nos collaborateurs pour accroître l’attractivité de nos métiers et répondre aussi à notre responsabilité sociale d’employeur ».

« Nous savons que notre secteur doit progresser en matière de santé et sécurité au travail, explique Claude Vaussenat, secrétaire du CE européen. C’est pourquoi nous œuvrons à la fois pour améliorer la marque employeur, mais aussi pour renforcer le contrat social Korian et faire en sorte que nos équipes se sentent bien chez nous et restent dans l’entreprise tout au long de leur vie professionnelle. »

Une volonté d’agir de façon proactive

Le texte s’inscrit dans la continuité de la Charte Santé Sécurité au travail, adoptée par le groupe en décembre 2019 et de l’accord Santé-Sécurité au travail signé avec l’ensemble des organisations syndicales représentatives françaises en mai 2021.

Avec ce protocole, la direction et les membres du CE européen souhaitent « agir de manière proactive sur la prévention des accidents du travail et mettre l’accent sur la nécessité de se doter d’une culture commune de la santé et la sécurité au travail, permettant une meilleure prise de conscience des risques par l’ensemble des acteurs à tous les niveaux (direction, management, employés, représentants du personnel) dans le but de réduire significativement le nombre d’accidents liés au travail. »

Le protocole engage les parties à :

- Diffuser dans tout le groupe une culture de la santé et de la sécurité au travail, en s’appuyant sur des équipes d’experts de la prévention des risques professionnels au plus près des établissements ;

- Promouvoir des solutions pérennes dans le but d’améliorer les conditions de travail sur le terrain, grâce notamment au déploiement d’équipements adaptés et à la formation ;

- Rendre autonomes les salariés dans la prise en charge de leur situation de santé au sein de l’entreprise ;

- Évaluer régulièrement les risques professionnels, suivre les indicateurs, piloter les plans d’action et définir des axes d’amélioration pour faire évoluer les pratiques ;

- Favoriser le maintien dans l’emploi en créant des dispositifs adaptés pour faciliter les reclassements en interne ;

- Intégrer dans tous les projets de construction ou de rénovation l’évaluation des risques professionnels pour pérenniser la démarche.

Le protocole sera mis en application par les directions de chaque pays, et une commission de suivi au niveau européen se réunira deux fois par an pour évaluer les avancées.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2021 4 30 /09 /septembre /2021 09:46

"Le projet de transformation de Korian SA en société européenne, qui a été présenté pour information aux membres du Comité d'entreprise Européen de Korian en septembre dernier, ainsi qu'aux instances représentatives des pays, selon les réglementations en vigueur, a recueilli un avis favorable de ces instances."

 

Sauf en France ou la CGT a voté contre!

 

"Par ailleurs, en cohérence avec ce changement de forme juridique, parallèlement, le groupe a élaboré, à partir de multiples contributions de ses collaborateurs à travers l'Europe et en concertation avec ses instances de représentation du personnel, une nouvelle Charte Ethique. "Korian et ses collaborateurs de tous les pays du Groupe s'engagent à agir de manière éthique, bienveillante et responsable dans l'accomplissement de leurs missions de soins et d'accompagnement des personnes âgées et fragiles", indique ainsi le groupe."

 

Sauf qu'en France, seule l'UNSA a validé la charte éthique, la CGT a voté contre et la CFDT s'est abstenue...Faut tout dire dans la communication. Dialogue social made in Korian!

 

 

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2021 3 22 /09 /septembre /2021 09:15

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 20:39
Korian: quand on se vante d'avoir un pool de 18 000 vacataires...bin on recrute des ASH faisant fonction d'AS!

Partager cet article

Repost0
20 août 2021 5 20 /08 /août /2021 10:42

KORIAN : DIS MOI QUI TU FREQUENTES ET JE TE DIRAI QUI TU ES…

C’est quoi un conflit d’intérêt ?

Un conflit d'intérêts peut se définir comme une situation où une personne ou plusieurs personnes, une institution ou plusieurs institutions sont au centre d'une prise de décision où leur objectivité, leur neutralité peut être remise en cause.

Une situation de conflit d’intérêts apparaît quand un individu ou une organisation doit gérer plusieurs liens d'intérêts qui s’opposent, dont au moins l’un d’eux pourrait corrompre la motivation à agir sur les autres, ou au moins donner cette impression (on parle alors d’« apparence de conflit d’intérêts »).

Un conflit d’intérêts apparaît ainsi chez une personne physique ayant à accomplir une fonction d’intérêt général et dont les intérêts personnels sont en concurrence avec la mission qui lui est confiée par son administration ou son entreprise. Le conflit d’intérêts est plus fréquent dans certaines  tels les conseillers financiers, l’ingénierie, les économistes, etc. Ces professions adoptent généralement une charte de déontologie professionnelle afin d’être un guide sur la manière de gérer ces intérêts en concurrence afin de s’acquitter de la tâche à accomplir avec neutralité et impartialité.

Le conflit d’intérêts n’est pas, en droit français, un délit civil ou un délit pénal. Ce sont le trafic d'influence et la prise illégale d'intérêts qui peuvent en découler et qui sont, quant à eux, délictueux en France.

Même s’il n’y a aucune preuve d’acte préjudiciable, un conflit d’intérêts peut créer une apparence d’indélicatesse susceptible de miner la confiance des salariés ou des citoyens en la capacité de la personne incriminée à assumer sa ou ses responsabilité(s).

 

«  La mise en place d’une mission confiée aux équipes d’ALIXIO qui sera fondée sur l’organisation d’entretiens individuels et d’ateliers de travail avec les différents acteurs du dialogue social de l’entreprise ».

Qui est le cabinet ALIXIO ?

« Dans la vie de votre entreprise, vous faites face à de nombreuses transformations. Il vous faut les faire accepter par votre corps social, par votre environnement et mobiliser toutes vos équipes. Alixio vous conseille et vous accompagne tout au long de votre démarche.

Raymond Soubie, Président d'Alixio »

 

 

Qui est Raymond Soubie ?

 

Raymond Soubie, né le 23 octobre 1940 à Talence (Gironde), est un expert en gestion des ressources humaines et des politiques sociales. Il est membre du Conseil économique, social et environnemental, après avoir été conseiller du président de la RépubliqueNicolas Sarkozy, de 2007 à 2010. Précédemment il était PDG du cabinet de conseil en ressources humaines Altedia et président du Conseil d'orientation pour l'emploi (COE). Il est, avec son épouse Danielle Deruy, actionnaire majoritaire de l'agence d'informations AEF

Quel rapport avec Korian ? Tout simplement sa fille Catherine Soubie qui est une des directrice générale d’ALIXIO,

Mais aussi membre du conseil d’administration de Korian :

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 11:11

Économie

Korian cède 32 Ehpad et résidences à Vivalto Vie et Colisée, qui rachète Les Opalines

 

 

Publié le 07/07/21 - 17h41

Korian rationalise son offre gériatrique en France avec la revente de 32 établissements. Colisée, acquéreur de 21 de ces structures, est quant à lui entré en négociations exclusives pour la reprise des Opalines. Une opération estimée à 1,2 Md€.

Les opérations se poursuivent en ce début d'été. Alors que les actionnaires de DomusVi viennent de soutenir un plan de plusieurs millions d'euros d'investissement par an (lire notre article), Colisée entre dans des négociations exclusives pour la reprise du groupe d'Ehpad SGMR Les Opalines. Korian annonce la revente de deux portefeuilles d'établissements de soins de longue durée. Les deux annonces sont tombées ce 2 juillet.

Dans un communiqué aux investisseurs, Korian a ainsi fait savoir son entrée en négociations exclusives pour la cession de 32 établissements de soins de longue durée sur dix régions de France pour un total de 1 500 lits. 24 Ehpad, 3 résidences autonomie et 5 résidences services séniors sont concernés. Ce faisant, Korian entend poursuivre son plan de transformation, portant sur 46% de son réseau de maisons de retraite de l'Hexagone, actuellement au nombre de 298.

Le groupe, qui prévoit via un plan d'investissement de 690 millions d'euros (M€) le déménagement, la rénovation ou la reconstruction à neuf et l'extension de 60 structures d'ici à 2024*, cherche avec cette opération "à rationaliser l'offre de services en France et à se concentrer sur les bassins de vie où le groupe dispose de capacités de soins de longue durée, de soins de santé et de soins de proximité". L'objectif : assurer "un soutien gériatrique de proximité et une bonne insertion dans les réseaux de maintien à domicile" et "concentrer au mieux les ressources médicales sur des espaces géographiques plus courts", notamment dans les zones souffrant de pénurie de main d'œuvre. Or, explique Korian à Hospimedia, "la configuration des établissements en cours de cession ne permet pas de réaliser ces transformations, même au prix de travaux très coûteux".

Cette approche "multifocale des soins" bénéficiera à deux acteurs bien connus du secteur : Vivalto Vie, qui rachète

11 établissements, et Colisée, repreneur de 21 structures, pesant un chiffre d'affaires de respectivement 36 M€ et 48 M€

en 2020. Onze de ces bâtiments, propriété de Korian, entreront également dans la négociation.

Colisée ne s'arrête cependant pas là. Selon une information de Capital Finance, le groupe présidé par Christine Jeandel est en parallèle en passe de racheter la société de gestion de maison de retraite (SGMR) Les Opalines et ses 47 Ehpad, gérée par les familles Mennechet et Péculier. L'opération est estimée à près de 1,2 milliard d'euros (Md€). Contacté par Hospimedia, le groupe n'a pas souhaité apporter d'informations complémentaires pour le moment, jugeant la communication "trop prématurée".

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des salarié-es de Korian
  • : Lutte,infos,news des travailleurs du groupe Korian
  • Contact

Traducteur/Translate

Recherche